Gary Hinshaw


Chaire de recherche du Canada en cosmologie observationnelle

Niveau 1 - 2011-11-01
Date de renouvellement : 2018-11-01
University of British Columbia
Sciences naturelles et génie

604-827-4063
hinshaw@physics.ubc.ca

En provenance de


NASA Goddard Space Flight Center, États-Unis

Objet de la recherche


Utiliser l’observation des ondes radio et des micro-ondes pour sonder la nature de l’univers.

Importance de la recherche


Déterminer comment l’univers a commencé et comment il prendra probablement fin.

Découvrir l’origine et le sort de l’univers


Quel est l’âge de l’univers? Comment a-t-il commencé et comment se terminera-t-il? Gary Hinshaw, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en cosmologie observationnelle, tente de répondre à ces interrogations et à d’autres profondes questions en étudiant l’univers et la place que nous y occupons.

Il y a quelques décennies, nous n’avions que des réponses sommaires à ces questions. Aujourd’hui, grâce à des données précises, obtenues à l’aide d’un éventail d’instruments de technologie de pointe, on estime que l’âge de l’univers est de 13,75 milliards d’années. Nous savons qu’il contient surtout de la matière noire et de l’énergie noire. Au meilleur de notre connaissance, il est infini et ne cessera jamais de prendre de l’expansion, et ce à un rythme toujours plus rapide.

M. Hinshaw utilise des télescopes radio pour répondre à deux énigmes de la cosmologie : L’inflation cosmique se produit-elle vraiment? Quelle est la nature de l’énergie noire qui domine l’univers?

L’inflation cosmique suppose qu’une expansion exponentielle extrêmement rapide de l’univers a eu lieu à la suite d’une énorme explosion de croissance alimentée par l’énergie du vide. Bien que la preuve démontrant l’inflation ne soit que circonstancielle, de nouvelles observations pourraient changer cet état de chose. L’énergie noire constitue sans doute la plus grande énigme de la physique actuelle. La seule façon de la mesurer consiste à observer son incidence sur l’ensemble du cosmos, car ses répercussions à proximité de la terre sont quasi imperceptibles.

La recherche de Gary Hinshaw permettra de mieux comprendre l’origine et le sort de notre cosmos.