Archives


Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


L'University of Victoria est reconnue pour ses pratiques exemplaires en matière d’équité en 2012

25 octobre 2012 | Le secrétariat du Programme est heureux de reconnaître l’University of Victoria, qui a adopté des pratiques exemplaires en matière de recrutement, de mise en candidature et de nomination de titulaires de chaire et qui a atteint ses objectifs d’équité quant à la représentation des quatre groupes désignés parmi les titulaires de chaire en 2012.

Pour en savoir plus...


Prabhat Jha, titulaire d'une chaire de recherche du Canada, reçoit l’Ordre du Canada

6 juillet 2012 | Prabhat Jha, titulaire de la Chaire de recherche du Canada pour la santé et le développement, a récemment été nommé Officier de l’Ordre du Canada.

Pour en savoir plus...


Janice Keefe, titulaire d’une chaire de recherche du Canada, fait une présentation sur la Colline du Parlement dans le cadre de la série Voir grand

18 mai 2012 | D’après Janice Keefe, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les politiques relatives au vieillissement et à la prestation des soins financée par le Conseil de recherches en sciences humaines à la Mount Saint Vincent University, en Nouvelle-Écosse, le Canada ne peut se permettre de continuer à s’occuper de ses fournisseurs de soins comme il le fait à l’heure actuelle.

Pour en savoir plus...


Discussions de groupe tenues par le Programme des chaires de recherche du Canada au Congrès de 2012

4 mai 2012 | Dans le cadre du Congrès des sciences humaines qui aura lieu à la Wilfrid Laurier University et à l’University of Waterloo, le Programme des chaires de recherche du Canada tiendra, le 29 mai 2012, deux discussions de groupe interdisciplinaires sur les défis auxquels le Canada devra faire face au cours des 5, 10 et 20 prochaines années.

Pour en savoir plus...


La fonte des glaces pourrait faire progresser la législation canadienne sur les océans

11 avril 2012 | Selon David VanderZwaag, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le droit de la mer et la gestion des océans de la Dalhousie University, les nombreux défis qu’entraîne le changement climatique pourraient permettre au Canada d’exceller sur la scène internationale.

Pour en savoir plus...


Cheryl M. Bartlett, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sciences de l’intégration, reçoit l’Ordre du Canada

13 janvier 2012 | Cheryl M. Bartlett, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sciences de l’intégration, a récemment reçu l’Ordre du Canada pour ses travaux consistant à trouver une nouvelle approche visant à intégrer des traditions d’apprentissage des Mi’kmaq dans l’éducation scientifique postsecondaire.

Pour en savoir plus...

Le titulaire de chaire de recherche du Canada André D. Bandrauk reçoit l’Ordre du Canada

5 décembre 2011 | André D. Bandrauk, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en chimie computationnelle et en photonique moléculaire de l’Université de Sherbrooke, s’est vu remettre l’Ordre du Canada pour ses travaux novateurs sur la chimie attoseconde.

Pour en savoir plus...


Énoncé interorganismes

24 novembre 2011 |

Consentement à la divulgation de renseignements personnels

Foire aux questions


UNE SUBVENTION DE « GÉNIE » MACARTHUR EST OFFERTE À UN TITULAIRE DE CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA

24 octobre 2011 | Sarah Otto, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en évolution théorique et expérimentale de l’University of British Columbia (UBC), s’est vu offrir une subvention de « génie » de 500 000 $ de la John D. and Catherine T. MacArthur Foundation, des États-Unis.

Pour en savoir plus...


UNE DÉCOUVERTE MÈNE À LA CRÉATION DE DISPOSITIFS CHIRURGICAUX « INTELLIGENTS »

20 octobre 2011 | Srikantha Phani, de l’University of British Columbia, a découvert un moyen de faire en sorte que certains matériaux souples – comme le plastique et la mousse – conservent leur forme.

Pour en savoir plus...


LE PHYSICIEN LOUIS TAILLEFER REÇOIT L’ORDRE DU CANADA

28 septembre 2011 | Son Excellence le très honorable David Johnston, gouverneur général du Canada, a remis l’Ordre du Canada à Louis Taillefer, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en matériaux quantiques, pour ses travaux sur le comportement des électrons de matière.

Pour en savoir plus...


LE PROGRAMME DES CHAIRES DE RECHERCHE DU CANADA RECONNAÎT LES IMPORTANTES CONTRIBUTIONS DE SES ÉVALUATEURS

16 septembre 2011 | Chaque année, 1 200 des meilleurs chercheurs canadiens dévouent bénévolement leur temps et leurs efforts pour évaluer les candidatures du Programme des chaires de recherche du Canada. Ces contribuent permettent de s’assurer que toutes les chaires de recherche du Canada sont attribuées à l’issue d’un processus indépendant d’évaluation par les pairs qui adhèrent aux plus hautes normes internationales de qualité et d’intégrité.

Pour en savoir plus...


UN TITULAIRE DE CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA ÉTABLIT UN LIEN ENTRE LE REVENU, L’EXERCICE ET LE DÉJEUNER AINSI QUE L’OBÉSITÉ DES JEUNES

12 septembre 2011 | Wendy Young, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le vieillissement en santé de la Memorial University, a découvert que le revenu familial et le fait qu’un enfant prenne son déjeuner ou non constituent d’importants facteurs d’obésité chez les jeunes.

Pour en savoir plus...


Mise à jour des lignes directrices administratives

26 août 2011 | Les lignes directrices liées à l’administration d’attributions du Programme des chaires de recherche du Canada et du Programme des chaires d’excellence en recherche du Canada ont été fusionnées en un seul document complet. Le Guide d’administration financière des programmes de chaires présente des renseignements précis sur l’acceptation d’une chaire, sur les responsabilités connexes, sur l’utilisation de fonds de subvention, sur l’établissement de rapports et sur d’autres questions administrative. Pour obtenir des précisions, veuillez consulter ce guide.

 


David Vocadlo et l’innovation biotechnologique au Canada

Récemment nommé l’un des 40 meilleurs leaders de moins de 40 ans, David Vocadlo, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en biologie chimique de la Simon Fraser University, dirige une équipe de recherche multidisciplinaire de 15 personnes dans un domaine en pleine expansion de la biologie chimique que l’on appelle la « glycobiologie », soit l’étude du rôle que jouent les glucides quant aux processus biologiques. Le Secrétariat du Programme des chaires de recherche du Canada a interrogé M. Vocadlo afin de connaître ses impressions sur la distinction qu’il a récemment reçue et sur l’état actuel de l’innovation scientifique au Canada.

Pour en savoir plus...


Un titulaire de chaire de recherche du Canada découvre un nouveau lien entre le stress et le trouble bipolaire

30 juin 2011 | Mark A. Ellenbogen, de l’Université Concordia, a découvert que les enfants de parents souffrant d’un trouble bipolaire sont plus vulnérables au stress que les autres. Le chercheur espère qu’en montrant le lien existant entre les hormones de stress et le milieu familial, ses nouveaux travaux contribueront à prévenir l’apparition des troubles mentaux chez ces enfants.

Mark Ellenbogen
Mark A. Ellenbogen, Chaire de recherche du Canada en psychopathologie du développement

Même si l’équipe de recherche de M. Ellenbogen savait déjà que les enfants de parents atteints d’un trouble bipolaire ont un taux plus élevé de cortisol – qui est une hormone de stress –, leur nouvelle recherche en explique maintenant les raisons.

« Il s’agit de la première étude qui montre la réactivité des gens à des événements naturels », explique le chercheur, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en psychopathologie du développement. « Une grande réactivité peut avoir un impact considérable sur le risque qu’une personne soit atteinte de troubles mentaux. »

Quant aux implications concernant les familles dont un membre souffre d’un trouble bipolaire, M. Ellenbogen indique ce qui suit : « L’une des raisons pour lesquelles les enfants sont vulnérables aux troubles mentaux est qu’ils peuvent être plus hypersensibles au stress. Pour les parents, apprendre à composer avec le stress ainsi qu’à être plus structurés et plus constants à la maison constitue un moyen de diminuer les conséquences négatives du stress en milieu familial. »

Selon certaines études menées aux États-Unis, environ 1,6 p. 100 des adultes sont atteints d’un trouble bipolaire, et 16 p. 100 souffrent de dépression. Le chercheur est d’avis qu’il est nécessaire de renseigner les gens au sujet des enjeux liés à la santé mentale et qu’il faut se faire traiter le plus tôt possible.

« Même s’il existe divers traitements, le nombre de cas continue d’augmenter au fil des décennies, précise M. Ellenbogen. Nous désirons trouver des moyens d’apporter des changements qui permettent d’éviter l’apparition de ces troubles. » 

Consulter l’article complet dans Psychological Medicine.


Les communautés résilientes sont cruciales pour combattre le changement climatique, selon un spécialiste

8 juin 2011 | Le 31 mai 2011, quatre des plus éminents spécialistes du Canada en matière de changement climatique se sont réunis au Congrès des sciences humaines de Fredericton, au Nouveau-Brunswick, pour discuter l’incidence du réchauffement climatique sur les communautés canadiennes. 

Les titulaires de chaire de recherche du Canada Andrew Weaver, Ratana Chuenpagdee et Ian Mauro ainsi que la boursière Vanier Noorjehan Johnson se sont tous mis d’accord pour dire que le changement climatique n’est que l’un des sérieux problèmes auxquels doivent faire face les communautés vulnérables, particulièrement du Nord canadien et des régions côtières.  

« Le réchauffement climatique peut s’apparenter à un cancer qui progresse », a indiqué Andrew Weaver, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en modélisation et en analyse climatique de l’University of Victoria. « Toutefois, actuellement, les chercheurs ne font que combattre les symptômes, jamais la maladie. »

Ian Mauro, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les dimensions humaines du changement environnemental de la Mount Allison University, a mentionné que les communautés du Nord sont conscientes des changements qui s’opèrent autour d’elles, mais qu’elles n’ont pas forcément de plans pour y faire face. 

« Les concepts liés à l’environnement sont fortement intégrés dans les langues des peuples inuit », précise M. Mauro, dont le film, réalisé avec le cinéaste inuit de renommée internationale Zacharias Kunuk, dresse le portrait du changement climatique au moyen de l’histoire orale des communautés inuit. « Le savoir local peut paraître anecdotique, mais il confirme des hypothèses scientifiques. » 

Ratana Chuenpagdee, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la durabilité des ressources naturelles et le développement communautaire de la Memorial University of Newfoundland, a parlé de la façon dont les communautés de la Thaïlande ont réagi à la suite du tsunami qui a dévasté le pays en 2004. « Les gens ont fait le lien entre les événements météorologiques changeants et l’activité humaine », précise-t-elle, ajoutant que bon nombre de personnes refusent toujours de retourner vivre dans les zones côtières thaïlandaises. 

Comment les communautés peuvent-elles donc devenir résilientes devant les nombreux problèmes liés au changement climatique? 

« La résilience se bâtit au moyen de deux séries de pratiques : le transfert et la citoyenneté mondiale », a affirmé Noorjehan Johnson, boursière Vanier de l’Université McGill. « Le transfert, c’est de retourner à nos racines, par exemple en utilisant des sources de nourriture locales. La citoyenneté mondiale consiste à traduire la connaissance des enjeux mondiaux en des actions locales pour combattre le changement climatique et vice versa. » 

Le groupe a conclu qu’il est nécessaire d’adopter une approche multidisciplinaire. 

