Étienne Charbonneau


Chaire de recherche du Canada en gestion publique comparative

Niveau 2 - 2018-01-01
École nationale d'administration publique
Conseil de recherches en sciences humaines

514-849-3989, ext. 3927
etienne.charbonneau@enap.ca

Objet de la recherche


Reconnaître et comprendre les pratiques et les outils de gestion qui peuvent améliorer le rendement des organismes publics canadiens.

Importance de la recherche


Mener à de meilleures pratiques de gestion et améliorer le rendement des organismes publics canadiens.

En matière de politique publique, tout est question de mise en œuvre


Les politiques publiques ne se mettent pas en œuvre toutes seules. Leur réussite dépend souvent de la façon dont sont gérés les fonctionnaires.

Même si elle est considérée comme l’une des plus efficaces au monde, la fonction publique canadienne est toujours minée par divers problèmes, notamment les différences dans les styles de supervision, la conciliation travail-vie personnelle, la clarté des objectifs, des lieux de travail respectueux et éthiques, la motivation des employés et la satisfaction professionnelle.

Des données de l’Organisation pour la coopération et le développement économique montrent aussi que le gouvernement fédéral canadien se situe en milieu de peloton parmi les pays du monde en matière de niveaux de confiance de la part de ses citoyens, et que ces niveaux se sont grandement effrités au cours de la dernière décennie.

En tant que titulaire de la Chaire de recherche du Canada en gestion publique comparative, Étienne Charbonneau s’affaire à reconnaître et à comprendre les pratiques et les outils de gestion susceptibles d’améliorer le rendement des organismes publics canadiens. Pour y arriver, M. Charbonneau et son équipe de recherche étudient le comportement des gestionnaires de la fonction publique dans un environnement soumis à des demandes concurrentes.

Plus précisément, M. Charbonneau et son équipe de recherche essaient d’évaluer et de mieux comprendre les pratiques qui peuvent être utilisées pour améliorer le rendement global; la portée et l’influence de la recherche en administration publique sur les organismes publics canadiens; et l’interaction entre de nouveaux moyens de responsabilisation et le soutien public pour les organismes gouvernementaux.