Michael Baker



Chaire de recherche du Canada en économie, en développement de l’enfant et en politique publique

Niveau 1 - 2012-05-18
Date de renouvellement : 2019-04-01
University of Toronto
Sciences humaines

416-978-4138
baker@chass.utoronto.ca

Objet de la recherche


Examiner le développement de l’enfant en tenant compte du sexe et du statut socioéconomique de divers enfants, et relier ces différences aux résultats économiques, comportementaux et cognitifs qui surviendront plus tard dans leur vie.

Importance de la recherche


Faciliter l’élaboration des programmes d’éducation préscolaire et mieux comprendre les différences entre les sexes en ce qui a trait aux résultats obtenus dans la vie.

L’influence du sexe et du revenu sur l’avenir des enfants


Chacun sait que le fondement de notre réussite sociale et éducative s’établit dès la petite enfance.

Les garçons et les filles – qui deviendront des hommes et des femmes – sont différents. Ces deux groupes choisissent des disciplines différentes à l’école et ont des carrières différentes. Or, on ne sait pas clairement pourquoi il en est ainsi. Certains suggèrent que ces différences reflètent la façon dont la société incite les femmes à faire certains choix et exerce parfois une discrimination contre elles. D’autres font valoir que les différences entre les sexes sont d’ordre biologique.

Michael Baker, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie, en développement de l’enfant et en politique publique, ouvre une nouvelle voie à ce chapitre. M. Baker dirige une vaste étude sur l’information en matière d’environnement et de développement qui est fournie aux jeunes enfants, selon leur sexe. Il reliera ensuite ces différences aux résultats cognitifs, comportementaux et économiques que ces enfants auront plus tard dans leur vie. Il vise à déterminer si les enfants sont exposés à des environnements différents et, le cas échéant, si ces différences ont une importance en bout de ligne.

M. Baker examine également si la relation entre les retards de développement dans la petite enfance et les résultats cognitifs, comportementaux et économiques plus tard dans la vie diffèrent en fonction du revenu familial et du statut socioéconomique. Les bienfaits de l’éducation préscolaire dans le cas des enfants défavorisés sont connus, mais on ne sait pas s’ils se vérifient aussi chez les enfants plus favorisés.

La recherche de Michael Baker pourrait avoir des répercussions importantes sur l’élaboration des programmes d’éducation préscolaire et l’investissement dans ceux-ci. Ses découvertes nous aideront aussi à comprendre le rôle des différences entre les sexes en ce qui a trait aux résultats obtenus dans la vie.