« Actuellement, les chercheurs tentent de trouver une solution qui provient de l’extérieur. Je crois que la solution doit prendre racine à la source du problème, a ajouté M. Weaver. Et nous avons besoin de l’aide des chercheurs des sciences sociales pour bien expliquer les enjeux. Nous ne pourrons arriver à nos fins qu’avec des scientifiques: nous devons tous travailler ensemble. » 


Karen Bakker, spécialiste de la sécurité de l’eau, NOMMÉE L’UNE DES 40 MEILLEURS LEADERS DE MOINS DE 40 ANS  

3 juin 2011 | Karen Bakker, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en écologie politique, a récemment été nommée l’une des 40 meilleurs leaders de moins de 40 ans pour son importante contribution au domaine de la sécurité de l’eau, qui englobe les questions de l’eau, de l’énergie et de la sécurité alimentaire. 

Karen Bakker
Karen Bakker, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en écologie politique

« Ce fut à la fois surprenant et salutaire pour mon équipe », affirme Mme Bakker, qui attribue le succès de sa recherche à l’équipe de chercheurs et d’étudiants qui travaillent avec elle à l’University of British Columbia. « Des prix comme celui-là, c’est le résultat d’un effort d’équipe et de la contribution de chacun. Ce n’est jamais l’œuvre d’une seule personne. » 

Utilisés par le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme à l'accès à l'eau potable et à l'assainissement ainsi que par d’autres organismes internationaux tels que l’OCDE, les travaux de Mme Bakker ont servi à l’élaboration de politiques liées à l’eau partout dans le monde. Son plus récent ouvrage, intitulé Privatizing Water:Governance failure and the world’s urban water crisis, vient d’être publié en Asie, par l’université nationale de Singapour. 

La chercheure continue d’influencer l’élaboration des politiques environnementales canadiennes à titre de consultante auprès de deux groupes de travail nationaux sur la sécurité de l’eau : la Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie et le Conseil canadien des ministres de l’environnement. Ses travaux ont permis de cerner certains des enjeux auxquels le Canada doit faire face en matière de sécurité de l’eau. Comme le Canada possède un système décentralisé de gouvernance environnementale, les efforts liés à l’eau ne sont ni partagés, ni coordonnés. En déterminant les lacunes et les inefficacités des données environnementales que l’on recueille et analyse, les travaux de Mme Bakker favorisent l’harmonisation et le partage de l’information entre les gouvernements et les organisations secteurs privé et sans but lucratif. Les membres de son équipe de chercheurs ont affiché gratuitement dans leur site Web – une importante série de ressources et de publications, pour la plupart destinées au grand public. 

« Je suis extrêmement reconnaissante de l’appui offert par le Conseil de recherches en sciences humaines et le Programme des chaires de recherche du Canada », affirme-t-elle. 

Le programme national 40 meilleurs leaders de moins de 40 ans a été mis sur pied en 1995 et vise à reconnaître les réalisations de 40 Canadiens des secteurs public, privé et sans but lucratif qui ont connu un succès considérable avant l’âge de 40 ans. Les lauréats de cette année ont été annoncés à la fin d’avril dans le Globe and Mail.  


Michele Mosca nommé l’un des 40 meilleurs leaders de moins de 40 ans

11 mai 2011 | Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en informatique quantique, Michele Mosca a été nommé l’un des 40 meilleurs leaders de moins de 40 ans pour son importante contribution scientifique au Canada.

Michele Mosca
Michele Mosca, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en informatique quantique

Le prix, annoncé le 28 avril dans le Globe and Mail, est décerné à 40 Canadiens en mi-carrière dont le leadership a eu des répercussions positives dans leur communauté et au pays.

En tant que membre fondateur de l’Institute for Quantum Computing de l’University of Waterloo et à titre de chercheur fondateur du Perimeter Institute for Theoretical Physics de Waterloo, M. Mosca a permis de situer Waterloo et le Canada à l’avant-scène de la recherche et de l’innovation.

« Le leadership et la vision de M. Mosca ont permis de faire de l’University of Waterloo le leader mondial en recherche quantique », a déclaré le recteur de l’université, Feridun Hamdullahpur. « Son immense contribution scientifique au Canada a fait de lui un récipiendaire idéal pour ce prix. »

M. Mosca ainsi que les 39 autres lauréats ont été sélectionnés parmi plus de 1 000 nominations par un comité consultatif indépendant composé de 25 chefs de file du milieu des affaires canadien.

« Je suis très honoré et reconnaissant de faire partie du groupe si prestigieux de Canadiens », a déclaré M. Mosca. « Je suis heureux d’avoir l’occasion de rencontrer ce groupe de personnes remarquables et d’avoir la chance de m’en inspirer. »

Les personnes honorées ont été choisies selon cinq critères : vision et leadership; innovation et réalisations; impact; engagement communautaire; et stratégie de croissance.

Après avoir obtenu son doctorat en mathématiques à l’University of Oxford, M. Mosca est revenu à l’University of Waterloo en prévoyant mettre sur pied un groupe de chercheurs de calibre mondial pour étudier une nouvelle discipline : l’informatique quantique. 

En 2000, il s’est joint au nouveau Perimeter Institute for Theoretical Physics en tant que chercheur fondateur et a mis sur pied une équipe de scientifiques spécialisés en informatique quantique. Cette convergence des meilleurs scientifiques a incité Mike Lazaridis, cofondateur et coprésident-directeur général de Research in Motion, à financer un nouveau centre de recherche consacré exclusivement à l’informatique quantique – l’Institute for Quantum Computing.

Grâce à ses recherches, à son leadership ainsi qu’à efforts pour mettre sur pied un programme d’études supérieures en informatique quantique à l’University of Waterloo, M. Mosca a permis d’affermir la réputation d’épicentre mondial de la recherche quantique du Canada.

« Notre objectif est d’être la "vallée quantique" mondiale, a affirmé M. Mosca. Nous avons préparé les fondements au Canada, avec l’appui  inestimable de sources de financement privées, provinciales et fédérales. J’aimerais renforcer ces bases en faisant des percées majeures et en formant la prochaine génération de chercheurs quantiques pour qu’ils puissent, à partir de ces percées, en dériver des applications profitables à toute la société. »


Un titulaire de chaire de recherche du Canada reçoit un doctorat honorifique de l’Université de Bâle

31 mars 2011 | Michael Scott Taylor, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le commerce international et l’environnement, s’est vu décerner un doctorat honorifique en économie de la Faculté des affaires et d’économie de l’Université de Bâle.

Michael Scott Taylor
Michael Scott Taylor, titulaire de la Chaire de recherce du Canada sur le commerce international et l’environnement

Un des six chercheurs ayant reçu des honneurs au cours de la cérémonie du mois de novembre dernier, M. Taylor a été reconnu pour son travail de pionnier sur les effets du commerce international sur l’environnement et les ressources renouvelables. Son travail le plus influent porte sur la relation entre les concentrations de pollution dans les grandes villes et les changements en matière de production industrielle qu’entraîne le commerce international.

M. Taylor est titulaire d’un doctorat de la Queen’s University et d’un baccalauréat et d’une maîtrise de l'University of Calgary. Avant son arrivée à l'University of Calgary, M. Taylor était professeur titulaire à l' University of Wisconsin-Madison et a été professeur adjoint, agréé et titulaire à l'University of British Columbia. Il a été un chercheur invité au département d’économie de la Princeton University, un chercheur postdoctoral Killam à la Sauder School of Business de l'University of British Columbia et un chercheur du Programme de croissance économique de l'Institut canadien de recherches avancées.

Le doctorat honorifique rend hommage à ceux qui ont contribué, sur la scène internationale, à la réflexion universitaire et à l’Université de Bâle — la plus ancienne université de la Suisse.


L’University of Windsor a célébré des titulaires de chaire de recherche du Canada

15 mars 2011 | La semaine dernière, l’University of Windsor a tenu une célébration visant à honorer ses 16 titulaires de chaire de recherche du Canada. Parmi ceux-ci, on comptait Jeremy Rawson, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les matériaux moléculaires, ainsi que Daniel Green, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en développement et optimisation des procédés de façonnage des métaux.

Gary Goodyear, ministre d’État (Sciences et Technologie), Jeremy Rawson, Daniel Green
Gary Goodyear, ministre d’État (Sciences et Technologie), Jeremy Rawson, Daniel Green

M. Rawson, un professeur de chimie qui est passé de l’University of Windsor à l’University of Cambridge l’automne dernier, tente de créer de nouveaux détecteurs et matériaux « intelligents » novateurs qui contribueront à rendre les dispositifs électroniques plus légers, plus compacts et plus solides.

Quant à M. Green, il est professeur de génie mécanique, automobile et des matériaux. Ses travaux de recherche ont eu un impact positif sur l’industrie des pièces d’automobile, en particulier le secteur de l’hydroformage. Il s’agit d’une technique qui permet de produire des tubes de métal légers à l’aide de la pression hydraulique plutôt que d’impacts. De plus, le chercheur a conçu, pour les fournisseurs d’automobiles, un logiciel permettant non seulement de produire des pièces d’automobile structurelles – comme les longerons de cadre de châssis et les berceaux de moteur –, mais également de s’assurer qu’elles sont sécuritaires et durables.

Parmi les personnes ayant assisté à cette célébration, on comptait les suivantes : Gary Goodyear, ministre d’État (Sciences et Technologie); Jeff Watson, député d’Essex; Alan Wildeman, recteur de l’University of Windsor; Ranjana Bird, vice-rectrice, Recherche; un certain nombre d’autres titulaires de chaire.


Deux titulaires de chaire de recherche du Canada prendront la parole lors de l’assemblée annuelle de l’AAAS

16 février 2011 | Deux titulaires de chaire de recherche du Canada ont été invités à prendre la parole à l’occasion de la 177e assemblée annuelle de l’American Association for the Advancement of Science (AAAS), qui se tient à Washington.

Margot Parkes, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la santé, les écosystèmes et la société de l’University of Northern British Columbia, et Barbara Sherwood Lollar, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en géochimie des isotopes de la Terre et de l’environnement de l’University of Toronto, prendront part au prtit-déjeuner de presse PENSEZ CANADA le 20 février.

Axé sur le thème de l’eau, le petit-déjeuner de presse vise à promouvoir le Canada comme étant l’endroit idéal pour mener des travaux de recherche. En plus du Programme des chaires de recherche du Canada, le petit-déjeuner soulignera d’autres programmes qui favorisent l’excellence de la recherche canadienne, notamment le Programme des chaires d’excellence en recherche du Canada, le Programme de bourses d’études supérieures du Canada Vanier, le Programme de bourses postdoctorales Banting et les Réseaux de centres d’excellence.

Animé par Kathryn O’Hara, titulaire de la Chaire CTV de radiotéléjournalisme scientifique de la Carleton University, le groupe de discussion réunira bon nombre de chercheurs de talent, dont Geoff Munro, sous-ministre adjoint du Secteur de l’innovation et de la technologie énergétique et scientifique principal de Ressources naturelles Canada, Alain Rousseau, de l’Institut national de la recherche scientifique (Centre Eau, Terre et Environnement), et Kate Mulligan, boursière Vanier de la McMaster University.

L’assemblée annuelle de l’AAAS, l’un des événements scientifiques les plus notoires du monde, rassemblera quelque 10 000 délégués.

