Brian Dixon



Chaire de recherche du Canada sur l’immunologie des poissons et de l’environnement

Niveau 1 - 2011-11-01
Date de renouvellement : 2018-11-01
University of Waterloo
Sciences naturelles et génie

519-888-4567, ext. 32665
bdixon@uwaterloo.ca

Objet de la recherche


Comprendre l’immunologie des poissons et l’appliquer à des problèmes environnementaux.

Importance de la recherche


Produire des outils, des connaissances et des politiques dans le but de préserver les pêches et les stocks aquacoles.

Les effets des changements climatiques sur l’immunité des poissons


Les changements climatiques présentent des défis mondiaux, mais ils préoccupent sérieusement les pays de l’Arctique comme le Canada, où les répercussions seront les plus importantes. Des températures plus élevées sont associées avec un plus grand nombre de maladies causées par des agents pathogènes et des parasites. Dans ce contexte, quels seront les effets d’une hausse des températures sur les espèces de poissons d’eaux froides du Canada? C’est ce que Brian Dixon, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en immunologie des poissons et de l’environnement, tente de découvrir.

M. Dixon étudie les effets de la température sur la santé des poissons. Des températures plus élevées exercent sur eux un stress, qui a un impact négatif sur le fonctionnement de leur système immunitaire - une situation qui peut créer des problèmes pour les poissons tant sauvages que d’élevage. M. Dixon et son équipe de recherche examinent les processus utilisés par les poissons pour reconnaître les maladies et y déclencher une réponse immunitaire. Le fait de savoir comment cela fonctionne pourrait nous aider à mettre au point des vaccins à utiliser en aquaculture.

De plus, M. Dixon et son équipe étudient comment les faibles températures, qui réduisent aussi l’immunité, causent des tumeurs chez le doré jaune. Les tumeurs sont causées par un virus qui peut se développer lorsque de faibles températures affaiblissent le système immunitaire du doré jaune.

Finalement, des recherches récentes ont montré que, chez les poissons, les mâles et les femelles ont des réponses immunitaires différentes. Cette différence a des implications importantes pour les installations d’aquaculture qui utilisent des stocks de production uniquement de femelles. M. Dixon cherche à déterminer si ces différences se produisent seulement chez les poissons adultes ou encore tout au long du cycle de vie.

Les travaux de M. Dixon fourniront les réponses dont nous avons besoin pour mettre au point des outils, des politiques et des techniques de gestion qui s’avèrent essentiels pour assurer la survie des espèces de poisson d’eaux froides du Canada et la durabilité de notre secteur de l’aquaculture pour les générations à venir.