Comité consultatif sur les politiques d’équité, de diversité et d’inclusion


Le Comité consultatif sur les politiques d’équité, de diversité et d’inclusion a pour mandat de conseiller les comités chargés de la gouvernance et le Secrétariat des programmes interorganismes à l’intention des établissements sur la mise en application de mesures devant favoriser l’atteinte des objectifs visant l’augmentation de l’équité, de la diversité et de l’inclusion dans tous les programmes administrés par le Secrétariat. Il est en effet essentiel d’accroître l’équité, la diversité et l’inclusion au sein des programmes et de l’ensemble de la recherche effectuée au Canada si l’on souhaite produire des résultats caractérisés par l’excellence, l’innovation et l’impact. Cela aide en outre les trois organismes fédéraux de financement de la recherche à respecter leur engagement à l’égard de l’excellence de la recherche et de la formation en recherche.

Le Comité examine également les candidatures au processus de reconnaissance de l’équité, de la diversité et de l’inclusion, en recommandant au Programme l’établissement à reconnaître.

Le Comité est composé de représentants de différentes parties prenantes, dont le bagage professionnel et les compétences sont diversifiés. Dans l’accomplissement de leurs tâches, les membres du Comité tiennent compte des recherches actuelles, des pratiques exemplaires et des divers facteurs contextuels qui influent sur le fonctionnement des programmes.

Membres actuels du Comité

Vianne Timmons (coprésidente du Comité)
Rectrice et vice-chancelière
University of Regina

Nommée l’une des femmes les plus influentes du Canada en 2008, 2009, 2010 et 2011, Vianne Timmons est une spécialiste de renommée nationale et internationale de la recherche sur l’alphabétisation et l’éducation inclusive.

Madame Timmons est rectrice et vice-chancelière de l’University of Regina depuis 2008. Première femme rectrice d’université en Saskatchewan, elle défend avec ferveur le perfectionnement des dirigeantes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de sa province natale. Elle a joué un rôle déterminant dans la réussite de l’Inspiring Leadership Forum, colloque annuel d’une journée consacré aux femmes et au leadership qui attire plus de 500 participants.

En 2014, l’organisme Senior Women Academic Administrators of Canada lui a décerné son prix de reconnaissance du mérite, pour avoir fait la promotion de la diversité dans les établissements d’enseignement universitaire et l’avoir soutenue. En 2015, le programme Espace de femmes leaders d’institutions d’enseignement supérieur des Amériques (EMULIES) de l’Organisation universitaire interaméricaine lui a attribué le prix Genre et leadership en enseignement supérieur, pour avoir fait la promotion de politiques qui favorisent l’égalité entre les sexes. Elle a été nommée officier de l’Ordre du Canada en 2017 et a reçu le prix Indspire, catégorie Éducation, en 2019.

Madame Timmons est d’origine Mi’kmaq.

Santa J. Ono (coprésident du Comité)
Recteur et vice-chancelier
University of British Columbia

Santa J. Ono est recteur et vice-chancelier de l’University of British Columbia, professeur de médecine et de biologie et conseiller en chef du British Columbia Innovation Network. Auparavant, il a été recteur de l’University of Cincinnati.

Les recherches de M. Ono portent sur le système immunitaire, les inflammations oculaires et la dégénérescence maculaire liée à l’âge, l’une des principales causes de la cécité.

En 2017, l’American Council on Education a souligné le leadership et l’engagement de M. Ono à l’égard de la poursuite des études supérieures par les personnes de minorités ethniques et raciales. Et en 2015, Inside Higher Education l’a nommé recteur d’université le plus remarquable en Amérique.

Jonathan A. Allan
Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la théorie allosexuelle
Université de Brandon

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la théorie allosexuelle, Jonathan A. Allan est professeur agrégé au Département d’études anglaises et de création littéraire de l’Université de Brandon et occupe en outre un poste au sein du programme d’études de genre et des femmes. Il est également vice-président de l’American Men’s Studies Association.

