Jordan Poppenk



Chaire de recherche du Canada en neuro-imagerie cognitive

Niveau 2 - 2017-11-01
Queen's University
Sciences naturelles et génie

613-553-6009
jpoppenk@queensu.ca

En provenance de


Princeton University, États-Unis

Objet de la recherche


Utiliser des techniques de neuro-imagerie pour examiner ce qui se produit dans le cerveau humain lorsque nous nous remémorons des souvenirs.

Importance de la recherche


Aider à mieux comprendre les conséquences des lésions cérébrales, et améliorer notre capacité à concevoir des approches éducatives et à traiter les troubles envahissants de la mémoire.

Que se passe-t-il quand nous nous souvenons?


Lorsque nous nous rappelons des souvenirs, ceux-ci deviennent vulnérables : par exemple, les questions suggestives d’un interrogateur peuvent modifier certains détails dans les souvenirs d’un témoin. Les souvenirs remémorés peuvent aussi aider à en créer de nouveaux : des détails importants appris lors des cours prérequis nous aident à comprendre la nouvelle matière. Ces exemples montrent bien comment l’acte de se rappeler peut nous transformer.

La capacité des chercheurs à explorer les processus cognitifs qui sont influencés par le fait de se rappeler des souvenirs a été entravée par la capacité limitée des volontaires à décrire avec précision leur propre expérience de se souvenir et par le fait que le processus de souvenir modifie de façon intrinsèque la dynamique de remémoration étudiée. Toutefois, les récentes technologies de neuro-imagerie fonctionnelle permettent aux chercheurs d’observer les souvenirs à mesure qu’ils deviennent actifs dans le cerveau, donnant ainsi accès à de nouvelles informations.

En tant que titulaire de la Chaire de recherche du Canada en neuro-imagerie cognitive, Jordan Poppenk examine les conséquences du fait de se remémorer des souvenirs. Dans le cadre de ses expériences, il mesure l’impact de la remémoration sur les processus cognitifs, comme la formation de nouveaux souvenirs et la planification pour l’avenir, de même que les systèmes neuraux impliqués dans ces processus. Ses travaux étudient aussi dans quelle mesure la neuroanatomie pourrait prédisposer certaines personnes à utiliser leurs souvenirs de façon différente des autres.

Les recherches de M. Poppenk pourraient aider les cliniciens à mieux prévoir les impacts des lésions cérébrales qui ont une influence sur les systèmes de la mémoire et à offrir de meilleurs traitements aux patients souffrant de troubles envahissants de la mémoire. Elles pourraient aussi aider les éducateurs à mieux concevoir des cours favorisant une rétention à long terme.