Toronto accueille des chercheurs de premier plan à la conférence soulignant le 10e anniversaire du Programme des chaires de recherche du Canada

24 novembre 2010 | Les 24 et 25 novembre, le Palais des congrès du Toronto métropolitain accueillera quelque 500 titulaires de chaire de recherche du Canada à une conférence soulignant le 10e anniversaire du Programme des chaires de recherche du Canada. Cette conférence de deux jours, intitulée Prendre les devants pour un avenir prospère, a été organisée grâce à la participation du Conseil des universités de l’Ontario, de Tourisme Toronto et du Forum des politiques publiques.

Des détails complets sur la conférence sont disponibles sur le site Web du Conseil des universités de l’Ontario.


LE TITULAIRE DE CHAIRE RAJESHWAR DAYAL TYAGI REMPORTE UN PRIX DE L’INTERNATIONAL WATER ASSOCIATION

20 octobre 2010 | Rajeshwar Dayal Tyagi, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la bioconversion des eaux usées et des boues d'épuration en produits à haute valeur ajoutée de l’Institut national de recherche scientifique de l’Université du Québec, a remporté le prix international de la recherche appliquée de 2010 de l’International Water Association. Cet honneur récompense les travaux que mènent M. Tyagi et son équipe de recherche en vue de mettre au point un processus novateur pour transformer les eaux usées et les boues d'épuration en bioproduits, tels que des herbicides, des pesticides et des bioplastiques.

Ce prix prestigieux est remis tous les deux ans pour souligner l’excellence de projets menés dans le monde entier afin d’encourager l’adoption d’approches durables et efficaces pour gérer les ressources en eau. M. Tyagi a reçu le prix lors d’une cérémonie tenue au Centre des sciences de Montréal dans le cadre de l’exposition biennale et du congrès mondial des ressources de l'eau de l’International Water Association.

L’attribution du prix international de la recherche appliquée prouve à quel point l’International Water Association reconnaît l’important rôle que joue la recherche de M. Tyagi dans l’élaboration de processus rentables et inoffensifs pour l'environnement pour traiter les eaux usées et les boues d'épuration dans le but de produire des enzymes, des bioinsecticides, des bioherbicides, des biofungicides, des bioinoculants et des bioplastiques.

Considéré par l’International Water Association comme « une importante contribution à la gestion durable des ressources hydriques », le processus proposé par M. Tyagi permettra non seulement de concevoir de nouveaux produits à valeur ajoutée, mais aussi de réduire les émissions de gaz à effet de serre en recyclant le dioxyde de carbone émis par les déchets.


LE TITULAIRE DE CHAIRE SYLVAIN MARTEL EXPLORE LE MONDE DES BACTÉRIES MAGNÉTIQUES

18 octobre 2010 | Sylvain Martel, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en conception, en fabrication et en validation de micro et de nanosystèmes de l’École Polytechnique de Montréal, dirige une équipe qui espère arriver à se servir de bactéries magnétiques pour administrer des doses précises de médicaments dans le corps humain.

Le travail novateur de M. Martel figure dans une récente parution en ligne du New Scientist. On y montre notamment comment des bactéries magnétiques circulent dans les veines de rats (vidéo en anglais seulement).

M. Martel et son équipe s’intéressent en particulier à la bactérie MC-1. En plus de se déplacer 10 fois plus rapidement que n’importe quelle autre bactérie, cette bactérie possède une chaîne de nanoparticules magnétiques qui lui permet de détecter les champs magnétiques et d’y naviguer – une propriété qui devrait aider les experts en médecine à guider cette bactérie à travers le système sanguin à l’aide d’un appareil d'imagerie par résonance magnétique. Inoffensive, la bactérie MC-1 meurt naturellement environ 40 minutes après avoir été introduite dans le système sanguin.

L’équipe de recherche a pour objectif ultime d’administrer précisément des traitements contre le cancer à l’aide de bactéries magnétotactiques qui déposeraient les médicaments exactement aux endroits touchés par la maladie. Cette technique rendrait plus efficaces les traitements de cancérothérapie et permettrait d’éliminer pratiquement les effets nocifs sur les cellules et les tissus voisins.

La prochaine batterie de tests qu’effectuera M. Martel portera sur la façon de guider les bactéries vers une destination précise dans l’organisme.


LE TITULAIRE DE CHAIRE CLAUDE PERREAULT EST NOMMÉ MEMBRE DE L’ACADÉMIE CANADIENNE DES SCIENCES DE LA SANTÉ

15 octobre 2010 | Claude Perreault, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en immunobiologie de l’Université de Montréal, a été nommé membre de l’Académie canadienne des sciences de la santé – l’un des plus grands honneurs décernés à un membre de la communauté canadienne des sciences de la santé.

En tant que membre fondateur de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’Université de Montréal, M. Perreault est reconnu comme un chef de file dans le domaine de la recherche et de l’application de nouveaux traitements du cancer, notamment en ce qui a trait à la greffe de moelle osseuse et à l’immunothérapie du cancer. Ses travaux ont permis de grandes avancées dans le traitement de la leucémie, la mise au point d’un vaccin contre le cancer et une meilleure compréhension de la maladie du greffon contre l'hôte.

L’Académie canadienne des sciences de la santé est un organisme sans but lucratif indépendant composé de membres choisis au sein de diverses disciplines. Les membres de l’Académie sont nommés en fonction de leur leadership, de leur créativité, de leurs compétences particulières et de leur engagement envers l’avancement des sciences de la santé.


LE TITULAIRE DE CHAIRE DOUGLAS CRAWFORD EXPLIQUE COMMENT LE CERVEAU S’Y PREND POUR CONTRÔLER LA COORDINATION ŒIL-MAIN CHEZ LES QUARTS-ARRIÈRE

10 octobre 2010 | Une récente étude effectuée par Douglas Crawford, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en neuroscience visio-motrice de l’Université York, a permis de montrer pour la première fois comment certaines régions précises du cerveau contrôlent la coordination œil-main. Cette découverte explique notamment comment, au football, les quarts-arrière arrivent à faire un jeu avec précision en une seconde à peine.

Publiée dans le The Journal of Neuroscience, cette étude porte sur le fonctionnement du lobe pariétal postérieur. Ce lobe qui se situe dans la partie supérieure arrière du cerveau, contrôle la coordination œil-main et joue un rôle primordial dans la détermination des actions guidées par la vue.

« Le football est un excellent exemple pour illustrer les résultats de nos recherches, remarque M. Crawford, chercheur principal de l’étude. Pour éviter l’attaque d’un adversaire, le quart-arrière doit utiliser deux différentes parties de son lobe pariétal postérieur de façon successive et très rapide. » Les résultats de l’étude suggèrent que la région occipitale supérieure du lobe pariétal postérieur sert à coder les actions nécessaires pour atteindre un but précis.

« Pour le joueur qui feint une passe, par exemple, la région occipitale supérieure du lobe pariétal postérieur l’aide à choisir le joueur auquel il veut réellement lancer le ballon, alors que le sillon intrapariétal midpostérieur l’aide à choisir l’objet de son leurre », explique M. Crawford. Pour sa part, le gyrus angulaire lui permet d’évaluer la position dans laquelle se trouve sa main par rapport à l’endroit où il veut viser afin de faire correctement son lancer. »

En d’autres termes, la région occipitale supérieure du lobe pariétal postérieur aide à choisir un objectif alors que le sillon intrapariétal midpostérieur et le gyrus angulaire servent plutôt à déterminer les fonctions motrices nécessaires – y compris le mouvement de la main et des yeux – pour visualiser et atteindre cet objectif.

« Voilà une bonne raison de porter un casque! Un coup au lobe pariétal ferait mal », conclut le chercheur à la rigolade.


UNE TITULAIRE DE CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA AIDE LES NOUVEAUX CANADIENS À ÉPROUVER UN SENTIMENT D’APPARTENANCE

4 octobre 2010 | Lorsque Marianela Leon Gomez et sa famille ont immigré au Canada en 2003, ils se sont mis à avoir, de façon inattendue, des problèmes de santé entraînés par le stress et le sentiment d’aliénation provoqués par leur dépaysement.

« Nous avions des maux de tête et de dos et des douleurs physiques parce que l’environnement dans lequel nous nous trouvions ne nous était pas familier et que nous ne savions pas comment expliquer ce dont nous avions besoin », explique Mme Gomez.

À l’aide d’une méthode de recherche appelée Photo Voice, Mme Spitzer, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le sexe, la migration et la santé de l’Université d’Ottawa, examine la manière dont les familles d’immigrés arrivent à réussir dans leur pays d’accueil. La chercheure s’intéresse particulièrement à ce qui est communément appelé l'« effet de la bonne santé des immigrants », un état dans lequel la majorité des immigrés volontaires – et surtout des femmes non européennes – jouissent d’une meilleure santé que le Canadien moyen en arrivant au Canada, mais qu’elle se détériore après dix ans.

« Photo Voice nous permet de nous pencher sur des questions importantes, explique Mme Spitzer. Par exemple : Comment les familles immigrées perçoivent-elles la santé? Comment peuvent-elles garantir leur bien-être? Comment les établissements canadiens peuvent-ils s’y prendre pour aider les communautés à s’entraider? Quels programmes et politiques empêchent les communautés d’aider les familles immigrées et de garantir leur santé? »

En collaboration avec l’initiative Une ville pour toutes les femmes et la Latin American Women’s Support Organization, Mme Spitzer mène un projet intitulé Picture This… Migrant Lives, Healthy Lives qui permet aux femmes immigrées, comme Mme Gomez, et à leurs familles de préparer des présentations numériques grâce auxquelles elles peuvent exprimer, au moyen d’images et de mots, leurs sentiments et leurs craintes concernant leur nouvelle vie au Canada.

« Ce projet nous donne une voix en tant que nouveaux Canadiens, remarque Mme Gomez. Il contribue également à ce que nous tissions des liens plus étroits entre nous. Il n’y a pas de doute : depuis Photo Voice, notre état de santé s’est amélioré. »

Mme Spitzer et les participants de Photo Voice ont présenté leur projet à des responsables de l’élaboration des politiques et à des responsables de centres de santé communautaires qui s’en servent pour informer les premiers intervenants des difficultés que rencontrent les immigrés. « Tous les messages clés de ce projet portent sur l’importance du soutien communautaire et social comme élément déterminant de la santé des immigrés dans leur nouvel environnement », précise Mme Spitzer.

Denise Spitzer travaille actuellement avec des collègues de l’University of Cumbria, au Royaume-Uni, et une organisation non gouvernementale brésilienne à la réalisation de projets similaires.


LA TITULAIRE DE CHAIRE HEIKE LOTZE PARLERA DE L’HISTOIRE DES OCÉANS ET DES FRUITS DE MER DANS LE CADRE DE LA SÉRIE DE CONFÉRENCES DE LA SAUL-O-SIDORE MEMORIAL FOUNDATION

28 septembre 2010 | Heike Lotze, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les ressources marines renouvelables de la Dalhousie University, a été invitée à faire une présentation sur l’histoire des océans dans le cadre de la série de conférences de la Saul-O-Sidore Memorial Foundation de 2010-11 organisée par l’University of New Hampshire.

Mme Lotze se servira de sa présentation intitulée Sea of Plenty? Historical Trends, Current Issues, and Future Perspectives on Our Use of Seafood pour discuter de la manière dont les fruits de mer représentent depuis toujours une part importante de l’alimentation des peuples côtiers du monde entier, bien que, il n’y pas si longtemps encore, ces peuples n’en savaient que très peu sur l’histoire environnementale marine.

