Pierre Talbot


Chaire de recherche du Canada en neuro-immunovirologie

Niveau 1 - 2003-06-01
Date de renouvellement : 2010-06-01
Université du Québec, Institut national de recherche scientifique
Santé

450-686-5515
pierre.talbot@iaf.inrs.ca

Objet de la recherche


Caractérisation des interactions moléculaires et cellulaires entre les virus du rhume et les systèmes immunitaires et nerveux.

Importance de la recherche


Conception et développement de stratégies de diagnostic et d'intervention pour des maladies neurologiques d'origine inconnue, telles que la sclérose en plaques et les maladies de Parkinson et d'Alzheimer.

L'implication virale dans les maladies neurologiques


Des millions de personnes dans le monde entier sont atteintes de maladies neurologiques, dont environ 22 millions de démence, un exemple typique de perte des capacités mentales. Les maladies neurologiques ont parfois une origine génétique, parfois une origine environnementale, et parfois il s'agit d'une combinaison des deux. Divers agents infectieux transmissibles peuvent aussi être en cause. La manière d'interaction des virus avec les systèmes immunitaire et nerveux aux niveaux moléculaire et cellulaire ainsi que l'impact de cette interaction sur le développement de maladies neurologiques inflammatoires constituent un important domaine d'étude, mais il est plutôt négligé. Puisque les origines de plusieurs maladies neurologiques - dont la sclérose en plaques et les maladies de Parkinson et d'Alzheimer - sont inconnues, la découverte éventuelle de liens entre celles-ci, les pathogènes infectieux et les réactions immunitaires, pourrait mener à des stratégies préventives, thérapeutiques et diagnostiques inédites.

Les coronavirus qui sont à l'origine d'environ un tiers des rhumes que contractent les êtres humains constituent le champ d'intérêt de M. Pierre Talbot. On a établi un lien entre les coronavirus et des maladies qui ressemblent à la sclérose en plaques chez des rongeurs génétiquement prédisposés. M. Talbot a démontré en laboratoire que ces virus peuvent affecter les cellules du système nerveux humain, persister dans le cerveau et déclencher des leucocytes potentiellement dangereux chez les personnes atteintes de sclérose en plaques.

Le programme de recherche de M. Talbot s'articule autour de trois thèmes majeurs. Le premier portera sur la caractérisation des paramètres cellulaires et moléculaires des infections causées par des coronavirus, leur persistance dans le système nerveux, ainsi que les mécanismes neuropathologiques inflammatoires. Le second thème sera axé sur la caractérisation au niveau moléculaire de l'activité hétérospécifique des lymphocytes T entre les coronavirus humains et deux antigènes importants de la myéline. Enfin, M. Talbot caractérisera les mécanismes cellulaires et moléculaires de la neutralisation d'antigènes des coronavirus, comme une stratégie d'intervention possible ainsi que comme un modèle général pour mieux comprendre la neutralisation de l'immunité antivirale.

Dans l'ensemble, le programme de M. Talbot lui permettra de contribuer de manière importante à la description de nouvelles et d'importantes dimensions, du point de vue de la pathologie, de l'interaction entre les virus et les systèmes immunitaires et nerveux et d'apporter de nouvelles données sur la neutralisation des virus.