Dans ses travaux de recherche, M. Allan explore les manières dont la théorie allosexuelle peut et devrait éclairer les études critiques des hommes et du masculin. Il est l’auteur de Reading from Behind (University of Regina Press). M. Allan siège au comité de rédaction ou au comité consultatif des revues suivantes : Feral Feminisms, The Journal of Popular Romance Studies, The Journal of Men’s Studies, Chasqui : revista de literatura latinoamericana et Masculinities: A Journal of Identity and Culture.

Arig al Shaibah
Vice-rectrice associée (Équité et inclusion)
McMaster University

Arig al Shaibah est la première personne à exercer les fonctions de vice-rectrice associée (Équité et inclusion) à la McMaster University. Elle est également professeure adjointe au Département de sociologie. À titre de vice-rectrice associée, elle supervise les activités du Bureau de l’équité et de l’inclusion et dirige l’élaboration et la mise en œuvre des priorités stratégiques en matière d’équité, de diversité et d’inclusion de l’université.

Titulaire d’une maîtrise en administration publique et d’un doctorat en sciences de l’éducation, option étude des politiques et études culturelles, de la Queen’s University, où elle a été doyenne adjointe aux affaires étudiantes (vie étudiante et apprentissage). Elle a ensuite occupé les postes de vice-rectrice aux affaires étudiantes et de directrice par intérim des services des droits de la personne et de l’équité à la Dalhousie University.

Tout au long de son parcours universitaire et professionnel, Arig al Shaibah s’est intéressée aux moyens à prendre pour favoriser un leadership onclusif et interculturel et pour mobiliser les différents groupes présents sur le campus en vue d’un changement organisationnel visant la mise en place d’écosystèmes universitaires plus équitables et plus inclusifs.

Malcolm Campbell
Professeur et vice-recteur à la recherche
University of Guelph

Malcolm Campbell est vice-recteur à la recherche de l’University of Guelph depuis juin 2015. Cet éminent chercheur et biologiste spécialisé en génomique des plantes a une solide expérience de la recherche et du leadership en milieu universitaire. Il a obtenu un doctorat en biochimie de l’University of Guelph et de l’University of British Columbia en 1991. Après avoir effectué des recherches postdoctorales en France et en Caroline du Nord, il a occupé un poste de professeur permanent à l’University of Oxford de 1996 à 2004. À l’University of Toronto à compter de 2004, il a enseigné simultanément au Département de biologie cellulaire et biologie des systèmes, à la Faculté de foresterie, au Département des sciences biologiques, au Département d’écologie et de biologie de l’évolution ainsi qu’au Département des études supérieures en sciences de l’environnement.

De 2009 à 2015, M. Campbell a été vice-recteur à l recherche du campus de Scarborough de l’University of Toronto, qui a consolidé sa réputation et sa compétitivité en recherche au cours de cette période. M. Campbell dirige une équipe de recherche productive dans sa spécialité, la génomique des plantes. À l’University of Guelph, outre ses fonctions de vice-recteur à la recherche, il est en charge du projet Alimentation réfléchie financé par le Fonds d’excellence en recherche Apogée Canada, qui a pour objet la création d’une plateforme d’analyse de données pour le secteur agroalimentaire. Il supervise en outre le partenariat que l’University of Guelph a noué avec le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario. M. Campbell est également conseiller auprès de comités de rédaction de revues spécialisées, de conseils consultatifs scientifiques et non scientifiques et d’organismes gouvernementaux, non gouvernementaux, communautaires et du secteur privé.

Sheila Cote-Meek
Vice-rectrice, Équité, personnes et culture
Université York

Sheila Cote-Meek est Anishinaabe des Teme-Augama Anishnabai. Elle est la toute première vice-rectrice, Équité, personnes et culture, de l’Université York et est entrée en fonction en octobre 2019. Mme Cote-Meek dirige une équipe de spécialistes des relations de travail et des ressources humaines qui se consacre à l’élaboration et à la mise en application d’une stratégie et d’une structure progressistes et efficaces susceptibles de favoriser la réalisation de la mission de l’université, à savoir cultiver un milieu de travail sain, respectueux, inclusif et équitable.

