Miroslaw (Mirek) Cygler



Chaire de recherche du Canada en médecine moléculaire utilisant la lumière synchrotron

Niveau 1 - 2011-10-01
Date de renouvellement : 2019-01-01
University of Saskatchewan
Instituts de recherche en santé du Canada

306-966-4361
miroslaw.cygler@usask.ca

Objet de la recherche


Utiliser le rayonnement synchrotron pour examiner les structures des protéines de pathogènes bactériens et déterminer comment ils causent la maladie chez l’être humain.

Importance de la recherche


Permettre de mieux comprendre comment les protéines bactériennes interagissent avec les protéines hôtes et fournir des connaissances permettant de repérer de nouvelles cibles pour la mise au point d’antibactériens et de nouveaux antibiotiques.

Faire la guerre aux super bactéries


À l’heure actuelle, une féroce bataille se livre contre les bactéries qui causent la maladie chez l’être humain. C’est que les bactéries deviennent résistantes aux médicaments utilisés contre elles. Certaines, telles que le staphylocoque doré résistant à la méthicilline, Clostridium difficile et certaines souches de tuberculose, sont devenues des « super bactéries » qui sont insensibles à la plupart des antibiotiques. L’Organisation mondiale de la santé, considère que l’ascension de ces super bactéries représente une nouvelle crise en matière de santé.

Mirek Cygler, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en médecine moléculaire utilisant la lumière synchrotron, travaille à devancer la résistance bactérienne en repérant de nouvelles cibles médicamenteuses qui orienteront le développement de nouvelles classes d’antibiotiques. Il explore une stratégie visant à cibler uniquement la capacité de la bactérie de causer la maladie – plutôt que de tuer le pathogène – ce qui réduirait la pression exercée sur la bactérie pour qu’elle développe une résistance.

M. Cygler cherche aussi à comprendre les protéines effectrices des bactéries – molécules qui interagissent avec les protéines des cellules hôtes pour essentiellement « crocheter la serrure » et envahir la cellule. Une fois qu’elles ont franchi les défenses de la cellule, ces bactéries peuvent en utiliser les ressources la pour vivre et se reproduire.

M. Cygler utilise la puissance du synchrotron (source de lumière brillante dont se servent les scientifiques pour recueillir de l’information sur les propriétés des matériaux au niveau moléculaire) d’une installation nationale en Saskatchewan pour déterminer la forme et la structure des protéines effectrices. Au moyen d’intenses rayons X produits par le synchrotron, il cherche à cartographier ces protéines en trois dimensions.

La recherche de Mirek Cygler fournira de nouvelles munitions dans la guerre contre les super bactéries et pourrait en freiner la propagation.