Rowan Thomson



Chaire de recherche du Canada en physique de la radiothérapie

Niveau 2 - 2017-11-01
Date de renouvellement : 2019-01-01
Carleton University
Sciences naturelles et génie

613-520-2600, ext 7540
rthomson@physics.carleton.ca

Objet de la recherche


Étudier les interactions entre les rayonnements et la matière ainsi que les applications en résultant dans le domaine de la radiothérapie oncologique.

Importance de la recherche


Approfondir la compréhension des interactions entre les rayonnements et la matière ainsi que de la radiodosimétrie, ce qui aboutira à de meilleurs traitements de radiothérapie oncologique.

Améliorer les traitements de radiothérapie pour le cancer


Quarante pour cent des Canadiens auront un cancer à un moment de leur vie. Bien que la moitié des patients atteints d’un cancer reçoivent une radiothérapie, les chercheurs tentent encore de trouver des réponses à des questions fondamentales sur les interactions entre les rayonnements et la matière ainsi que sur la radiodosimétrie (le calcul de la dose absorbée par les tissus découlant de l’exposition à des rayonnements ionisants).

Mme Rowan Thomson, titulaire de la chaire de recherche du Canada en physique de la radiothérapie, étudie les interactions entre les rayonnements et la matière en utilisant des techniques informatiques et théoriques.

Mme Thomson a déjà dirigé l’élaboration de codes de simulation rapides et précis pour la brachythérapie, plus récemment d’egs_brachy (un code Monte Carlo polyvalent et rapide destiné aux applications en brachythérapie). La brachythérapie est une méthode courante de radiothérapie dans laquelle des sources radioactives sont placées près ou à l’intérieur d’une tumeur. Cependant, le calcul exact de la dose a toujours représenté un défi; egs_brachy fait progresser la technique de dosimétrie de la brachythérapie. Cette technique est déjà déployée dans des centres de cancérologie du monde entier pour améliorer les traitements.

À l’heure actuelle, Mme Thomson et son équipe de recherche conçoivent des méthodes pour étudier les interactions des rayonnements au niveau cellulaire ou sous-cellulaire. Les composants des cellules sont généralement considérés comme étant la cible de rayonnements, mais le dépôt d’énergie (l’énergie qui est absorbée avant d’atteindre une cible donnée) au niveau cellulaire est mal compris. Ils étudient également la possibilité de fournir des traitements de radiothérapie au moyen d’appareils à la nanoéchelle.

La recherche de Mme Thomson permettra de planifier et d’évaluer plus précisément les traitements de radiothérapie, et se traduira par une amélioration des traitements oncologiques. Elle permettra aussi d’enrichir nos connaissances en physique des rayonnements qui auront des incidences dans d’autres domaines qui utilisent les rayonnements, comme l’imagerie diagnostique et la médecine nucléaire.