Elle a occupé le poste de vice-rectrice associée à l’enseignement et aux programmes autochtones de l’Université Laurentienne, où elle a dirigé des initiatives autochtones dans différentes disciplines. Elle a joué un rôle de premier plan dans plusieurs initiatives ayant trait aux Autochtones, entre autres, dans l’augmentation de la capacité de recherche autochtone, dans la mise sur pied du Centre autochtone de partage et d’apprentissage ainsi que dans la création du programme de maîtrise en relations autochtones et de l’Institut de recherche autochtone Maamwizing. Elle s’est également beaucoup investie dans les relations avec le corps professoral, de concert avec les Ressources humaines et le Bureau du vice-recteur aux études et provost.

Mme Cote-Meek a obtenu un doctorat en sociologie et études de l’équité de l’University of Toronto ainsi qu’une maîtrise en administration des affaires et un baccalauréat en sciences infirmières de l’Université Laurentienne. Elle est l’auteure de l’ouvrage Colonized Classrooms – Racism, Trauma and Resistance in Post-Secondary Education (Fernwood Publishing, 2014). Elle mène toujours des activités de recherche et a une vaste expérience du travail avec les collectivités autochtones à l’échelle tant régionale et nationale qu’internationale, s’étant penchée sur des dossiers ayant trait à la justice sociale, à l’éducation et à la santé. En 2016, le Conseil des universités de l’Ontario l’a nommée modèle autochtone dans le cadre de sa campagne Let’s Take our Future Further et, en 2013, elle était l’une des récipiendaires du prix Femme de mérite du YWCA. Championne de l’équité, de la diversité et de l’inclusion et chef de file dans le domaine de l’éducation autochtone, Mme Cote-Meek œuvre depuis longtemps à l’établissement de relations visant à faire progresser les institutions et a à cœur de faire en sorte que l’enseignement supérieur soit accessible à tous.

Jay Dolmage
Professeur
Directeur adjoint, Undergraduate Communication Outcome Initiative
University of Waterloo

Jay Timothy Dolmage est professeur d’anglais à l’University of Waterloo, où il s’est engagé à faire en sorte que les études supérieures soient plus accessibles à l’avenir. Il met l’accent sur les droits des personnes handicapées dans l’exercice de ses fonctions, dans ses recherches et dans son enseignement. Dans ses travaux, il associe rhétorique, rédaction, études sur le handicap et pédagogie critique.

Jay Dolmage est rédacteur fondateur de la Revue canadienne d’études sur le handicap. Son premier livre, Disability Rhetoric, a été publié par les Syracuse University Press en 2014. Le second, Academic Ableism : Disability and Higher Education, a été publié par la University of Michigan Press en 2017 et est consultable en ligne en libre accès. Son dernier ouvrage, Disabled Upon Arrival: Eugenics, Immigration, and the Construction of Race and Disability, a été publié en 2018 par The Ohio State University Press.

Wafa El-Adhami
Directrice générale
Science in Australia Gender Equity

Wafa El-Adhami est directrice générale de Science in Australia Gender Equity. Après avoir mené des recherches en biologie moléculaire et en microbiologie, Mme El-Adhami a occupé de nombreux postes de leadership et de gestion de haut rang au sein du gouvernement de l’Australie, notamment au ministère de la Santé et du Vieillissement, au Bureau de l’innocuité des produits chimiques et à la Commission de la santé et de la sécurité du travail. Plus récemment, elle a travaillé à l’international comme experte-conseil spécialisée en politiques et réglementation de la santé et en solutions cliniques.

Vivek Goel
Vice-recteur, Recherche et innovation et Initiatives stratégiques
University of Toronto

Vivek Goel est vice-recteur, Recherche et innovation et Initiatives stratégiques, de l’University of Toronto et professeur à l’Institute of Health Policy, Management and Evaluation de la Dalla Lana School of Public Health. M. Goel is est un chercheur de renom qui a une solide expérience en enseignement, en recherche et en administration universitaire. Il a obtenu un diplôme en médecine de l’Université McGill et a fait des études de cycle supérieur en médecine communautaire à l’University of Toronto. Il a obtenu une maîtrise ès sciences en médecine communautaire de l’University of Toronto et une maîtrise ès sciences en biostatistique de l’École de santé publique de Harvard. Ses travaux ont porté sur l’évaluation des services de santé et sur la promotion de l’utilisation des données probantes résultant de la recherche pour la prise des décisions en santé.

