Jonathan Allan


Chaire de recherche du Canada sur la théorie allosexuelle

Niveau 2 - 2014-05-01
Brandon University
Sciences humaines

204-727-2445
allanj@brandonu.ca

Objet de la recherche


Étudier la masculinité et l’homophobie dans la littérature, le cinéma, les textes visuels et les mouvements sociaux.

Importance de la recherche


Mettre au point une nouvelle théorie allosexuelle et de la masculinité et favoriser la création d’espaces sûrs et positifs dans les universités, en particulier dans les régions rurales et les petites villes.

Les garçons sont des garçons, mais de quel genre? L’homophobie, l’intimidation et la masculinité


Fais un homme de toi! Un garçon ne pleure pas! Les garçons sont des garçons. Quel est le sens de ces phrases et pourquoi les répétons-nous ? Qui décide qui est un « vrai » homme et par conséquent, qui ne l’est pas? Dans ses recherches, Jonathan A. Allan, Chaire de recherche du Canada sur la théorie allosexuelle, pose des questions tout à fait actuelles sur la façon dont la société construit la notion de la masculinité. Ses recherches suggèrent que nos préjugés sur la masculinité vouent les hommes à l’échec et soulèvent cette question : pourquoi notre société tient-elle à un concept de la masculinité impossible à atteindre? Qui est « masculin », qu’est-ce que ça veut dire et pourquoi est-ce important?

M. Allan développe de nouveaux modèles théoriques et de nouvelles idées qui nous permettent de nuancer davantage nos idées sur la masculinité. Il s’intéresse particulièrement à la masculinité exprimée à travers les émotions, l’affection et les sentiments. Par exemple, pourquoi le personnage de « l’homme blanc enragé » est devenu un stéréotype si répandu ? Pourquoi les gens ont peur des hommes « féminins » et quel est l’impact d’un terme comme métrosexuel sur notre conception de la masculinité ?

À titre de Chaire de recherche du Canada sur la théorie allosexuelle, M. Allan étudiera et rédigera des articles traitant d’un grand éventail de sujets, incluant la peur des hommes féminisés, l’homophobie et la théorie allosexuelle. Sa recherche défriche de nouvelles idées sur la masculinité, se penchant particulièrement sur les programmes d’études masculines alors que plusieurs qualifient notre époque d’antiféministe.

M. Allan regroupe dans ses recherches des notions de théorie allosexuelle, de psychanalyse et de théorie sur l’éducation affective.