Tous les conférenciers qui ont été invités cette année à présenter dans le cadre de cet événement intitulé Sea Stories for the Future: Interdisciplinary Conversations on Historic Oceans and Contemporary Marine Science sont des historiens et des spécialistes des sciences de la mer reconnus mondialement qui intègrent la nature, la science et l’histoire dans leurs études océaniques. En alliant leurs efforts dans le but d’approfondir les connaissances sur l’histoire des océans, ils espèrent résoudre certains des problèmes les plus pressants de l’heure.

La présentation de Mme Lotze aura lieu le mardi 30 novembre 2010, à 16 h, dans l’édifice Memorial Union de l’University of New Hampshire. Entrée libre.


LE TITULAIRE DE CHAIRE GILLES BRASSARD REMPORTE LA MÉDAILLE D’OR GERHARD-HERZBERG EN SCIENCES ET EN GÉNIE DU CANADA

27 septembre 2010 | Gilles Brassard, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en informatique quantique de l’Université de Montréal, a reçu la Médaille d’or Gerhard-Herzberg en sciences et en génie du Canada de 2009.

Chaque année, cette médaille est remise à un chercheur pour l’excellence continue des travaux qu’il mène dans le cadre d’un projet canadien. Cette distinction vise à récompenser les plus remarquables scientifiques et ingénieurs du Canada. En plus de la médaille, les lauréats reçoivent un financement de recherche d’un million de dollars.

Gilles Brassard est considéré comme étant le fondateur de l’informatique quantique au Canada et l’un de ses pionniers sur la scène internationale. Ainsi, il a joué un rôle déterminant en faisant de l’informatique quantique un domaine de recherche passionnant et dynamique où l’on fait appel à la mécanique quantique de façon novatrice afin d’améliorer le traitement de l’information.

La découverte la plus remarquable de M. Brassard consiste à avoir inventé la cryptographie et la téléportation quantiques, deux secteurs mondialement reconnus comme étant les fondements de l’informatique quantique.


CONFÉRENCE MONDIALE SUR LES DROITS DE LA PERSONNE ET LES SOCIÉTÉS DIVERSIFIÉES : LE POINT DE VUE D’UN CHERCHEUR CANADIEN

17 septembre 2010 | Frédéric Mégret, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droits de la personne et en pluralisme juridique de l’Université McGill, est invité à prendre la parole au cours de la Conférence mondiale sur les droits de la personne et les sociétés diversifiées, événement organisé par le Centre sur les droits de la personne et le pluralisme juridique de l’Université McGill.

De nombreux universitaires, rédacteurs, journalistes, juristes, diplomates et activistes du monde entier ainsi que divers acteurs de la scène internationale préoccupés par la question des droits de la personne, qui consacrent leur vie à édifier, à soutenir et à étudier diverses sociétés, participeront à l’événement.

Parmi les thèmes abordés figurent : le rôle des médias dans la formation de l’opinion publique et des politiques publiques concernant les enjeux liés à la diversité et aux droits de la personne; la diversité religieuse; la façon dont les menaces à la sécurité, réelles ou perçues, ont transformé les mentalités à l’échelle planétaire; le rôle des institutions des droits de la personne.

Le samedi 9 octobre, M. Mégret animera une table ronde sur la sécurité, la diversité et les droits de la personne. Il y sera notamment question de ce qui est à l’origine des politiques de sécurité qui ont vu le jour après le 11 septembre et des conséquences importantes qu’elles ont eues sur les communautés de minorités visibles et d’immigrants.


MISE À JOUR – ÉVALUATION DES DIX ANS DU PROGRAMME DES CHAIRES DE RECHERCHE DU CANADA

16 septembre 2010 | Grâce à la création de 2 000 chaires de recherche au sein des universités de tout le Canada par l’entremise du Programme des chaires de recherche du Canada, le gouvernement du Canada investit 300 millions de dollars par année afin de recruter et de maintenir en poste certains des chercheurs les plus éminents et les plus prometteurs du monde. Créé en 2000, le Programme des chaires de recherche du Canada procède actuellement à l’évaluation de ses dix premières années de fonctionnement. Le groupe d’experts-conseils Science-Metrix a été engagé pour effectuer cette évaluation au nom des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) et de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI). Il s’agit là d’une évaluation de programme ordinaire qui est exigée par le gouvernement fédéral tous les cinq ans. Étant donné que c’est le dixième anniversaire du Programme, les principaux objectifs consistent à déterminer ce qu’il a réalisé jusqu’ici, à apprendre des expériences communes et à préciser les éléments à améliorer afin de s’assurer que le succès du Programme se poursuive.

Étape de la collecte de données – Mise à jour
L’étape de la collecte de données du processus d’évaluation, qui s’est déroulée de mars à juillet 2010, est maintenant terminée. Les responsables du Programme tiennent à remercier tous les intervenants qui ont participé aux différentes activités liées à cette collecte. Ils leur sont reconnaissants d’avoir pris le temps de fournir de précieux commentaires et de contribuer ainsi à l’évaluation du Programme.

Calendrier et principaux documents à produire
Le rapport d’évaluation final et la réponse de la direction devraient être rendus publics au début de 2011.

Collecte de données Mars à juillet 2010
Première version du rapport d’évaluation
(présentation au comité directeur du Programme)
Octobre 2010
Rapport d’évaluation final et réponse de la direction
(diffusion publique)
Mars 2011*
*Sous réserve de modifications

Si vous avez des questions au sujet de cette évaluation, veuillez communiquer avec Shannon Clark Larkin, gestionnaire de l’évaluation de la Division du rendement organisationnel et de l’évaluation du CRSH, par téléphone (613-944-6232) ou par courrier électronique (shannon.clark-larkin@sshrc-crsh.gc.ca).


CANCER ET MALADIES DU CŒUR : NOUVEAUX TRAITEMENTS EN VUE

15 septembre 2010 | Jean-Philippe Gratton, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en signalisation fonctionnelle des cellules endothéliales de l’Université de Montréal et directeur de l’unité de recherche en biologie cellulaire endothéliale à l’Institut de recherches cliniques de Montréal, a découvert un mécanisme intracellulaire jouant un rôle clé dans le traitement du cancer et des maladies du cœur.

Le mécanisme intracellulaire en question est responsable de la modulation de la perméabilité des vaisseaux sanguins − soit la facilité avec laquelle les cellules et les molécules (les ions, l’eau, les nutriments) peuvent circuler à travers les parois des vaisseaux sanguins. La perméabilité des vaisseaux sanguins est une propriété essentielle à la croissance de nouveaux vaisseaux et elle peut être activée, au sein de l’organisme, grâce à une enzyme qui à son tour produit de l’oxyde nitrique.

« Nous savions déjà que l’oxyde nitrique pouvait limiter la croissance des tumeurs, explique M. Gratton. Nous ne savions toutefois pas comment une telle chose était possible. »

En permettant de mieux comprendre les fonctions de l’oxyde nitrique, les travaux de M. Gratton auront d’importantes retombées dans de nombreux champs de recherche. Par exemple, certains médicaments susceptibles d’altérer la perméabilité des vaisseaux sanguins pourraient contribuer à régénérer les artères endommagées à la suite d’une crise cardiaque. Par ailleurs, en réduisant la perméabilité des vaisseaux sanguins des tumeurs cancéreuses, il serait possible de limiter la formation de nouveaux vaisseaux dont elles se nourrissent, et de stopper ainsi leur croissance.


PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE : UN CHERCHEUR CANADIEN MIS EN VEDETTE

7 septembre 2010 | Michael Geist, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit d'Internet et du commerce électronique de l’Université d’Ottawa, voit ses travaux sur la propriété intellectuelle reconnus par deux importants organismes internationaux.

Selon le magazine Managing Intellectual Property, M. Geist est l’une des 50 personnes les plus influentes en matière de propriété intellectuelle. Notamment en raison de ses observations rigoureuses au sujet des négociations entourant l’adoption de l’Accord commercial relatif à la contrefaçon, qui ont joué un rôle crucial en favorisant la transparence du processus de négociation, et de l’assiduité avec laquelle il alimente son blogue sur la question. Le magazine a également loué les travaux du chercheur en ce qui a trait à la réforme des droits d’auteur, affirmant que ses contributions à ce débat étaient « érudites et bien documentées » et que « les consommateurs et les activistes pouvaient difficilement trouver meilleur défenseur. »

Par ailleurs, M. Geist a reçu le prix IP3 2010 de Public Knowledge, un groupe d’intérêt public basé dans la ville de Washington, pour ses ébauches du traité public de l’Accord commercial relatif à la contrefaçon et pour les analyses géopolitiques qu’il a faites sur les négociations complexes entourant l’Accord. Selon Public Knowledge, le blogue de M. Geist est un incontournable pour quiconque s’intéresse à la question.


UN TITULAIRE DE CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA DEVIENT MEMBRE DE L’ORDRE DU CANADA

3 septembre 2010 | Max Cynader, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le développement cérébral de l’University of British Columbia, a été reçu Membre de l’Ordre du Canada. M. Cynader s’est vu décerner cet honneur par Michaëlle Jean, gouverneure générale, durant une cérémonie qui s’est tenue à Rideau Hall le 3 septembre dernier.

Chef de file en recherche biomédicale, M. Cynader a grandement contribué à mieux faire comprendre le fonctionnement neurologique du système visuel ainsi que les troubles cérébraux, comme la maladie d’Alzheimer et les accidents vasculaires cérébraux.

M. Cynader a été professeur titulaire d’une bourse de recherche Killam à la Dalhousie University et aidé à mettre sur pied le Brain Research Centre de l’University of British Columbia. En plus de vulgariser cette importante recherche afin d’en faire profiter le grand public, il a participé à la fondation d’entreprises qui offrent des traitements de pointe à une clientèle élargie.

L’Ordre du Canada a été créé en 1967 – année du centenaire du Canada – dans le but de reconnaître l’œuvre d’une vie, le dévouement exceptionnel d’une personne envers la communauté ou une contribution remarquable à la nation. Plus de 5 000 personnes de tous les milieux de la société ont reçu l’Ordre du Canada.


SOCIÉTÉ ROYALE DU CANADA : DEUX TITULAIRES DE CHAIRE Y SONT REÇUS

31 août 2010 | John Paul Giesy, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en toxicologie environnementale de l’University of Saskatchewan, et Hymie Anisman, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en neuroscience du comportement de la Carleton University, ont été élus membres de la Société royale du Canada.

L’objectif principal de la Société, qui compte près de 2 000 membres, hommes et femmes, est de promouvoir l’acquisition du savoir et la recherche en arts et en sciences. Ses membres sont choisis par des pairs en considération de leur contribution exceptionnelle aux arts, aux sciences humaines ainsi qu’aux sciences naturelles.


Suivez le Programme des chaires de recherche du Canada sur Twitter

16 août 2010 | Le Programme des chaires de recherche du Canada est maintenant sur Twitter. Suivez-le à l’adresse @CRC_CRC et soyez les premiers à connaître les nouvelles et les mises à jour concernant les titulaires de chaire de recherche.


UN TITULAIRE DE CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA REÇOIT LA MÉDAILLE D’OR DE L’ORGANISATION CANADIENNE DES PHYSICIENS MÉDICAUX

12 août 2010 | Pour ses réalisations exceptionnelles, Aaron Fenster, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en imagerie médicale de l’University of Western Ontario, a reçu la Médaille d’or de 2010 de l’Organisation canadienne des physiciens médicaux, qui est la principale organisation professionnelle canadienne de physiciens médicaux.