À l’University of Toronto depuis 1991, M. Goel a été directeur du Département d’administration de la santé au sein de la Faculté de médecine de 1999 à 2001, puis vice-recteur et doyen de l’université de 2004 à 2008. Il est l’un des scientifiques fondateurs de l’Institute for Clinical Evaluative Sciences (ICES), où il est toujours scientifique principal adjoint. Il a été président fondateur et chef de la direction de Santé publique Ontario de 2008 à 2014 et a ainsi contribué à la mise sur pied d’un organisme de services de santé publique offrant des conseils scientifiques et techniques aux praticiens de première ligne.

Il a une vaste expérience en matière de gouvernance et siège au sein de plusieurs conseils d’administration, dont ceux de Toronto Innovation Acceleration Partners (TIAP, nouveau nom de MaRS Innovation) et de TRIUMF. Il est également vice-président du conseil d’administration de l’Institut canadien d’information sur la santé.

Michael Anthony Hart
Vice-recteur, Collaboration avec les Autochtones
University of Calgary

Michael Anthony Hart, de la Nation crie de Fisher River, est vice-recteur, Collaboration avec les Autochtones, à l’University of Calgary. Il a été titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les connaissances autochtones et le travail social de l’Université du Manitoba de 2012 à 2018.

Ses recherches portent sur les connaissances et les pratiques autochtones aidantes, sur les hommes autochtones et l’activité physique, sur les expériences autochtones du colonialisme, ainsi que sur l’anticolonialisme et les méthodes propres à la recherche autochtone et à la recherche anticolonialiste.

Kevin Hewitt
Professeur agrégé
Département de physique et de sciences de l’atmosphère
Dalhousie University

Kevin Hewitt est professeur agrégé au Département de physique et des sciences de l’atmosphère et président du Sénat de la Dalhousie University. Dans ses cours, M. Hewitt s’efforce de relier la physique à la vie quotidienne des étudiants. Dans son laboratoire d’imagerie moléculaire, il a mis au point de nouvelles nanosondes pour l’imagerie et le traitement du cancer, de nouvelles techniques d’imagerie optique ainsi qu’un prototype d’outil de diagnostic des stéatoses hépatiques.

Monsieur Hewitt a été élu à des postes au sein de l’Association canadienne des physiciens et physiciennes et de l’American Physical Society. Par le passé, il a mis en place des programmes et organismes innovants au service de la communauté afro-canadienne.

Monsieur Hewitt a obtenu un baccalauréat ès sciences, avec majeure en biologie et spécialisation en physique, de l’University of Toronto. Au cours de ses études supérieures à la Simon Fraser University, il a participé à la création de plusieurs programmes universitaires et organismes communautaires. À la Dalhousie University, il a cofondé l’Imhotep’s Legacy Academy, un programme qui vise à sensibiliser les jeunes Afro-Canadiens aux sciences, à la technologie, au génie et aux mathématiques (les disciplines STGM). Pour ces contributions, il a reçu le Youth Community Service Award et le Harry Jerome Award for Professional Excellence. Il a également été parmi les finalistes du Science Champion Discovery Award.

Carla John
Gestionnaire, Équité, droits de la personne et accessibilité
Collège Cambrian

Depuis 2017, Carla John est gestionnaire de l’équité, des droits de la personne et de l’accessibilité au Collège Cambrian, à Sudbury. De concert avec les enseignants, les étudiants et les parents, elle s’emploie à rendre les écoles plus sûres et plus inclusives pour tous ceux et celles qui y étudient. Cette ancienne enseignante est retournée à l’université et a obtenu une maîtrise en psychologie de l’éducation de la Mount Saint Vincent University.

