Megan Bailey



Chaire de recherche du Canada en gouvernance intégrée des océans et des régions côtières

Niveau 2 - 2015-08-01
Dalhousie University
Sciences humaines

902-494-6906
megan.bailey@dal.ca

En provenance de


Wageningen University, Pays-Bas

Objet de la recherche


Combiner les points de vue des producteurs et des consommateurs de produits de la mer pour améliorer la façon dont les pêches sont gérées à l’échelle mondiale.

Importance de la recherche


Aider à mieux comprendre les avantages d’une gestion collaborative de nos ressources océaniques communes.

Surveillance et clairvoyance : promouvoir des pêches durables


De nombreux scientifiques estiment que l’industrie des pêches est confrontée à une crise mondiale, la surpêche menaçant la capacité des océans à soutenir les moyens de subsistance et les entreprises, et à combler les appétits. Nous savons qu’environ le tiers de tous les stocks de poisson font l’objet d’une surpêche – et la plupart des pays s’entendent pour dire que la surpêche est coûteuse sur les plans biologique, social et économique. Alors pourquoi la surpêche persiste-t-elle? Megan Bailey, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en gouvernance intégrée des océans et des régions côtières, cherche à répondre à cette question.

Au cœur de ses travaux : la recherche d’un moyen de combiner les points de vue des producteurs et des consommateurs de produits de la mer. Les pays essaient habituellement de superviser l’industrie de la pêche, alors que la tâche d’influencer la consommation de produits de la mer est laissée, dans une large mesure, aux organisations non gouvernementales (ONG). Cette division laisse un vide lorsqu’il s’agit de combiner les renseignements provenant des deux bouts de la chaîne de valeur, dans le but de mesurer les gains en matière de conservation. Les travaux de Mme Bailey visent à comprendre comment les renseignements obtenus en mettant en relation les producteurs et les consommateurs des produits de la mer peuvent aider les pays – les intendants juridiques de nos océans – à coopérer plus efficacement pour surveiller les océans de la planète.

Les chaînes de valeur des produits de la mer sont mondiales et complexes. Mme Bailey collabore donc avec des partenaires au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Indonésie, aux Philippines, aux îles Fidji, au Vietnam et en Australie, pour promouvoir la coopération en matière de surveillance des pêches, grâce à une meilleure compréhension des rôles joués par les gouvernements, les ONG et les consommateurs dans le mouvement vers une pêche durable.

En analysant les tendances en matière de gouvernance durable des produits de la mer – telles que la gestion régionale améliorée, les projets aidant aux opérations de pêche et les mouvements visant la traçabilité (la possibilité de suivre les mouvements au sein de la chaîne d’approvisionnement de la filière pêche) –, les travaux de Mme Bailey aident à expliquer comment nous pouvons arriver à mieux gérer les ressources des océans et des régions côtières.