Anthony Heyes



Chaire de recherche du Canada en économie de l’environnement

Niveau 1 - 2018-01-08
Université d'Ottawa
Conseil de recherches en sciences humaines

613-562-5800, ext./poste 1135
aheyes@uottawa.ca

En provenance de


Department of Economics, Royal Holloway College, University of London, Royaume-Uni

Objet de la recherche


Comprendre les causes des dommages environnementaux et leurs répercussions sur la santé humaine et le bien-être.

Importance de la recherche


Offrir une nouvelle perspective des effets de la pollution et des changements climatiques ainsi que des idées pour mieux réglementer les activités polluantes.

Comprendre et atténuer les effets des dommages environnementaux sur les humains


Notre façon de fonctionner et de percevoir le monde est intimement liée aux environnements naturels dans lesquels nous vivons.

La plupart des recherches dans ce domaine portent sur les façons dont l’environnement affecte notre santé. Anthony Heyes, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie de l’environnement, cherche à comprendre comment les dommages environnementaux affectent notre santé et notre bien-être d’une façon plus générale afin d’élaborer des politiques environnementales adaptées.

Avec son équipe de recherche, il fait usage de sources de données novatrices, telles que les médias sociaux et les archives judiciaires, afin de comprendre comment la pollution et les conditions climatiques extrêmes affectent un ensemble de domaines non liés à la santé, dont font partie la productivité en milieu de travail, l’absentéisme, l’aversion au risque, les comportements violents, la qualité du sommeil et les émotions.

Ces sources de données leur permettent d’étudier des groupes de la population allant des commerçants de Wall Street aux adolescents de Los Angeles, en passant par de jeunes professionnels de Pékin, afin de constater comment des changements dans leur environnement influencent leurs comportements. L’objectif est de mieux comprendre comment concevoir et modeler les politiques environnementales.

Un deuxième volet des travaux de recherche de M. Heyes porte sur la conception de politiques comportementales. Avec l’aide de son équipe de recherche, il élabore des formules qui favorisent les « bons » comportements en apportant des changements peu coûteux aux façons dont les choix sont présentés aux consommateurs.

Dans un troisième volet, il s’intéresse aux rôles que jouent les gouvernements, les organisations non gouvernementales et les entreprises dans l’entraînement d’effets environnementaux moins dommageables. Cette partie est axée sur les façons dont les intervenants collaborent ou rivalisent pour atteindre leurs objectifs respectifs, ainsi que sur les façons dont les décideurs politiques peuvent définir les termes de ces collaborations ou concurrences afin d’obtenir des résultats socialement souhaitables.

Ultimement, les travaux de recherche de M. Heyes contribueront à améliorer les réglementations en jetant une lumière nouvelle sur notre compréhension des effets de la pollution et des changements climatiques.