Katreena Scott



Chaire de recherche du Canada sur la prévention et l'intervention en matière de violence familiale

Niveau 2 - 2017-11-01
Date de renouvellement : 2014-03-01
University of Toronto
Conseil de recherches en sciences humaines

416-978-0971
kscott@oise.utoronto.ca

Objet de la recherche


Étudier l’impact de la violence faite aux enfants et aux adolescents.

Importance de la recherche


Offrir de nouvelles perspectives liées à la prévention de la violence familiale.

Mettre fin à la violence familiale


La violence est un enjeu très important pour les familles et les enfants du Canada et du reste du monde. On estime qu’au pays, la violence familiale représente le quart des crimes violents signalés à la police. De plus, selon certaines études nationales, environ 45 enfants sur 100 000 font l’objet d’enquêtes de la part de services de protection de l’enfance chaque année. Toujours selon ces études, 7 à 8 p. 100 des hommes et des femmes ont subi une forme de violence dans le cadre de leurs relations personnelles au cours des cinq dernières années. La violence familiale a un impact non seulement sur les personnes directement concernées, mais également sur les plans social et communautaire.

La violence faite aux enfants et la violence interpersonnelle sont toutes deux considérées comme d’importants facteurs de risque de trouble de santé mentale, de dépendance, d’activité criminelle et de perpétuation de la violence familiale. De plus, on s’entend de plus en plus pour dire que les expériences de violence familiale vécues durant l’enfance ont des effets à long terme sur la santé physique et, en bout de ligne, sur l’espérance de vie.

En tant que titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la prévention et l'intervention en matière de violence familiale, Katreena Scott étudiera les répercussions réelles de la violence familiale. Plus particulièrement, elle examinera l’impact de la violence faite aux enfants et aux adolescents et tentera de déterminer précisément ce qui, dans un passé violent, mène les adultes à la violence.

Les travaux de Mme Scott comprendront des études uniques sur les politiques et les pratiques permettant une intervention efficace auprès des pères qui maltraitent de leurs enfants, sur la compréhension et la prévention de la violence conjugale ainsi que sur la détermination des meilleures pratiques à adopter pour intervenir auprès des hommes qui sont violents à l’égard de leur conjointe. Mais avant tout, la chercheure espère découvrir un moyen de prévenir la violence familiale et sa perpétuation.