Sriram Narasimhan



Chaire de recherche du Canada sur les infrastructures intelligentes

Niveau 2 - 2019-05-01
University of Waterloo
Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie

519-888-4567, ext. 38081
sriram.narasimhan@uwaterloo.ca

Objet de la recherche


Utiliser des capteurs et des éléments de robotique pour mieux gérer les infrastructures.

Importance de la recherche


Mener à de nouveaux outils et à de nouvelles plateformes permettant de mieux gérer les infrastructures et éviter les catastrophes.

Utiliser des capteurs et des robots pour mieux gérer les infrastructures vulnérables


En juin 2013, six wagons d’un train ont déraillé en raison d’une défaillance du pont enjambant la rivière Bow, à Calgary, provoquée par un creusement près de l’un des piliers, causé par les eaux de crues au courant rapide. En février 2016, une conduite d’eau principale a éclaté à Toronto, provoquant l’inondation et la fermeture de l’urgence de l’hôpital St. Michael.

Ces deux incidents sans liens apparents mettent en évidence un même problème : il est souvent difficile de repérer les mécanismes qui sous-tendent des défaillances catastrophiques par de seules inspections visuelles. Pour y remédier, Sriram Narasimhan, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les infrastructures intelligentes, conçoit des plateformes de capteurs ultramodernes et de nouveaux outils de prise de décisions afin d’évaluer l’état d’infrastructures vulnérables qui autrement seraient difficiles à inspecter.

Son objectif est d’élaborer les cadres mathématiques, les algorithmes et les outils logiciels nécessaires pour automatiser l’évaluation des infrastructures vulnérables. Les données nécessaires pour renseigner les modèles mathématiques seront obtenues en élaborant de nouvelles plateformes multicapteurs, notamment des véhicules robotiques terrestres et nautiques capables de recueillir des informations de façon autonome et fiable, là où des humains ne le peuvent pas.

À long terme, M. Narasimhan et son équipe de recherche veulent élaborer le cadre et les outils nécessaires pour gérer les infrastructures comme des systèmes intelligents – c’est-à-dire avec des capacités de détection intégrée, de traitement, de déclenchement et de communication, et la capacité d’apprendre de façon autonome, de réagir aux dangers et d’interagir avec d’autres systèmes intelligents, notamment avec des humains.

Ultimement, les travaux de M. Narasimhan produiront des infrastructures intelligentes qui pourront être gérées de façon plus économique, dureront plus longtemps et seront moins susceptibles de subir des défaillances catastrophiques.