En tant que scientifique de l’imagerie, M. Fenster s’est surtout intéressé à l’élaboration d’une technologie d’imagerie par ultrasons tridimensionnelle afin d’améliorer le diagnostic et le traitement du cancer du sein et de la prostate. Ainsi, le chercheur et son équipe ont conçu des technologies qui permettent aux médecins d’examiner des patients plus rapidement et plus efficacement sans faire appel à des procédés longs et invasifs. Ces technologies novatrices ont été homologuées et partagées partout dans le monde pour le traitement du cancer et des travaux connexes. 

De plus, M. Fenster a mis au point de nouveaux systèmes d’imagerie vasculaire qui permettent de plus efficacement détecter des caillots sanguins qui entraînent des accidents vasculaires cérébraux. Par ailleurs, il a créé plusieurs systèmes qui améliorent le diagnostic et le traitement de nombreux types de cancers et de maladies de l’artère carotide.


UN TITULAIRE DE CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA EST HONORÉ PAR LA SOCIÉTÉ D’ENTOMOLOGIE DU CANADA

12 août 2010 | Dezene Huber, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en entomologie forestière et en écologie chimique de l’University of Northern British Columbia, recevra le prix C.-Gordon-Hewitt de la Société d’entomologie du Canada. Cette récompense vise à souligner les activités menées par M. Huber dans le domaine de l’entomologie, qui consiste en l’étude scientifique des insectes.

Plus particulièrement, on rend hommage à M. Huber pour ses travaux portant sur l’ADN du dendroctone du pin argenté, plus précisément les gènes qui permettent à cet insecte de supporter des températures hivernales extrêmes. Le chercheur étudie actuellement ce qui active et désactive certains gènes particuliers du dendroctone au cours de l’automne et du printemps afin de mieux comprendre les variables climatiques qui influent sur sa capacité de survivre durant l’hiver. Cet insecte est le plus nuisible de la Colombie-Britannique, et sa prolifération a entraîné un important taux de mortalité des arbres partout dans cette province.

Le prix C.-Gordon-Hewitt constitue une distinction annuelle que la Société remet à une personne nommée par ses pairs qui a apporté une contribution exceptionnelle en matière d’entomologie au Canada avant l’âge de 40 ans.


UN TITULAIRE DE CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA REÇOIT LE PRIX COOLIDGE

10 août 2010 | L’American Association of Physicists in Medicine (AAPM) a attribué sa plus prestigieuse distinction – le prix William-D.-Coolidge – à David Rogers, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en physique médicale de la Carleton University.

Fondée en 1958, l’AAPM encourage la mise en application de principes de la physique en médecine et en biologie. Ce prix, qui est remis à l’un de ses membres ayant mené une brillante carrière en physique médicale, a eu un important impact sur la pratique de cette discipline.

M. Rogers a apporté une énorme contribution à l’amélioration de la précision de traitements de rayonnement administrés à des patients. Un dosage inexact peut avoir des effets supplémentaires à long terme sur la santé et endommager des organes.

Le chercheur a fait partie du comité qui a publié le protocole clinique sur les dosages du traitement de rayonnement administré à des patients au sein de centres anticancéreux d’Amérique du Nord. Ainsi, il utilise des simulations informatiques afin de mieux comprendre les effets qu’ont ces rayonnements et a amélioré les connaissances portant sur les techniques de dosage connexes.

Seuls trois autres Canadiens avaient reçu le prix William-D.-Coolidge avant David Rogers.


UN TITULAIRE DE CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA REMPORTE LE PRIX E.‑B.‑YEAGER

5 août 2010 | Jacek Lipkowski, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en électrochimie de l’University of Guelph, s’est vu remettre le prestigieux prix E.-B.-Yeager pour sa contribution au progrès de l’électrochimie. Tous les deux ans, ce prix – nommé en l’honneur du célèbre électrochimiste Ernest B. Yeager, aujourd’hui décédé – est remis à un chercheur nord-américain exceptionnel par l’Electrochemical Society.

Depuis les 30 dernières années, M. Lipkowski est reconnu pour ses travaux révolutionnaires. Il coordonne actuellement des travaux de recherche portant sur des protéines et des peptides par l’intermédiaire du Réseau des aliments et des matériaux d’avant-garde, situé à Guelph, qui comprend 13 scientifiques provenant de partout au Canada.


UN TITULAIRE DE CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA PUBLIE SES RÉSULTATS DE RECHERCHE DANS LA REVUE AIDS

27 juillet 2010 | Peter Newman, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la santé et la justice sociale de l’University of Toronto, a récemment publié un article dans AIDS, la publication officielle de la Société internationale sur le sida. Cette revue, qui présente les plus récents résultats de travaux de recherche portant sur le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et le sida, est surtout destinée aux cliniciens et à la communauté des chercheurs.

Cet article, que M. Newman a rédigé en collaboration avec Carmen Logie, étudiante de doctorat de l’University of Toronto, consiste en une analyse documentaire systématique sur l’acceptabilité du vaccin contre le sida – soit la mesure dans laquelle les personnes courant plus de risques de contracter le VIH sont disposées à recevoir le vaccin. La portée de l’étude s’étend également aux facteurs ayant une incidence sur l’acceptabilité de futurs vaccins. Les conclusions de M. Newman et de Mme Logie sont tirées de l’analyse de 30 rapports de recherche, auxquelles ont participé près de 12 000 personnes.

« On pourrait penser que, si un vaccin contre le VIH était offert, de nombreuses personnes souhaiteraient le recevoir. Pourtant, selon les résultats de recherche obtenus, ce n’est vraiment pas le cas, indique M. Newman. Le fait qu’un vaccin soit offert n’est pas suffisant pour garantir que les gens accepteront de se faire vacciner. »

La méta-analyse documentaire qu’effectuent le chercheur et Mme Logie a permis de définir plusieurs facteurs pouvant influer sur la volonté des gens de recevoir un vaccin contre le VIH. Cela comprend notamment le manque de confiance lié à l’efficacité du vaccin, la crainte d’un risque d’infection ainsi que des considérations pratiques telles que le coût et la disponibilité du vaccin.

Selon M. Newman, il faut régler ces questions sans tarder, et ce, avant que tout vaccin ne soit offert au grand public. De plus, il est nécessaire de mieux renseigner les gens quant aux avantages que comportent les vaccins et au risque continu que représente le VIH, en particulier chez les jeunes.


SOUS LA CODIRECTION D’UN TITULAIRE DE CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA, UNE ÉQUIPE FAIT UNE AVANCÉE MAJEURE DANS LE TRAITEMENT DES MALADIES GÉNÉTIQUES

19 juillet 2010 | Une équipe codirigée par Jacek Majewski, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génétique statistique de l’Université McGill, a fait une découverte majeure qui révolutionnera le dépistage et le traitement des maladies génétiques. Pour la toute première fois, l’équipe de recherche a démontré qu’il est possible d’identifier rapidement n’importe quelle maladie génétique en utilisant une technique puissante et exacte de séquençage de l’exome, cette petite partie du génome qui est responsable de 85 p. 100 des mutations génétiques.

Cette nouvelle approche permettra aux chercheurs d’identifier plus facilement le gène responsable d’une maladie. Jusqu’à maintenant, les chercheurs devaient analyser les gènes de deux personnes d’une même famille. Mais dorénavant, il suffira d’analyser ceux de deux personnes souffrant de la même maladie. Publiée récemment dans la revue Human Mutation, l’étude menée par l’équipe de M. Majewski portait sur l’identification de la mutation responsable d’un syndrome génétique rare et mortel qui entraîne la rétention urinaire chez les jeunes femmes : le syndrome de Fowler.

La nouvelle méthode de séquençage proposée vise à identifier les altérations génétiques de maladies héréditaires chez l’enfant. On s’attend à découvrir, d’ici un ou deux an, un « catalogue complet » des mutations responsables de la plupart des maladies héréditaires et de certaines maladies plus complexes, comme le cancer chez l’enfant.


PALMARÈS DES 40 MEILLEURS CHERCHEURS DE MOINS DE 40 ANS :
5 TITULAIRES DE CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA Y FIGURENT

21 juin 2010 | Les noms des 40 meilleurs chercheurs de moins de 40 ans de 2009 ont été dévoilés le 7 juin dernier. Cinq titulaires de chaire de recherche du Canada y font bonne figure. Établi en 1995 par Caldwell Partners International, ce programme souligne les réalisations de 40 Canadiens qui travaillent dans les secteurs public, privé et sans but lucratif et qui ont atteint un certain niveau d’excellence avant d’avoir 40 ans. Il favorise le mentorat et le perfectionnement professionnel en faisant entrer ces chefs de file dans le milieu des affaires et en les présentant comme des modèles pour les jeunes Canadiens.

Les titulaires de chaire de recherche qui figurent sur cette liste sont les suivants : Linda Campbell, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la santé des écosystèmes aquatiques de la Queen's University; Daniel Durocher, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en protéomique, en bioinformatique et en génomique fonctionnelle de l’University of Toronto; Paul Khairy, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en électrophysiologie et en cardiopathie congénitale de l'adulte de l’Université de Montréal; Ian R. Mann, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en cosmophysique de l’University of Alberta; Subodh Verma, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en athérosclérose de l’University of Toronto.

Le Programme des chaires de recherche du Canada félicite ces exceptionnels chercheurs canadiens.


DEUX TITULAIRES DE CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA HONORÉS PAR LA ROYAL SOCIETY DU ROYAUME-UNI

9 juin 2010 | Loren Rieseberg, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génomique de l'évolution des plantes à l’University of British Columbia, et Lewis Kay, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en protéomique, bioinformatique et génomique fonctionnelle de l’University of Toronto, ont été élus membres de la Royal Society du Royaume-Uni, la plus ancienne académie scientifique du monde. Depuis sa fondation en 1660, cette illustre académie a œuvré sans interruption et est demeurée un chef de file dans le domaine de la recherche et de la découverte. Parmi ses anciens membres, on compte Isaac Newton, Charles Darwin, Ernest Rutherford, Albert Einstein, Dorothy Hodgkin et Stephen Hawking. Chaque année, cette société royale accueille 44 nouveaux membres élus parmi les scientifiques, les ingénieurs et les technologues les plus éminents du Commonwealth.

Loren Rieseberg, professeur au Département de botanique de l’University of British Columbia, a été reçu à la Royal Society pour sa contribution majeure à la compréhension des mécanismes de spéciation et de l’évolution de l’adaptation locale ainsi que pour son rôle précurseur dans l’application d’approches génomiques expérimentales à l’étude des processus micro-évolutionnaires. Il dirige le laboratoire Rieseberg de l’University of British Columbia – un laboratoire qui, à l’heure actuelle, se penche principalement sur une question fondamentale de la biologie : comment de nouvelles espèces de plantes naissent-elles?

Pour sa part, Lewis Kay professeur de biochimie, de génétique moléculaire et de chimie à l’University of Toronto, a notamment été reçu à la Royal Society pour la réalisation de nombreuses récentes avancées techniques qui ont permis d’accroître le nombre de complexes protéiques pouvant être examinés par spectroscopie de résonance magnétique nucléaire. Grâce à son travail de laboratoire, il a remporté une série de distinctions prestigieuses, dont la bourse de recherche Alfred–P.–Sloan, le prix Steacie, une bourse du premier ministre pour l'excellence en recherche ainsi qu’une place parmi les 40 meilleurs chercheurs canadiens de moins de 40 ans et une nomination au sein de la Société royale du Canada.


UN TITULAIRE DE CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA EST INVITÉ À DONNER UNE PRÉSENTATION LORS DE LA CONFÉRENCE IDEACITY

27 mai 2010 | Andrea Tone, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire sociale de la médecine de l’Université McGill, donnera une présentation lors de la conférence IdeaCity (Canada’s Premiere Meeting of the Minds) qui aura lieu en juin à Toronto. IdeaCity est l’équivalent de la conférence TED.

