Guy Sauvageau



Chaire de recherche du Canada en génétique moléculaire des cellules souches normales et cancéreuses

Niveau 1 - 2004-03-01
Université de Montréal
Santé

514-343-7134
guy.sauvageau@umontreal.ca

Objet de la recherche


Étudier les fondements moléculaires de l'auto-régénération, un processus nécessaire à la régulation des cellules souches.

Importance de la recherche


La recherche doit mener à l'élaboration d'approches thérapeutiques génétiques en cancérologie.

Les fondements moléculaires de l'auto-régénération


Le processus d'auto-régénération est essentiel à la régulation des cellules souches, qu'elles soient normales (dans les cellules souches sanguines) ou cancéreuses (leucémie). Une meilleure compréhension des fondements moléculaires de ce processus permettrait de se rapprocher de la découverte de réponses cliniques plus efficaces en cancérologie.

Le scientifique montréalais Guy Sauvageau a démontré récemment que le processus d'auto-régénération était absolument essentiel à l'entretien des cellules tumorales; sans lui, ces dernières sont différenciées et meurent. Ses recherches sur le renouvellement des cellules souches se concentrent maintenant sur deux groupes de gènes interactifs nommés Hox et Polycomb, dont le rôle dans le processus de régénération est crucial.

Titulaire de brevets internationaux dans son domaine de recherche, Guy Sauvageau attribue son succès en partie aux drosophiles. « J'ai toujours été fasciné par les moucherons, explique-t-il. Les aberrations chromosomiques de ces mouches sont quasi incroyables, certaines d'entre elles sont nées avec une patte là où une antenne devrait se trouver. Je me suis demandé si un gène semblable avait pour effet de réguler la prolifération des cellules souches chez l'humain, ce qui expliquerait les anomalies comme le cancer. C'est à partir de cette idée que j'ai visé dans le mille. »

En plus de ses activités de recherche, M. Sauvageau pratique des greffes de moelle osseuse à raison d'une journée par semaine. Sa chaire de recherche fait partie d'une grappe de chaires de recherche du Canada qui constituent le cour de l'Institut de recherche en immunovirologie et en cancérologie (IRIC) de l'Université de Montréal. Grâce à son approche fondée sur la « biologie systémique » et à une configuration de réseaux intégrés, l'IRIC occupe une position unique dans le domaine de la réponse immunitaire et du cancer au Canada et figure parmi les pionniers mondiaux.