Dean Chapman


Chaire de recherche du Canada sur les images radiologiques

Niveau 1 - 2004-10-01
Date de renouvellement : 2012-03-01
University of Saskatchewan
Santé

306-966-4111
dean.chapman@usask.ca

Objet de la recherche


Utiliser des rayonnements synchrotroniques pour élaborer de nouvelles méthodes d'imagerie par rayons X fondées sur des mécanismes autres que l'absorption et utiliser ces méthodes dans des travaux de recherche sur des problèmes médicaux et peut-être aussi dans des applications cliniques.

Importance de la recherche


La recherche permettra la production d'images des tissus qu'il était impossible d'obtenir au moyen de rayons X; elle rendra possible le transfert des méthodes synchrotroniques aux systèmes cliniques.

Des images radiologiques plus claires


Les rayons X pourraient nous révéler beaucoup plus de choses qu'ils ne le font actuellement. M. Dean Chapman, Ph.D., titulaire d'une chaire de recherche du Canada, espère que ses travaux permettront de déchiffrer toutes les « connaissances » de ceux-ci.

La diffusion est l'un des problèmes les plus frustrants de la radiographie courante. Dans de nombreux systèmes d'imagerie, plus de la moitié des rayons X détectés ont été diffusés, ce qui dégrade le contraste des images. Une grande partie de la recherche a porté sur l'élimination de ces rayons X des systèmes. Or, les rayons X diffusés peuvent servir à déterminer des types de tissus, voire des cancers. Ils ont donc une valeur diagnostique.

M. Chapman croit que tous les rayons X doivent être détectés et interprétés d'une manière adéquate. C'est pourquoi il est en train de construire et de mettre à l'essai un système à cette fin au Centre canadien de rayonnement synchrotron. Ce système fait appel à l'imagerie par diffraction de rayons X, technique relativement nouvelle qui utilise la réfraction, la diffusion et l'absorption des rayons X pour donner des images des tissus d'une clarté et d'une précision sans précédent. Cette technique permet de voir des cancers plus clairement, tout en émettant des doses de rayons X équivalant à moins de 3 % des doses émises par les appareils de radiographie actuels. Des expériences ont montré qu'elle permet de produire des images dont le contraste est 33 fois plus grand que celui des mammographies courantes.

M. Chapman, l'un des pionniers de l'imagerie par diffraction de rayons X, s'emploie à perfectionner cette méthode en y combinant la détection et l'interprétation des rayons diffusés pendant que le faisceau traverse des spécimens. Il en résulte une image plus complète des spécimens, qui présente de nombreux types de contrastes et de nombreuses couleurs.