Chaque année, IdeaCity invite 50 innovateurs – notamment des aventuriers, des scientifiques, des écologistes et des cinéastes – à faire connaître leurs idées, leurs passions et leurs histoires à un public de 700 personnes.

Mme Tone a été invitée à donner une présentation lors de cette conférence après que ses travaux révolutionnaires sur l’histoire de la pilule anticonceptionnelle ont attiré l’attention de Moses Znaimer, animateur et fondateur d’IdeaCity.


Une titulaire de chaire de recherche du Canada dévoile la vie cachée des oiseaux

27 mai 2010 | Dans son plus récent ouvrage intitulé The Bird Detective, Bridget Stutchbury, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en écologie et biologie de conservation de l’Université York, étudie la vie sociale et sexuelle des oiseaux et explique le raisonnement scientifique qui se cache derrière le comportement souvent amusant qu’ils affichent. Elle y décrit notamment les comportements qui s’apparentent parfois de façon étonnamment similaire à des conduites typiquement humaines, comme le divorce, l’adultère, la trahison et l’égoïsme.

À l’aide de techniques de radiorepérage, Mme Stutchbury et Bonnie Wolfenden, boursière postdoctorale à l’Université York, ont réussi à résoudre un mystère qui a laissé les biologistes perplexes pendant longtemps : comment la moucherolle verte femelle peut-elle être fécondée par un mâle qui vit à des centaines de mètres d’elle?

« Nous avions la preuve génétique de l’infidélité de cet oiseau. Pourtant, nous ne l’avions jamais vu quitter son nid. Au final, il se trouve que c’est le mâle qui vient lui rendre visite “en cachette” », explique Mme Stutchbury.

Avec son équipe, Bridget Stutchbury est la première scientifique au monde à avoir surveillé les oiseaux chanteurs migrateurs du lieu de leur reproduction à leur territoire d'hivernage dans le but de démontrer leur incroyable vitesse de migration – montrant la preuve que ces oiseaux volent trois fois plus vite que ce que l’on pensait.

Bien que ces petites découvertes paraissent amusantes pour certains, Mme Stutchbury soutient qu’elles sont en fait essentielles pour aider les chercheurs à protéger les oiseaux des menaces du changement climatique, de la destruction de leur habitat et d’autres préoccupations environnementales. « La recherche sur le comportement des espèces représente un besoin réellement urgent, précise-t-elle. Sans elle, comment saurons-nous protéger les animaux? »

Silence of the Songbirds, l’ouvrage précédent de Bridget Stutchbury a été sélectionné en 2007 pour le Prix littéraire du gouverneur général pour études et essais.


SOUS LA CODIRECTION DE BRENDAN FREY, UNE ÉQUIPE DE RECHERCHE DÉCOUVRE UN CODE CACHÉ DANS L’ADN

17 mai 2010 | Sous la codirection de Brendan Frey, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en traitement de l’information et en apprentissage automatique de l’University of Toronto, une équipe de recherche découvre un code caché dans l’ADN.

Cette découverte vient éclairer le séquençage du génome humain et élucider comment un nombre limité de gènes peut constituer des organes aussi complexes que le cerveau.

Aidé du chercheur Benjamin Blencowe, M. Frey s’est servi de données générées par le catalogage de l’ARN (brins codés par l’ADN pour constituer des protéines qui permettent de former des organes ou de diriger des fonctions corporelles) afin d’établir un algorithme informatique pouvant prédire le résultat de l’épissage alternatif.

L’épissage alternatif est le processus par lequel les segments d’« ARN messager » d’un gène peuvent être combinés pour produire divers résultats (p. ex. certains traits, croisements ou maladies génétiques) à partir d’un même code d’ADN. Ces variations expliquent la complexité de la biologie humaine.

Grâce à un modèle assisté par ordinateur, M. Frey et son équipe ont découvert un nombre de « mots-codes » cachés dans le génome – de courtes séquences d’ADN qui permettent de prédire comment des milliers de messages génétiques peuvent être contenus dans les tissus. La découverte des mots-codes d’un tissu particulier, leur a permis de faire des prédictions sur l’épissage d’autres tissus.

Ces travaux de recherche ouvrent la voie à l’étude des mutations génétiques qui causent des maladies et, éventuellement, à la découverte de remèdes.

Les résultats de ces travaux sont parus dans le numéro de mai de la prestigieuse revue Nature.


DEUX TITULAIRES DE CHAIRE DU CANADA REMPORTENT LE PRIX KILLAM

10 mai 2010 | Deux titulaires de chaire de recherche du Canada comptent parmi les récipiendaires de 2010 d’un prix Killam. Décernés chaque année depuis 1981, ce prix souligne les réalisations d’éminents chercheurs et scientifiques qui prennent activement part à la recherche, que ce soit au sein de l’industrie, du gouvernement ou du milieu universitaire.

Ming Li, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en bio-informatique à l’University of Waterloo, s’est vu décerné le prix Killam en génie. Informaticien de renommée internationale, M. Li élabore des outils informatiques efficaces pouvant exécuter des recherches d’homologie, lire des cartes et déterminer des structures protéiniques en vue d’améliorer la cartographie génomique. Son ouvrage révolutionnaire intitulé An Introduction to Kolmogorov Complexity and Its Applications traite de la théorie du hasard et de l’information et propose la méthode d’incompressibilité – une façon d’analyser des algorithmes utilisés par des programmes informatiques.

Pour sa part, R. Mark Henkelman, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en technologie d'imagerie des maladies humaines et en modèles précliniques à l’University of Toronto, a été récompensé pour ses réalisations dans le domaine des sciences de la santé. M. Henkelman fait appel aux technologies d’imagerie numérique de pointe pour mener ses recherches sur les maladies humaines. Il contribue ainsi au perfectionnement des diagnostics du cancer et d’autres maladies. En outre, ses travaux ont donné lieu à l’élaboration d’une technique d’imagerie par résonnance magnétique en temps réel qui est utilisée en neurochirurgie. M. Henkelman travaille actuellement au Mouse Imaging Centre de l’Hospital for Sick Children Research Institute, à Toronto.


Deux titulaires de chaire de recherche du Canada reçoivent un prix de recherche de l’University of Victoria

4 mai 2010 | Deux titulaires de chaire de recherche du Canada comptent parmi les récipiendaires de 2010 d’un prix de recherche Craigdarroch de l’University of Victoria. Ces prix prestigieux sont décernés chaque année à des chercheurs de cette université qui effectuent des recherches originales, novatrices et fructueuses.

Margaret-Anne Storey, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la visualisation logicielle et cogniticienne, s’est vu remettre la médaille d’argent Craigdarroch pour l’excellence en recherche. Mme Storey conçoit des logiciels qui permettent d’organiser, d’analyser et de mieux comprendre d’importantes quantités d’information. Ses travaux ont donné lieu à des applications dans plusieurs domaines, dont le génie logiciel, la biomédecine et l’enseignement.

Pour sa part, Neena Chappell, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en gérontologie sociale, a reçu le prix Craigdarroch pour l’excellence en diffusion de la recherche. Mme Chappell s’intéresse à la qualité de vie des personnes âgées, à la prestation des soins et au système des soins de santé. Ses travaux portent notamment sur les tendances sociales et les façons de faciliter l’intégration des traitements et des soins réservés aux personnes âgées, aussi bien dans les maisons de retraite qu’à domicile.

Les prix de recherche Craigdarroch de 2010 ont été décernés le 27 avril dernier lors d’une cérémonie tenue au University Club de Victoria.


Un titulaire d’une Chaire de recherche du Canada reçoit la médaille Herzberg décernée aux physiciens de moins 40 ans

28 avril 2010 | Carlos Silva, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les matériaux semiconducteurs organiques de l’Université de Montréal, reçoit la médaille Herzberg de 2010 de l’Association canadienne des physiciens et physiciennes (ACP).

M. Silva a mérité cette distinction pour sa contribution à la compréhension des processus optiques et électroniques dans les semiconducteurs moléculaires et polymériques ainsi que pour son explication des relations complexes entre la microstructure et les propriétés des semiconducteurs dans cette nouvelle catégorie de matériaux.

Décernée pour la première fois en 1970, la médaille Herzberg de l’ACP est remise chaque année à un physicien canadien ou établi au Canada de moins de 40 ans afin de souligner ses contributions exceptionnelles à un domaine de recherche.

La médaille Herzberg sera remise à M. Silva le 10 juin 2010 à l’occasion du Congrès de l’ACP qui se tiendra à Toronto.


Un titulaire de chaire de recherche du Canada reçoit un prix important pour avoir découvert une façon de traiter et de contrôler le diabète

10 décembre 2009 | La section canadienne de l’Electrochemical Society a récemment décerné le prix W. Lash Miller à Aicheng Chen, titulaire de la chaire de recherche du Canada en chimie des matériaux et de l'environnement. Créé en 1967, ce prix reconnaît l’excellence des publications et des contributions techniques d’un chercheur dans le domaine de l’électrochimie.

M. Chen a remporté ce prix pour avoir découvert une façon de traiter et de contrôler le diabète, une maladie dont plus de deux millions de Canadiens souffrent aujourd’hui. Le chercheur a mis au point une technique électrochimique non enzymatique pour contrôler la glycémie. Il s’agit là d’une nouvelle technique d’oxydation du glucose par l’intermédiaire d’un procédé électrochimique.

M. Chen est professeur agrégé de chimie à la Lakehead University. Ses travaux de recherche visent l’élaboration de matériaux d’électrode pour l’électrolyse ainsi que la mise en œuvre de nouvelles applications d’analyse environnementale et biologique.

Un titulaire de chaire de recherche du Canada reçoit un prix important pour avoir découvert une façon de traiter et de contrôler le diabète

10 décembre 2009 | La section canadienne de l’Electrochemical Society a récemment décerné le prix W. Lash Miller à Aicheng Chen, titulaire de la chaire de recherche du Canada en chimie des matériaux et de l'environnement. Créé en 1967, ce prix reconnaît l’excellence des publications et des contributions techniques d’un chercheur dans le domaine de l’électrochimie.

M. Chen a remporté ce prix pour avoir découvert une façon de traiter et de contrôler le diabète, une maladie dont plus de deux millions de Canadiens souffrent aujourd’hui. Le chercheur a mis au point une technique électrochimique non enzymatique pour contrôler la glycémie. Il s’agit là d’une nouvelle technique d’oxydation du glucose par l’intermédiaire d’un procédé électrochimique.

M. Chen est professeur agrégé de chimie à la Lakehead University. Ses travaux de recherche visent l’élaboration de matériaux d’électrode pour l’électrolyse ainsi que la mise en œuvre de nouvelles applications d’analyse environnementale et biologique.


première mondiale : une équipe de scientifiques de Colombie-Britannique COMPTANT le titulaire de chaire Samuel Aparicio découvRE la carte du cancer du sein

8 octobre 2009 | « Nous rêvions depuis des années d’arriver à décoder le génome complet du cancer et ce moment est finalement arrivé », a déclaré M. Aparicio, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en oncologie moléculaire. Pour en savoir plus (en anglais seulement)


Le Programme a le grand plaisir d’annoncer la nomination de Michèle Boutin comme directrice générale

21 septembre 2009 | Le Programme des chaires de recherche du Canada a le grand plaisir d’annoncer la nomination de Michèle Boutin, qui sera directrice générale du Secrétariat du Programme des chaires de recherche du Canada, du Programme des chaires d’excellence en recherche du Canada et du Programme des coûts indirects à partir du 16 septembre 2009.

