Christophe Kinnard


Chaire de recherche du Canada en hydrologie de la cryosphère

Niveau 2 - 2017-11-01
Université du Québec à Trois-Rivières
Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie

819-376-5011, ext./poste 3888
christophe.kinnard@uqtr.ca

Objet de la recherche


Analyser l’impact des changements climatiques sur les ressources en eau de la cryosphère.

Importance de la recherche


Permettre de mieux connaître et d’anticiper l’impact des changements du climat sur les ressources en eau des régions froides.

Le grand dégel


La cryosphère, ou l’eau gelée sous toutes ses formes, comprend la neige, les glaciers, le pergélisol, ainsi que les glaces marines et d’eau douce. Les changements climatiques en cours transformeront la cryosphère. Il est toutefois difficile de prévoir la nature et l’ampleur des répercussions de ces changements sur les régimes hydrologiques, l’écologie et la gestion des risques et ressources liés à l’eau douce.

Christophe Kinnard, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en hydrologie de la cryosphère, veut mieux comprendre et prédire ces impacts. Il élabore des études de sensibilité des bassins versants aux changements climatiques dans différentes régions froides du monde, incluant le Canada, afin que les décideurs puissent développer de bonnes stratégies de mitigation et d’adaptation aux changements.

À l’aide de technologies émergentes telles que la télédétection par drone, M. Kinnard et son équipe de recherche étudieront comment l’hétérogénéité spatiale de la surface terrestre influe sur la réponse des bassins versants aux changements climatiques. Leurs travaux permettront aussi d’élaborer et de mettre à l’épreuve des modèles hydrologiques afin de poser des diagnostics sur la sensibilité des bassins versants aux changements climatiques. Les recherches sont menées dans différents bassins versants du monde (Arctique, Rocheuses, Québec, Chili), aux conditions climatiques et physiographiques contrastées.

Les connaissances générées par les travaux de M. Kinnard permettront de mieux informer les acteurs et les décideurs impliqués dans la gestion de l’eau et la prévision des impacts environnementaux à long terme.