Malentendante depuis l’âge de deux ans, Mme John est bien au fait des différentes manières dont les identités marginalisées se recoupent et sont parfois oubliées. Elle a travaillé auprès de personnes handicapées à titre de conseillère en aptitudes à l’apprentissage à l’Université Laurentienne, de coordonnatrice d’un projet sur le sport adapté et d’ancienne présidente du Sudbury Accessible Sports Council.

Originaire des Bermudes, Mme John aime y aller souvent avec sa femme et son fils pour rendre visite à sa famille et à ses amis.

Eve Langelier
Professeure titulaire
Département de génie mécanique
Université de Sherbrooke

Eve Langelier a à cœur la réussite des étudiants et l’avancement des femmes en sciences et en technologie, et elle entend partager sa passion pour la bio-ingénierie. Elle a obtenu une maîtrise en génie mécanique de l’Université Laval et un doctorat en génie biomédical de Polytechnique Montréal.

Madame Langelier est actuellement professeure titulaire à l’Université de Sherbrooke. Elle est titulaire de la Chaire pour les femmes en sciences et en génie au Québec et a pour principal objectif d’accroître la représentation des femmes dans ces domaines.

Sara Mole
Professeure Great Ormond Street Hospital Children’s Charity
Medical Research Council (MRC) Laboratory for Molecular Cell Biology
University College London

Sara Mole occupe le poste de professeure Great Ormond Street Hospital Children’s Charity et est chef d’équipe au MRC Laboratory for Molecular Cell Biology (LMCB) de l’University College London. Ses recherches portent principalement sur les neurosciences translationnelles et la dystrophie myotonique, un groupe de maladies neurodégénératives héréditaires qui touchent surtout les enfants.

En 2008, Mme Mole a présenté au LMCB l’idée de travailler dans le cadre de la Charte Athena SWAN du Royaume-Uni pour accroître l’égalité entre les sexes. Elle a dirigé la mise en application de la Charte, de l’obtention par le LMCB de son premier prix Athena SWAN Argent (Silver Award) en 2009, obtenu une nouvelle fois en 2012, jusqu’à l’obtention du prix Athena SWAN Or (Gold Award) en 2016. Il s’agissait du premier prix dans la catégorie Or remporté par l’University College London, et c’était seulement la huitième fois que ce prix était décerné au Royaume-Uni. Au sein de l’University College London, le LMCB est considéré comme un laboratoire phare pour ce qui est des bonnes pratiques.

Par sa participation aux travaux du comité sur l’égalité et la diversité, Mme Mole défend l’égalité et la diversité au sein de la Faculté des sciences de la Vie de l’University College London. Elle fait également la promotion de l’approche adoptée par le LMCB dans tout le Royaume-Uni et dans tous les milieux universitaires où elle est invitée. Et elle met encore davantage l’accent sur l’égalité entre les sexes en utilisant le mot-clic #simplygoodpractice sur Twitter.

Catherine Mounier
Vice-rectrice à la recherche, à la création et à la diffusion
Université du Québec à Montréal

Catherine Mounier a obtenu son doctorat en biologie cellulaire et moléculaire en 1994 de l’École nationale supérieure agronomique de Rennes, en France, ainsi qu’une maîtrise en chimie moléculaire et un baccalauréat en biochimie de l’Université de Rennes 1. Elle a fait des recherches postdoctorales au Département de biochimie de l’University of Iowa, où elle a étudié la régulation de la transcription du gène aviaire de l’enzyme malique. Elle a fait d’autres études postdoctorales à l’Université McGill, où elle a participé à la détermination de nouvelles voies de signalisation cellulaire hépatique induites par l’insuline et par les ligands des facteurs de croissance épidermique (ligands EGF).

Madame Mounier fait partie du corps professoral du Département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) depuis 2003, et elle a été promue professeure titulaire en 2012. Elle a été directrice adjointe de ce département de 2007 à 2012, puis directrice de 2012 à 2015. En juillet 2015, elle a été nommée vice-rectrice à la Recherche, à la création et à la diffusion de l’UQAM. Ses projets de recherche portent sur le métabolisme des lipides et la sensibilité à l’insuline et mettent l’accent tout particulièrement sur la régulation hormonale et nutritionnelle des gènes à l’œuvre dans la lipogenèse hépatique. Les travaux de son laboratoire se concentrent sur la stéatose hépatique (accumulation de graisse dans les cellules du foie).