Mme Boutin apporte au Secrétariat de vastes connaissances du système d’innovation canadien et plus de 15 années d’expérience de la fonction publique fédérale. Plus particulièrement, elle a agi à titre d’agente de liaison entre le Programme des chaires de recherche du Canada et Industrie Canada lors du lancement de ce programme, en 2000. Plus tard, elle a dirigé l’élaboration et la mise en œuvre du Programme des coûts indirects. Mme Boutin a également été directrice des relations fédérales-provinciales pour Industrie Canada ainsi que directrice de la Direction de la politique de la petite entreprise et de la liaison.

Elle possède un baccalauréat et une maîtrise en mathématiques de l’Université de Sherbrooke.

Le Programme des chaires de recherche du Canada tient à remercier Terry Campbell pour le leadership dont elle a fait preuve au sein du Secrétariat.


John Brennan découvre une utilisation étonnante de l’imprimante à jet d’encre

21 septembre 2009 | La plupart d’entre nous connaissent l’imprimante à jet d’encre comme un simple appareil permettant d’imprimer des documents – et comme un objet de frustration quand il est temps de changer sa cartouche d’encre. Une récente étude effectuée par John Brennan, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en chimie bioanalytique, montre ce modeste appareil sous un jour nouveau en révélant qu’il peut permettre de détecter des toxines dangereuses, telles que celles qui peuvent causer un empoisonnement alimentaire, ou être utilisées pour le bioterrorisme.

Dans le numéro de juillet d’Analytical Chemistry, M. Brennan et son équipe de recherche de la McMaster University décrivent une méthode visant à imprimer, sur papier, un biocapteur permettant de détecter des toxines. Ce processus consiste à préparer une encre biocompatible non toxique, à la déposer sur une feuille de papier et à la recouvrir d’une mince couche d’enzymes spéciales. Lorsque celles-ci sont exposées à des échantillons de toxine, l’encre change de couleur, tout comme le ferait un test de grossesse.

La découverte de M. Brennan, qui permet d’utiliser l’impression à jet d’encre comme méthode simple et rentable de faire adhérer des réactifs biochimiques à du papier, devrait être d’une très grande utilité pour le contrôle des toxines environnementales et alimentaires ainsi que pour la détection des maladies dans les pays moins industrialisés.

Les titulaires de chaire du Programme des chaires de recherche du Canada aident notre pays à établir et à maintenir l’avantage dont il jouit en matière de sciences et de technologie sur la scène internationale. Ils étudient des enjeux qui sont importants pour les Canadiens.


Molly Shoichet est nommée au conseil d’administration des Centres d’excellence de l’Ontario

4 septembre 2009 | Molly Shoichet, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génie tissulaire, a été nommée au conseil d’administration des Centres d’excellence de l’Ontario. Cette nomination témoigne de ses nombreuses et remarquables réalisations.

Experte de renommée mondiale en génie biomédical, Mme Shoichet se spécialise dans l’étude des polymères favorisant la régénération des cellules, et ainsi la guérison du corps humain. Elle a reçu de nombreuses distinctions importantes, telles qu’une bourse Steacie du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie et une bourse de recherche Killam du Conseil des Arts du Canada. Elle est également membre du Conseil des sciences, de la technologie et de l'innovation.

Les Centres d’excellence de l’Ontario contribuent à la croissance économique et à la compétitivité de l’Ontario à l’échelle mondiale en finançant la recherche et le développement qui présentent un intérêt pour l’industrie, qui créent des occasions d’ouverture à un nouveau marché et qui permettent de commercialiser des découvertes de pointe.

Le Programme des chaires de recherche du Canada est l’un des éléments clés de la stratégie nationale qui visent à faire du Canada un chef de file mondial dans le domaine de la recherche et du développement. Ce programme reconnaît que des gens de talent et compétents sont la pierre angulaire d’une économie nationale prospère.


Benjamin Alman découvre un nouveau traitement contre une forme mortelle de cancer des os

26 août 2009 | Benjamin Alman, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en biologie vasculaire et métabolique, et son équipe de l’University of Toronto mettent actuellement au point un traitement nouveau et prometteur lié à une forme de cancer des os rare et fatale pour laquelle les méthodes actuelles, comme la chimiothérapie, ont été inefficaces jusqu’à maintenant.

Ce traitement est une polythérapie visant à traiter des tumeurs cancéreuses, mais il est moins toxique que la chimiothérapie.

Bien que le cancer des os soit moins courant que le cancer du sein ou du colon, il a un impact important sur la société, car il se manifeste surtout chez les jeunes et est souvent mortel. C’est une forme de cancer des os qui a entraîné le décès de Terry Fox alors qu’il se trouvait mi parcours de sa traversée du Canada à la course.

Grâce au Programme des chaires de recherche du Canada, le gouvernement canadien finance des travaux de recherche universitaires qui abordent certains des plus urgents problèmes liés à la santé, à la société et aux sciences.


Un titulaire de chaire de recherche du Canada copublie un texte portant sur la culture des Amérindiens et des Anglo-Américains

26 août 2009 | Kevin Hutchings, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études romantiques de l’University of Northern British Columbia, a récemment publié une collection d’essais intitulée Native Americans and Anglo-American Culture, 1750-1850 en collaboration avec Tim Fulford, de la Nottingham Trent University.

Selon M. Hutchings, cet ouvrage présente 12 importants essais rédigés par des historiens et des chercheurs littéraires britanniques, américains, canadiens et autochtones.

« Ces auteurs étudient des textes littéraires, des récits de voyage, des histoires de captivité, des autobiographies, des articles de journal, des peintures, des chansons et d’autres représentations culturelles de la fin du 18e siècle et du début du 19e afin de découvrir comment les relations entre les Anglo-Américains et les Amérindiens ont façonné l’Occident. »

Le livre a été publié par la Cambridge University Press.

M. Hutchings a également lancé un nouveau disque, On the Bridge You Were Burning, en plus de sa précédente compilation musicale, Songs of William Blake.

À l’aide de méthodes de plus en plus diversifiées, les titulaires de chaire comme M. Hutchings nous permettent d’approfondir les connaissances des Canadiens et d’augmenter leur qualité de vie. Ils améliorent ainsi la compétitivité du Canada sur la scène internationale et contribuent à former la prochaine génération de personnes très compétentes en supervisant des étudiants, en enseignant et en coordonnant le travail d’autres chercheurs.


Une étude d’Ahmed El-Sohemy permet d’établir un lien entre les carences en vitamine C et les maladies chroniques chez les jeunes Canadiens

5 août 2009 | Une étude menée par Ahmed El-Sohemy, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génomique nutritionnelle, établit un lien entre les carences en vitamine C possibles en bas âge et l’apparition de maladies chroniques et de problèmes de santé à long terme, tels que l’obésité et l’hypertension artérielle. Cette étude montre qu’un jeune adulte canadien sur sept a une carence en vitamine C et qu’un sur trois en a moins que la dose recommandée. Les participants de l’étude – 692 femmes et 287 hommes – ont été recrutés par l’University of Toronto. Jusqu’à aujourd’hui, on ne connaissait pas les conséquences que pouvait avoir une carence en vitamine C chez les jeunes.

Les chercheurs financés par le Programme des chaires de recherche du Canada mènent des travaux de recherche de pointe dans les domaines de la santé, des sciences naturelles, du génie et des sciences humaines. Leurs réalisations ont un impact direct sur la qualité de vie de tous les Canadiens.


Karen Kidd contribue à rapprocher la communauté scientifique et le grand public

22 juillet 2009 | Karen Kidd, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la contamination chimique des réseaux alimentaires, détient une bourse en communication scientifique de l'organisme Environmental Health Sciences. Cet organisme américain sans but lucratif vise à sensibiliser le public aux enjeux environnementaux immédiats et à leur conséquence sur la santé humaine.

Chaque année, le National Institute of Environmental Health Sciences attribue des bourses à 10 professeurs de sciences qui travaillent dans le domaine des sciences de la santé environnementale. Les détenteurs de ces bourses aident les journalistes à rapprocher la communauté scientifique et le grand public en faisant état, dans un langage simple, des dernières découvertes scientifiques.

Professeure de biologie à l’Université du Nouveau-Brunswick, Mme Kidd étudie l’effet qu’ont les polluants industriels sur les écosystèmes d’eau douce, en particulier en ce qui a trait à la santé humaine.


Russ Kerr est récompensé pour sa contribution à la lutte contre le cancer

9 juillet 2009 | Russ Kerr, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les produits naturels marins, s’est récemment vu décerner la prestigieuse médaille de l’innovation du premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, Robert Ghiz, pour ses travaux sur le cancer. Dans le cadre de sa recherche, M. Kerr tente de mettre au point, au moyen d’un composé marin, le desméthyléleuthérobine, un traitement très prometteur contre cette maladie.

Le Programme des chaires de recherche du Canada appuie actuellement plus de 1 800 des meilleurs chercheurs au pays. Leurs contributions à la recherche ont un impact considérable à la fois pour les Canadiens et le reste du monde.

M. Kerr entend élaborer des méthodes de production durables de ce composé marin bioactif ainsi que découvrir de nouveaux produits marins susceptibles d’améliorer le bien-être des êtres humains et des animaux. Le chercheur, établi à l’University of Prince Edward Island, a été recruté de la Florida Atlantic University.


Ming Zheng reçoit un financement pour appuyer ses travaux visant à rendre l’industrie automobile plus écologique

8 juillet 2009 | La Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) accorde 1,4 million de dollars à un professeur de génie mécanique de l’University of Windsor afin de lui permettre de mettre sur pied un nouveau centre de recherche dans la capitale de l’industrie automobile du Canada.

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en technologies de propulsion diesel propres, Ming Zheng est le principal chercheur du nouveau Centre for High Efficiency Clean Diesel and Hybrid Powertrain Research.

Ce centre servira à approfondir les travaux déjà menés au Clean Diesel Research Laboratory, un laboratoire situé dans le Centre for Automotive Research and Education de l’University of Windsor. Le financement de la FCI aidera le centre à accroître le rendement du carburant diesel en permettant une quantité ultra faible d'émissions grâce à la régulation adaptée de la combustion. Il permettra aussi à M. Zheng et à son équipe d’étudier les méthodes d’épuration des gaz d’échappement, la conception novatrice de moteurs et les transmissions diesel électriques hybrides.

Grâce à l’appui qu’ils offrent aux meilleurs chercheurs, le Programme des chaires de recherche du Canada et la FCI jouent un rôle essentiel pour permettre au Canada de se maintenir à la fine pointe du progrès en ce concerne les technologies vertes.


David Zingg participe au lancement d’un nouveau superordinateur

29 juin 2009 | La capacité de recherche du Canada s’est considérablement accrue grâce au lancement d’un nouveau superordinateur au sein du SciNet Consortium de l’University of Toronto. On s’attend à ce que cette machine, qui peut effectuer jusqu’à 360 billions d’opérations par seconde, devienne l’un des 20 plus rapides ordinateurs du monde – et le plus rapide en dehors des États-Unis. En effet, elle est 30 fois plus rapide que les plus efficaces systèmes canadiens actuels.

On utilisera cet ordinateur dans diverses disciplines, notamment pour simuler précisément le climat terrestre un siècle à l’avance en à peine quatre jours. De plus, il aidera les chercheurs à étudier les rayonnements naturels cosmiques, une tâche de calcul intensive qui permet d’avoir un aperçu de ce à quoi ressemblait l’Univers il y a 13 milliards d’années.

