Evan Wood


Chaire de recherche du Canada sur la médecine dans les quartiers pauvres des villes

Niveau 1 - 2017-11-01
University of British Columbia
Instituts de recherche en santé du Canada

604-806-9692
uhri-ew@cfenet.ubc.ca

Objet de la recherche


Examiner les problèmes de santé complexes auxquels font face les quartiers pauvres des villes.

Importance de la recherche


Améliorer les stratégies visant à régler les problèmes de santé qui découlent de la pauvreté, de la maladie mentale et de la toxicomanie.

Aider les personnes vulnérables des quartiers pauvres de nos villes


Toutes les grandes villes canadiennes ont des quartiers à faible revenu, où la pauvreté, la maladie mentale et la toxicomanie causent d’importantes inquiétudes qui concernent la santé et la collectivité. Les minorités ethniques, les sans-abri, les toxicomanes et les jeunes qui traînent dans les rues figurent parmi les populations particulièrement vulnérables des quartiers pauvres des villes. Des maladies chroniques, telles que l’hépatite C et le VIH – troubles causés par la toxicomanie et d’autres conditions associées à la pauvreté – entraînent une morbidité et une mortalité considérables et font grimper les coûts des soins de santé. Evan Wood, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la médecine dans les quartiers pauvres des villes, cherche à aider certains des citoyens les plus vulnérables de la société en orientant la réponse à ces défis de longue date en matière de santé et de société. M. Wood examine des défis complexes, sur le plan de la médecine et de la santé publique, qui inquiètent depuis longtemps les artisans de la politique souhaitant répondre aux besoins en santé des quartiers pauvres des villes. Sa recherche facilitera la prestation d’approches uniques à l’égard de problèmes de santé courants, comme la toxicomanie et le VIH/sida, qui présentent un imposant défi de santé publique. La recherche d’Evan Wood mènera à l’élaboration d’approches reposant sur des faits pour traiter la toxicomanie et prévenir la propagation de maladies infectieuses coûteuses, tel le VIH/sida. Il en résultera une amélioration de la santé publique par l’application de stratégies visant à désengorger les salles d’urgence dans les quartiers pauvres des villes et à réduire les coûts des soins de santé.