Vincent Careau



Chaire de recherche du Canada en écologie fonctionnelle

Niveau 2 - 2017-11-01
Université d'Ottawa
Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie

613-562-5800, ext./poste 6349
vcareau@uottawa.ca

En provenance de


Deakin University, Australie

Objet de la recherche


Déceler la présence, et étudier les conséquences, de la coadaptation entre les traits métaboliques, de performance et de comportement chez les animaux.

Importance de la recherche


Expliquer les variations biologiques qui existent dans les populations et les espèces, ce qui demeure une question fondamentale de la biologie évolutive.

Les coadaptations entre les traits métaboliques, de performance et de comportement


Tous les animaux, des humains aux poissons, doivent convertir leur nourriture en énergie afin de grandir, se reproduire et survivre. Cependant, la vitesse à laquelle cette conversion se fait varie selon les espèces, selon les populations et même d’un individu à l’autre. Ce processus de transformation d’énergie en fonctions utiles est appelé taux métabolique.  

Bien que le taux métabolique joue un rôle critique dans notre quotidien, nous savons peu de choses sur les processus évolutifs qui l’ont déterminé. À titre de Chaire de recherche du Canada en écologie fonctionnelle, Vincent Careau tente de répondre à cette question.  

Nous croyons que le taux métabolique varie en fonction des coadaptations avec d’autres traits écologiquement pertinents. La coadaptation est un processus d’interaction entre les traits qui détermine la valeur adaptative darwinienne. En d’autres mots, il est possible que certaines combinaisons du taux métabolique, de la performance et du comportement puissent permettre un taux de succès reproductif plus élevé. Jusqu’à maintenant cependant, cette possibilité a été très peu explorée.

M. Careau et son équipe utilisent des concepts, des outils et des techniques empruntés à différentes disciplines dans le but d’étudier les corrélations entre les traits d’un même individu, de plusieurs individus, de populations entières, et entre différentes espèces.

Ils espèrent que leurs recherches mèneront à une meilleure compréhension de la façon dont le taux métabolique et d’autres traits écologiquement pertinents ont évolué, et ce dans le but de faire la lumière sur la relation qui existe entre eux.