David Zingg, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en aérodynamique informatique et en conception écologique d’aéronefs, a joué un important rôle quant au lancement de cet ordinateur. Sa recherche et celle que mènent ses collègues dans le domaine de l’aérospatiale profiteront considérablement de cette nouvelle acquisition.

Le SciNet Consortium fournit des ressources de calcul de pointe aux chercheurs – y compris les titulaires de chaire – dans six secteurs principaux : l’aérospatiale, la bio informatique, l’astrophysique, la physique chimique, la prédiction des changements climatiques et l’imagerie médicale.


Paul Snelgrove dirige un réseau sur la durabilité des écosystèmes marins

25 juin 2009 | Pour de nombreuses personnes, le homard est un excellent mets qui est servi de façon saisonnière dans les salles de réception et les restaurants canadiens. Pour les communautés de la côte de l’Atlantique, la pêche au homard est une importante source de revenus, et sa durabilité à long terme est essentielle.

Paul Snelgrove, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en systèmes océaniques froids et boréaux de la Memorial University of Newfoundland, a récemment été choisi pour diriger le Réseau stratégique pour des océans canadiens en santé, qui rassemble des chercheurs de 15 universités et des pêcheurs locaux. Le principal objectif de ce réseau consiste à évaluer et à augmenter la durabilité des ressources marines du Canada, comme la population de homards de l’Atlantique.


Srinivasan Keshav montre le coût réel de la messagerie textuelle

17 juin 2009 | Les Canadiens ont fait parvenir quelque 20,8 milliards de messages l’an dernier. La messagerie a pris d’assaut les Canadiens – surtout les jeunes – en tant que moyen rapide de communiquer avec la famille et les amis. Pourtant, alors que l’on utilise la messagerie instantanée plus que jamais, il faut peut-être se demander combien coûte réellement ce genre de message.

Srinivasan Keshav, professeur d’informatique de l’University of Waterloo et titulaire d’une chaire de recherche du Canada, a récemment informé un comité sénatorial des États-Unis que les dépenses réelles engagées par les fournisseurs de services de téléphonie cellulaire ne dépassent habituellement pas un tiers de cent. Malgré tout, ces fournisseurs demandent jusqu’à 15 cents par texte à leurs utilisateurs de services à la carte, ce qui représente un bénéfice de 4 900 pour cent.

Les travaux de recherche de M. Keshav sur les systèmes mobiles aident les consommateurs canadiens à faire des choix plus éclairés en ce qui concerne les produits mobiles de l’informatique. De plus, et ce qui est tout aussi novateur au niveau mondial, ce chercheur a inventé la « gestion équitable de files », un procédé multitâche employé par les ordinateurs et que l’on retrouve dans une version de chaque routeur du monde. M. Keshav, qui nous vient des États-Unis, est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en informatique sans fil, qui consiste à établir une communication fiable et très rapide entre des dispositifs intelligents portatifs et de puissants ordinateurs.


Stephen Larter est reconnu sur la scène internationale pour ses travaux de recherche sur le rôle que joue le Canada en tant que producteur mondial d’énergie

9 juin 2009 | Stephen Larter, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en géologie du pétrole de l’University of Calgary, reçoit une marque de reconnaissance internationale pour sa contribution aux sciences en étant nommé membre de la prestigieuse Royal Society du Royaume-Uni.

Les travaux de M. Larter permettent de mieux comprendre comment le pétrole se forme grâce à de l’argile riche en matière organique, puis se déplace – parfois sur des centaines de kilomètres – avant d’être emmagasiné dans des cavités rocheuses, où le processus de biodégradation peut se produire. En tant que titulaire de chaire, M. Larter s’intéresse particulièrement au bassin sédimentaire de l’Ouest canadien et contribue à une meilleure compréhension de la formation de pétrole et de gaz partout dans le monde.

La Royal Society du Royaume-Uni est la plus vieille académie scientifique. Parmi ses anciens membres figurent sir Isaac Newton, Charles Darwin et Albert Einstein.


Michael Rudnicki découvre une protéine qui stimule la régénération musculaire

8 juin 2009 | Michael Rudnicki, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génétique moléculaire, et ses collègues de l’Institut de recherche de l’Hôpital d'Ottawa viennent de découvrir la protéine Wnt7a, qui permet d’accroître le nombre de cellules souches dans les tissus musculaires, ce qui a pour effet d’en alimenter la régénération. Cette percée fournit de nouvelles pistes pour contrer la dystrophie musculaire et d’autres maladies qui s’attaquent aux muscles.


Beverley Diamond et Jeremy H. A. Webber parmi les lauréats des prix Trudeau de 2009

21 mai 2009 | Beverley Diamond, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en musique traditionnelle à la Memorial University of Newfoundland, est une ethnomusicienne de rénommée internationale. Ses travaux avec les communautés autochtones visent entre autres à améliorer l’accès aux savoirs traditionnels dans un contexte de mondialisation.

Jeremy H. A. Webber, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit et société de la University of Victoria est un expert confirmé des grandes questions constitutionnelles et reconnu pour sa connaissance approfondie des droits autochtones, au Canada comme à l'étranger. Il étudie la structure constitutionnelle de la gouvernance démocratique et s’intéresse plus spécialement à la diversité culturelle, soit ses possibilités et ses défis..

Les prix Trudeau récompensent chaque année des chercheurs qui se sont illustrés par leurs réalisations, leur créativité et leur engagement dans la vie publique et qui ont su démontrer leur capacité à proposer de nouvelles solutions aux grands enjeux contemporains.


Ray Jayawardhana et Julie Lessard figurent au palmarès des 40 Canadiens performants de moins de 40 ans

11 mai 2009 | Ray Jayawardhana, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en astrophysique observationnelle de l’University of Toronto s'est donnée pour défi de démêler l’incroyable diversité des systèmes planétaires et mieux comprendre où se situe notre système solaire dans cet ensemble.

Les travaux de Julie Lessard, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génétique moléculaire de l'hématopoïèse des cellules souches de l’Université de Montréal, qui visent à mettre au point de nouveaux traitements contre les maladies du sang et le cancer, sont d’un grand intérêt pour les spécialistes, mais aussi pour tous ceux qui ont à composer avec ces affections.

Ce programme reconnaît annuellement 40 Canadiens de moins de 40 ans qui excellent dans leur domaine.


Frank Plummer met à nu le virus de la grippe A (H1N1)

7 mai 2009 | Frank Plummer, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la résistance et la sensibilité aux infections, et son équipe réussissent à décoder la séquence génétique du virus de la grippe A (H1N1). Une première mondiale, et un pas important vers la mise au point d’un vaccin.

Mise à jour du 30 juillet 2009 | Cet expert, qui a une réputation internationale dans le domaine des maladies infectieuses, a récemment reçu l’Ordre du Manitoba de 2009 pour son importante contribution à la santé mondiale grâce aux travaux qu’il mène au sein du Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg, du Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses d’Ottawa et de l’Agence de la santé publique du Canada en tant que conseiller scientifique en chef. Non seulement il a fait preuve d’un leadership exceptionnel lors de la crise du SRAS, mais ses études novatrices ont été très précieuses pour la recherche portant sur le VIH sida.

Les titulaires de chaire de recherche du Canada sont des experts internationaux qui œuvrent dans les domaines des sciences naturelles, du génie, de la santé et des sciences humaines. Leurs réalisations ont un impact direct sur la qualité de vie de tous les Canadiens.


Paul Corkum remporte le prix scientifique le plus prestigieux du Canada

16 mars 2009 | Paul Corkum, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en photonique de l’attoseconde de l’Université d’Ottawa, a reçu récemment la Médaille d’or Gerard-Herzberg, accordée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie.

Ce prix scientifique, d’une valeur d’un million de dollars, est l’un des plus importants du Canada. Il a été attribué à M. Corkum en reconnaissance de ses travaux novateurs dans un domaine émergent de la science, celui des attosecondes.

Peter Tugwell et Michael Hayden sont nommés chercheurs canadiens de l’année dans le domaine de la santé

20 novembre 2008 | Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) décernaient tout récemment les prestigieux Prix de la recherche en santé Michael-Smith aux titulaires de chaire Peter Tugwell de l’Université d’Ottawa et Michael Hayden de l’University of British Columbia, en reconnaissance de leur remarquable contribution au domaine de la santé.

Figure de proue de la lutte mondiale contre les disparités en santé, M. Tugwell s’est vu attribuer le prix Michael-Smith – Recherche sur les services et les systèmes de santé et sur la santé des populations.

Pour sa part, M. Hayden, un expert de grande renommée en génétique, a mérité le prix Michael-Smith – Recherche biomédicale et clinique.

Les prix sont accordés à des chercheurs s’étant illustrés par leur leadership, leur esprit novateur et leur dévouement au domaine de la recherche en santé.


Eugenia Kumacheva remporte un prestigieux prix scientifique décerné par l’UNESCO

10 novembre 2008 | Eugenia Kumacheva, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les matériaux polymères avancés à l’ University of Toronto, a remporté récemment le 11e prix L’Oréal-UNESCO pour les femmes et la science. Mme Kumacheva est la première Canadienne à recevoir ce prix qui récompense les chercheures les plus accomplies au monde.

Ce sont ses réalisations scientifiques liées au développement de matériaux novateurs, qui aideront notamment l’administration ciblée de médicaments anticancéreux, qui lui ont valu le prix L’Oréal-UNESCO.


Le Programme des chaires de recherche du Canada divulgue le nom de ses plus récents titulaires

30 septembre 2008 | Le Programme des chaires de recherche du Canada est heureux de divulguer le nom de ses plus récents titulaires de chaire. Parmi ces 123 excellents chercheurs, dont les candidatures ont été soumises par 38 universités en décembre 2007, on compte : 18 nouvelles recrues, 104 dont le mandat est renouvelé et 1 titulaire qui passe du niveau 2 au niveau 1.

Liste complète des 123 titulaires de chaire de recherche du Canada

La Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) financera une portion de l’infrastructure de recherche essentielle à la réalisation du travail de 25 des 123 titulaires.


Nouvelle directrice exécutive du Secrétariat du Programme des chaires de recherche du Canada et du Programme des coûts indirects

25 mai 2008 | Terry Campbell a été nommée directrice exécutive du Secrétariat du Programme des chaires de recherche du Canada et du Programme des coûts indirects, poste qu’elle occupera à partir du 2 juin.

Mme Campbell apporte au Secrétariat une expérience et un savoir considérables en ce qui concerne la recherche menée au Canada et à l’étranger. Elle nous vient des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), où elle travaillait depuis 2002. En tant que directrice exécutive des Politiques stratégiques et des Relations gouvernementales – son plus récent poste au sein des IRSC –, Mme Campbell a acquis de l’expérience en matière d’élaboration de politiques stratégiques, de planification stratégique, de gouvernance organisationnelle et de relations internationales. En étroite collaboration avec des collègues du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) et de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI), elle a également travaillé à la mise en œuvre de la stratégie du gouvernement en matière de sciences et de technologie, lancée il y a près d’un an. Mme Campbell a occupé des postes de gestionnaire au sein d’organismes à but non lucratif œuvrant dans les domaines de l’information et de l’informatique de la santé ainsi que de la gestion d’hôpital.

Elle possède une maîtrise en administration de la santé de l’Université d’Ottawa et un diplôme de premier cycle de l’University of Illinois.