Susan Prentice
Professeure
Département de sociologie et de criminologie
Université du Manitoba

Susan Prentice est professeure de sociologie à l’Université du Manitoba. Elle se spécialise dans les questions ayant trait au travail et à la famille, aux services sociaux et aux mouvements sociaux, en s’attachant tout particulièrement aux politiques relatives à la garde d’enfants. Elle pratique la sociologie publique et se porte depuis longtemps à la défense des services de garde d’enfants et des groupes féministes. En 2003, elle était l’une des huit professeures qui ont déposé une plainte auprès de la Commission canadienne des droits de la personne, alléguant que le Programme des chaires de recherche du Canada faisait preuve de discrimination systémique.

Kate Sang
Professeure
Département de gestion des affaires
École des sciences sociales
Heriot-Watt University

Kate Sang est professeure en études sur le genre et l’emploi au Département de gestion des affaires de l’École des sciences sociales de la Heriot-Watt University, à Édimbourg, en Écosse. Ses recherches portent sur le genre et les inégalités qui s’entrecroisent en milieu de travail. Elle se penche actuellement sur les troubles de l’appareil gynécologique chez la femme qui travaille ainsi que sur le handicap et la carrière universitaire. Elle dirige en outre le projet Inclusion Matters visant à accroître l’inclusion des personnes handicapées dans les carrières scientifiques. Dans le cadre de ce projet que l’Engineering and Physical Sciences Research Council finance à la Heriot-Watt University et à l’University of Edinburgh, elle met l’accent sur l’inclusion en début de carrière, soit du doctorat au postdoctorat et du postdoctorat à la charge de cours.

Kate Sang est membre du groupe d’experts du gouvernement de l’Écosse sur les plastiques à usage unique ainsi que du groupe d’experts du Royaume-Uni sur le cadre d’évaluation de l’excellence en recherche. Elle est membre du comité de rédaction de la revue spécialisée Work, Employment and Society et a fondé le tout premier périodique entièrement en libre accès de la Heriot-Watt University, Interdisciplinary Perspectives on Equality and Diversity.

Malinda S. Smith
Professeure
Département de sciences politiques
University of Alberta

Malinda S. Smith est professeure de sciences politiques à l’University of Alberta. Adepte de la recherche engagée au sein de la collectivité, Mme Smith est également présidente de l’Academic Women’s Association de l’université.

Auparavant, Mme Smith a été chargée du dossier de l’équité au sein de l’association des professeurs. Elle a également été vice-présidente de la Fédération des sciences humaines pour les questions d’équité et membre du groupe de travail sur le personnel enseignant issu de minorités raciales de l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université.

Elle a reçu de nombreux prix, dont un prix reconnaissant son apport à la sensibilisation aux droits de la personne remis en 2013 par l’Office of Safe Disclosure and Human Rights de l’University of Alberta, le Prix pour l’équité 2015 de l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université et, en 2016, le prix de la contributrice communautaire de l’année HSBC du Centre canadien pour la diversité et l’inclusion.

Les publications de Mme Smith portent sur des questions relevant des études sur l’économie politique critique et le terrorisme en Afrique, sur l’antiracisme et la décolonisation, ainsi que sur l’équité dans l’enseignement supérieur. Elle est coauteure de The Equity Myth: Racialization and Indigeneity at Canadian Universities, publié par les UBC Press en 2017. Elle a également dirigé ou codirigé la publication de plusieurs ouvrages.

Valerie Steeves
Professeure
Département de criminologie
Université d’Ottawa

Valerie Steeves est professeure titulaire au Département de criminologie de l’Université d’Ottawa. Elle s’intéresse tout particulièrement aux questions ayant trait à la technologie et aux droits de la personne. Elle codirige l’eQuality Project, un partenariat de sept ans portant sur l’égalité et la protection de la vie privée des jeunes dans les médias en réseau, que finance le Conseil de recherches en sciences humaines. Elle est également chercheure principale au sein du projet de recherche Jeunes Canadiens dans un monde branché de HabiloMédias, qui suit de près le rôle que jouent les technologies en réseau dans la vie des jeunes depuis 2000.

