Jacques Côté



Chaire de recherche du Canada en biologie de la chromatine et en épigénétique moléculaire

Niveau 1 - 2017-11-01
Date de renouvellement : 2015-04-01
Université Laval
Instituts de recherche en santé du Canada

418-525-4444 ext. 15545
jacques.cote@crhdq.ulaval.ca

Objet de la recherche


Comprendre les mécanismes mis en place par les cellules pour réguler la structure de la chromatine en lien avec l’expression et le maintien du génome.

Importance de la recherche


Mettre au point de meilleurs outils diagnostiques et thérapeutiques.

Mieux comprendre les facteurs épigénétiques pour lutter contre le cancer


Un Canadien sur trois sera atteint du cancer au cours de sa vie. Or, comme cette maladie est causée par un dérèglement de certains processus cellulaires, comprendre les mécanismes qui assurent leur bon fonctionnement est essentiel.

De nombreux processus cellulaires agissent sur la dynamique structurale des chromosomes afin de contrôler l’expression des gènes contenus dans les chromosomes, leur réparation et leur transmission. Dans le cadre de ses travaux, M. Côté tente de mieux comprendre comment le bon fonctionnement du génome (ensemble des chromosomes) humain est assuré dans les différentes cellules.

On sait depuis longtemps que certains facteurs épigénétiques (non liés à l’ADN) permettent de former différents tissus chez l’humain, même si on retrouve la même information génétique (ADN) dans toutes les cellules de l’organisme.

Ainsi, chaque type de cellule doit jouer son propre rôle, et ce, d’une manière ordonnée. Il faut donc assurer la régulation des gènes en déterminant comment chaque cellule doit exprimer les protéines qui sont nécessaires et réprimer celles qui ne le sont pas. Une perturbation de ce processus peut entraîner un mauvais fonctionnement des cellules, leur mort ou leur prolifération incontrôlée – le cancer.

La recherche de M. Côté aidera à mieux comprendre les mécanismes qui contrôlent le fonctionnement et la stabilité du génome humain. De plus, comme ces travaux sont en lien direct avec de nombreux types de tumeurs cancéreuses, leurs résultats, alliés à la technologie, permettront de créer de meilleurs outils diagnostiques et thérapeutiques.