Ruth Dassonneville



Chaire de recherche du Canada en démocratie électorale

Niveau 2 - 2017-11-01
Université de Montréal
Conseil de recherches en sciences humaines

(514) 343-6111 #0931
ruth.dassonneville@umontreal.ca

Objet de la recherche


Examiner les conséquences du désalignement électoral.

Importance de la recherche


Cette recherche permettra de déterminer les conséquences de l’affaiblissement des liens entre les citoyens et les partis politiques (désalignement) pour le fonctionnement de la démocratie électorale.

Défaire les liens électoraux qui unissent


On a beaucoup écrit sur l’affaiblissement des liens entre les citoyens et les partis dans les démocraties avancées. Toutefois, les conséquences de ce processus de changement—appelé « désalignement électoral »—sur la démocratie représentative sont moins connues.

Mme Dassonneville, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en démocratie électorale, souhaite mieux comprendre la façon dont ce désalignement change de façon fondamentale le comportement des électeurs, les stratégies des partis politiques et, en fin de compte, la qualité de la démocratie représentative.

Sa recherche est concentrée principalement sur les conséquences de l’affaiblissement des liens entre les électeurs et les partis sur le choix de vote des citoyens. L’hypothèse de base qu’elle teste est que l’érosion de la partisanerie et de la loyauté habituelle à un parti politique peut mener à des choix de vote mieux éclairés, ce qui renforce le fonctionnement des élections en tant que mécanisme de représentation démocratique.

De plus, Mme Dassonneville étudie aussi la façon dont les partis réagissent au désalignement de leur base électorale. En raison des niveaux croissants de volatilité, les partis fonctionnent dans un contexte électoral de plus en plus incertain. La question est la suivante : cette incertitude accrue poussera-t-elle les partis à devenir plus attentifs et plus réceptifs à l’opinion publique?

Si le processus de désalignement change de façon fondamentale le comportement des électeurs et des partis, le fonctionnement des élections en tant que mécanisme visant à assurer la représentation des citoyens change aussi. Bien que la préoccupation à l’égard de la crise des démocraties représentatives soit largement répandue, la recherche de Mme Dassonneville permettra de déterminer si les transformations observées sont une source d’inquiétude ou si, au contraire, le processus de désalignement renforce le processus électoral.