Benoît Lessard



Chaire de recherche du Canada sur les matériaux polymères de pointe et l’électronique organique

Niveau 2
Université d'Ottawa
Sciences naturelles et génie

613-562-5800, ext./poste 6101
benoit.lessard@uottawa.ca

Objet de la recherche


Créer de nouveaux matériaux à incorporer dans des capteurs souples et peu coûteux.

Importance de la recherche


Permettre la création de capteurs peu coûteux, souples et hautement sélectifs pouvant être utilisés à des fins aussi variées que l’amélioration de l’efficacité des procédés et le monitorage médical avancé.

Souple et intelligent : le nouveau monde de l’électronique « organique »


L’électronique organique, aussi appelée électronique plastique ou imprimable, est aujourd’hui de plus en plus utilisée dans les technologies – depuis les nouveaux téléphones flexibles et écrans de télévision jusqu’aux éclairages hautement efficaces et aux dispositifs photovoltaïques peu coûteux (une technologie qui convertit la lumière du soleil en électricité dans des panneaux solaires). Au lieu des semiconducteurs traditionnels à base de silicium, l’électronique organique utilise des semiconducteurs faits de polymères ou de petites molécules à base de carbone. Cela permet d’ajouter de la souplesse et de réduire les coûts de fabrication.

En tant que titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les matériaux polymères de pointe et l’électronique organique, Benoit Lessard examine une autre application de l’électronique organique : les capteurs hautement spécifiques. Ces capteurs portables peuvent mesurer des paramètres physiologiques importants (comme la température centrale, la fréquence cardiaque et respiratoire, la pression sanguine, etc.), stocker des données et même administrer des médicaments.

Par exemple, des capteurs de gaz toxique peu coûteux pourraient améliorer à la fois les procédés chimiques et la sécurité dans les usines chimiques; des capteurs hautement spécifiques avec des temps de réponse ultrarapides pourraient servir à détecter une contamination de l’eau potable ou à soumettre des athlètes à des tests antidopage; et des capteurs sensibles à la pression pourraient même donner à des robots ou à des victimes de brûlures la sensation du toucher.

M. Lessard et son équipe de recherche se concentreront sur l’utilisation de polymères « intelligents » (capables de réagir aux stimulus) dans les capteurs électroniques organiques et étudieront l’impact de l’environnement sur les dispositifs créés. Ils espèrent être en mesure de produire des capteurs électroniques organiques flexibles et hautement spécifiques qui pourraient être utilisés par exemple pour le suivi environnemental, l’amélioration de l’efficacité dans les usines chimiques et la mise au point de systèmes médicaux novateurs permettant d’améliorer la qualité de vie.