Sriram Narasimhan


Chaire de recherche du Canada sur les infrastructures intelligentes

Niveau 2 - 2017-11-01
University of Waterloo
Sciences naturelles et génie

519-888-4567, ext./poste 38081
sriram.narasimhan@uwaterloo.ca

Objet de la recherche


Utiliser des capteurs, des actionneurs et des mesures pour mettre en évidence les conditions et vulnérabilités des infrastructures, et trouver des moyens de protéger celles-ci des risques d’origine naturelle et humaine.

Importance de la recherche


Élaborer des moyens économiques pour évaluer et protéger les infrastructures et réduire les risques de défaillance des infrastructures.

Détecter les défaillances catastrophiques avant qu’elles ne surviennent


En juin 2013, six wagons d’un train du Canadien Pacifique ont déraillé en raison d’une défaillance du pont enjambant la rivière Bow, à Calgary. La défaillance a été provoquée par un creusement près de l’un des piliers, causé par les eaux de crues au courant rapide. Interrogé à savoir pourquoi cette faiblesse n’avait pas été détectée malgré plusieurs inspections, un porte-parole de la compagnie de chemin de fer a affirmé que, comme le creusement avait eu lieu au pied du pont, l’inspection et la détection s’étaient avérées impossibles.

Cette affirmation illustre les difficultés rencontrées lorsqu’on procède à l’inspection d’infrastructures essentielles et vulnérables à l’aide des méthodes conventionnelles.

Les travaux de Sriram Narasimhan, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les infrastructures intelligentes, visent à détecter automatiquement de telles défaillances, grâce à l’utilisation de capteurs et d’une technologie intelligente d’acquisition de données. Une telle technologie permettrait d’évaluer avec assurance les structures et de prévoir les défaillances catastrophiques avant qu’elles ne surviennent. Pour ce faire, M. Narasimhan élabore des concepts théoriques visant à extraire des données mesurées des renseignements utiles; il conçoit des algorithmes informatiques pour la mise en œuvre et effectue des études expérimentales en laboratoire et sur le terrain.

Notre capacité à recueillir de l'information à l’aide de capteurs a largement dépassé notre capacité à gérer et à interpréter ces données, et à y réagir assez rapidement pour prévenir des catastrophes. Les travaux de M. Narasimhan s’attaquent à cette importante lacune technologique et, ultimement, permettront la conception d’infrastructures intelligentes qui contribueront à réduire le risque de défaillance catastrophique.

Une mise en œuvre réussie de cette technologie nous permettrait non seulement de sauver des vies, mais de prolonger la vie des infrastructures existantes, engendrant du même coup des économies.