Gérard Duhaime



Chaire de recherche du Canada sur la condition autochtone comparée

Niveau 1 - 2016-01-09
Date de renouvellement : 2016-12-01
Université Laval
Sciences humaines

418-656-2131, ext. 2997
gerard.duhaime@soc.ulaval.ca

Objet de la recherche


Étudier la condition sociale, économique et politique des Autochtones contemporains et des résidents de l’aire circumpolaire.

Importance de la recherche


Créer des connaissances sur la condition autochtone et contribuer à influencer les politiques publiques régionales, nationales et circumpolaires.

La condition autochtone, les mutations sociales et les inégalités


Le Nord change. Les conditions de vie des résidents, en particulier celles des communautés autochtones, ont été radicalement transformées. La marchandisation du travail et de la consommation poursuit sa progression, tandis que les activités économiques coutumières sont dévalorisées par l’exploitation industrielle des ressources. Mesuré en termes pécuniaires, le niveau de vie a augmenté, mais le processus s’accompagne de multiples mutations de l’organisation sociale et culturelle, comme l’accroissement de la stratification sociale, l’émancipation des rôles et des statuts traditionnels, l’érosion de la communauté de valeurs, le progrès de l’individualisme ou la place grandissante des formes de solidarité médiatisées par le marché et l’État.

Gérard Duhaime, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la condition autochtone comparée, cherche à comprendre les conditions de vie des sociétés contemporaines et des communautés autochtones, ainsi que leurs transformations, au moyen de recherches comparatives. Il privilégie la piste des rapports entre les conditions économiques, sociales et politiques, qu’il éclaire par le regard de la sociologie et par le dialogue interdisciplinaire.

Afin de repousser les frontières de la connaissance, M. Duhaime et son équipe effectuent des recherches de pointe multiméthodes à toutes les échelles : les vastes ensembles de statistiques sociales circumpolaires nourrissent les travaux de terrain localisés et qualitatifs.

Grâce à ces recherches, ils participent au débat collectif international, national et régional sur les enjeux contemporains de la condition autochtone et du développement. Ils contribueront ainsi concrètement à formuler des politiques publiques susceptibles d’aplanir les inégalités et d’aider les Autochtones à construire leur propre avenir.