Brendan Frey



Chaire de recherche du Canada en traitement de l’information et en apprentissage automatique

Niveau 1 - 2012-10-01
Date de renouvellement : 2019-10-01
University of Toronto
Sciences naturelles et génie

416-978-7001
frey@psi.toronto.edu

Objet de la recherche


Mettre au point de nouveaux algorithmes permettant aux ordinateurs de déchiffrer l’énorme quantité de données produites par les professionnels de la santé, ce qui permettra de mieux comprendre et traiter la maladie.

Importance de la recherche


Créer de nouveaux cadres mathématiques pour ces algorithmes afin d’aider divers secteurs et industries à prendre de meilleures décisions et à mieux comprendre les défis et les problèmes.

Un nouveau type de laboratoire pour un nouveau type de percée


Votre voiture tombe en panne. Que faites-vous? Vous sortez et tentez de voir ce qui ne va pas? Vous téléphonez pour obtenir de l’aide? Vous marchez pour avoir de l’aide?

Face à un problème, un grand nombre de pensées différentes nous viennent à l’esprit pour trouver une solution. Nous analysons beaucoup d’information, nous décidons de la marche à suivre en fonction de cette information et, souvent, nous modifions nos décisions en fonction d’autres circonstances. Nous faisons cela rapidement et de façon inconsciente. Si nous devions mettre ce processus par écrit sous forme d’ordinogramme, il faudrait plusieurs pages simplement pour l’esquisser. Il y a des dizaines, voire des centaines de questions, de réponses et de règles à inventer pour résoudre ne serait-ce que les problèmes les plus simples.

Brendan Frey a son propre problème à résoudre. À titre de titulaire de la Chaire de recherche du Canada en traitement de l’information et en apprentissage automatique, il sait que, aussi rapides que soient les ordinateurs pour traiter l’information, les êtres humains peuvent encore résoudre des problèmes par des moyens que les ordinateurs ne peuvent utiliser. Les êtres humains peuvent définir les bonnes questions et concevoir des règles.

Au fur et à mesure que nous découvrons de plus en plus de secrets de la génétique, de la biologie moléculaire et de la biotechnologie, nous accumulons une vaste quantité d’information, mais celle-ci est inutile sans des ordinateurs qui peuvent la traiter. Pour ce faire, nous avons besoin d’ensembles de règles intelligents, appelés algorithmes, que les ordinateurs peuvent suivre. En fait, ce dont nous avons vraiment besoin, ce sont des algorithmes qui permettent aux ordinateurs d’améliorer leurs connaissances, d’apprendre et d’élaborer eux-mêmes de nouveaux algorithmes, processus appelé « apprentissage automatique ».

Déjà sur le point de lancer de nouveaux algorithmes en mesure d’accomplir cette tâche, M. Frey travaillera sur des algorithmes encore plus perfectionnés qui sont vitaux pour assurer la progression médicale. Il veillera à ce que celle-ci ne soit pas entravée par des logiciels inadéquats, tout en fournissant de nouveaux outils pour comprendre des affections complexes comme le VIH SIDA. Certaines des percées les plus importantes de ce siècle dans le domaine médical proviendront de laboratoires informatiques, et non de tubes à essais. Grâce au travail de M. Frey, nous sommes assurés que bon nombre de ces laboratoires se trouveront au Canada.