Karen Campbell



Chaire de recherche du Canada en neurosciences cognitives du vieillissement

Niveau 2 - 2017-11-01
Brock University
Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie

905-688-5550 ext. 4281
karen.campbell@brocku.ca

En provenance de


Harvard University, Cambridge, États-Unis

Objet de la recherche


Utiliser des techniques comportementales et de neuroimagerie pour examiner comment la mémoire est affectée par les problèmes de concentration reliés au vieillissement.

Importance de la recherche


Modifier les stéréotypes courants liés au vieillissement et développer des méthodes d’intervention qui mettent en valeur les fonctions cognitives qui résistent au vieillissement.

Faire le point sur le vieillissement du cerveau


Au fur et à mesure que nous vieillissons, beaucoup d’entre nous s’inquiètent de l’impact sur notre mémoire. Mais plusieurs fonctions de la mémoire résistent au vieillissement. Le vrai problème réside dans notre capacité de demeurer concentré et ne pas être distrait. Karen Campbell, Chaire de recherche du Canada en neurosciences cognitives du vieillissement, croit que c’est sur ce point qu’on doit se pencher avant tout.

Toute information distrayante peut affecter notre fonctionnement quotidien de nombreuses façons. Ces distractions nous déconcentrent au volant, ralentissent la lecture, et bloquent notre capacité de se souvenir des choses dont nous voulons nous souvenir. Bien que les distractions affectent les gens de tous âges, notre capacité d’ignorer les distractions visuelles et auditives dépérit avec l’âge.

Mme Campbell cherche à comprendre ce phénomène. Elle examine les causes neurologiques qui font que les personnes âgées éprouvent de la difficulté accrue à se concentrer, et les implications pour la mémoire et les autres fonctions cognitives.

Mme Campbell et son équipe de recherche utilisent l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF) pour examiner les cerveaux des jeunes adultes et des adultes plus vieux pendant qu’ils sont occupés à effectuer différentes tâches cognitives. Ils comparent ensuite l’activité cérébrale des deux groupes dans le but d’identifier comment le cerveau gère la concentration différemment selon l’âge.

Les recherches de Mme Campbell vont contribuer non seulement à mieux comprendre comment le vieillissement affecte le cerveau et ses fonctions cognitives, mais pourront aussi nous aider à développer des nouvelles méthodes d’intervention qui aideront les gens à mieux concentrer en vieillissant.