Shirley Fecteau



Chaire de recherche du Canada sur la cognition, la prise de décisions et la plasticité cérébrale de l’être humain

Niveau 2 - 2010-09-01
Date de renouvellement : 2016-02-01
Université Laval
Santé

418-656-2131

En provenance de


Harvard University, États-Unis

Objet de la recherche


Étudier la façon dont le cerveau permet de prendre des décisions.

Importance de la recherche


Élaborer des stratégies favorisant une saine prise de décisions au sein de populations cliniques comme les toxicomanes et les personnes obèses.

Favoriser une saine prise de décisions


On doit constamment prendre des décisions. En effet, quelles céréales devrait-on manger le matin? Quel emploi devrait-on accepter?
Devrait-on faire de l’exercice? Oui, mais lequel? Le processus décisionnel représente un élément essentiel de la santé mentale ou physique ainsi que de la réhabilitation et des traitements. En effet, une mauvaise prise de décisions peut avoir des effets néfastes sur la santé, la sécurité et le bien-être financier.

Shirley Fecteau, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la cognition, la prise de décisions et la plasticité cérébrale de l’être humain, tente ainsi de comprendre comment le cerveau permet de prendre des décisions afin de favoriser l’adoption de comportements sains. Elle et son équipe ont donc conçu des protocoles permettant de faire preuve d’une plus grande prudence (c.-à-d. être moins impulsif) et de diminuer la consommation de drogue des toxicomanes.

De plus, la chercheure interprète et module l’activité cérébrale liée à de saines habitudes de vie. Elle fait ainsi appel à la réalité virtuelle afin d’assurer une transition harmonieuse du laboratoire à des situations réelles. Les avantages qu’offrent ses travaux peuvent également s’appliquer à la plupart des maladies liées au style de vie dont le traitement implique des choix comportementaux continus, notamment l’obésité et le diabète.

Les résultats des travaux de Mme Fecteau permettront d’élaborer des stratégies de prise de décisions afin de tenir compte des programmes de prévention et de traitement des maladies liées au style de vie. Cela aura des impacts considérables sur la santé et contribuera à faire diminuer le coût astronomique de ces maladies.