Clark Dickerson



Chaire de recherche du Canada sur le fonctionnement de l’épaule

Niveau 2 - 2000-01-01
Date de renouvellement : 2019-11-01
University of Waterloo
Sciences naturelles et génie

519-888-4567, ext./poste 37844
clark.dickerson@uwaterloo.ca

Objet de la recherche


Étudier le fonctionnement de l’épaule humaine.

Importance de la recherche


Permettre de mieux comprendre comment l’épaule fonctionne, comment les tissus de l’épaule subissent des dommages et quelles techniques sont susceptibles de réparer ces dommages.

La flexibilité et l’instabilité incomparables de l’épaule humaine


L’épaule de l’être humain est incroyablement flexible et intrinsèquement instable. Elle doit l’être pour que nous puissions accomplir diverses activités, allant de la pratique des sports à l’exécution de tâches quotidiennes, comme écrire et dactylographier. Mais cela coûte cher. Au Canada, les problèmes d’épaule représentent pour le système de santé des coûts de près de un milliard de dollars par année – sans compter les coûts des pertes de productivité. La perte d’autonomie et la réduction de la qualité de vie subies par les personnes souffrant de blessures à l’épaule sont tout aussi importantes.

À l’aide de techniques issues des mathématiques, de la biologie, de la physique et du génie, Clark Dickerson, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le fonctionnement de l’épaule, cherche des moyens de prévenir les blessures à l’épaule.

En combinant l’étude de la tolérance des tissus de l’épaule et des simulations électroniques haute fidélité, M. Dickerson et son équipe de recherche élaborent de nouvelles solutions interdisciplinaires visant à éliminer et à prévenir les dommages aux épaules. Pour ce faire, ils examinent comment la fabrication des produits de consommation, la conception de produits axés sur l’utilisateur et l’aménagement des lieux de travail peuvent avoir une incidence sur la santé de l’épaule. Dickerson et son équipe étudient également les répercussions d’autres facteurs sur l’intégrité de l’épaule, comme les mouvements de compensation, la fatigue musculaire et le vieillissement.

Les recherches de M. Dickerson pourraient nous aider à mieux comprendre les causes fondamentales des dommages aux épaules. Elles pourraient également entraîner des modifications à nos interfaces, lieux de travail et vies quotidiennes, modifications susceptibles de protéger la santé de l’épaule et améliorer la qualité de vie de tous les Canadiens et Canadiennes.