Madame Steeves est titulaire d’un diplôme professionnel en droit de l’University of Toronto et d’un doctorat en communication de la Carleton University.

Sharon E. Straus
Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’application des connaissances et la qualité des soins
University of Toronto

Gériatre et épidémiologiste clinicienne formée à l’University of Toronto et à l’University of Oxford, la docteure Sharon E. Straus est directrice du programme d’application des connaissances et médecin-chef adjointe à l’Hôpital St. Michael. Elle dirige également la division de la médecine gériatrique et est professeure au Département de médecine de l’University of Toronto et vice-directrice de ce département.

La docteure Straus est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’application des connaissances et la qualité des soins. Elle est l’auteure de plus de 400 publications et de trois manuels, sur la médecine factuelle, l’application des connaissances et le mentorat. Selon le Web of Science, elle fait partie des chercheurs cliniciens les plus cités au Canada. Elle a obtenu, à titre de chercheure principale, plus de 62 millions de dollars en subventions de recherche attribuées à la suite de processus d’évaluation par les pairs et elle s’est vu décerner des prix nationaux pour le mentorat, la recherche et l’enseignement.

Holly Witteman
Professeure agrégée
Département de médecine familiale et de médecine d’urgence
Université Laval

Holly Witteman est professeure agrégée au Département de médecine familiale et de médecine d’urgence de l’Université Laval, située sur le territoire ancestral des Hurons-Wendat, des Abénaquis, de la confédération Wabanaki, des Wolastoqiyik (Malécites) et des Haudenosaunee.

Madame Witteman dirige l’unité de recherche du Vice-décanat à la pédagogie et au développement professionnel continu de la Faculté de médecine. Elle est également chercheure au Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec – Université Laval et chercheure au Centre de recherche sur les soins et les services de première ligne affilié à l’Université Laval. Elle est aussi chercheure affiliée à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa, qui est établi sur le territoire ancestral algonquin.

Elle a une formation interdisciplinaire en génie des facteurs humains et en sciences sociales, et ses travaux portent sur la conception et l’évaluation de médias numériques et autres susceptibles d’aider à la prise de décisions en santé. Elle se spécialise dans l’interaction personne-machine en éducation en matière de santé, dans la communication des risques et dans la prise de décision, notamment les méthodes de conception de technologies axées sur l’inclusion de l’utilisateur et du malade.

Madame Witteman est atteinte depuis l’enfance d’affections auto-immunes chroniques, dont l’une est considérée comme un handicap.

Deborah Zornes
Directrice des services de recherche
Royal Roads University

Deborah Zornes est directrice des services de recherche à la Royal Roads University. Entrée au service de cette université en 2006, elle y enseigne également la méthodologie de la recherche aux étudiants des cycles supérieurs. Elle est en outre présidente de l’Association canadienne des administratrices et des administrateurs de recherche. Mme Zornes avait auparavant occupé le poste de gestionnaire des services de recherche de l’Athabasca University pendant 15 ans.

À titre de directrice des services de recherche, Mme Zornes est charge d’établir les orientations stratégiques et opérationnelles de l’administration de la recherche et du soutien à la recherche. En collaboration avec les membres du corps professoral, elle trouve des occasions de financement de la recherche et aide à l’élaboration et à la présentation des propositions, ainsi qu’à la gestion des activités de recherche et à la production des rapports.

Madame Zornes est titulaire d’un doctorat en études interdisciplinaires de l’University of Victoria, et ses champs d’intérêt sont l’évaluation et la mesure de l’efficacité et de la qualité de la recherche, y compris de ses extrants, de ses incidences et de ses impacts; l’impact du corporatisme sur l’université et sur les recherches qui sont financées ou qui se font, et ce qui en découle pour le rôle de l’université au sein de la société; l’administration de la recherche en tant que profession.

Anciens membres du Comité