Ingrid J. Pickering



Chaire de recherche du Canada en science environnementale moléculaire

Niveau 1 - 2013-07-01
University of Saskatchewan
Sciences naturelles et génie

306-966-5683
ingrid.pickering@usask.ca

En provenance de


Stanford University, États-Unis

Objet de la recherche


Utilisation de la spectroscopie d'absorption de rayons X pour comprendre l'interaction des éléments toxiques avec le milieu à l'échelle moléculaire.

Importance de la recherche


En déterminant comment les caractéristiques chimiques des éléments toxiques sont altérées par le milieu, cette recherche établira les fondements d'éventuelles stratégies d'assainissement des zones contaminées.

Les rayons X font la lumière sur les éléments toxiques


Les éléments toxiques que l'on trouve dans l'environnement y sont présents naturellement ou par suite d'activités humaines comme l'exploitation minière. Quelle que soit leur source, la présence de ces éléments toxiques cause beaucoup d'inquiétude en raison de leurs effets possibles sur les organismes et sur la santé humaine.

Pour comprendre le cheminement d'un élément dans un écosystème, nous devons déterminer quelle en est la nature chimique exacte et comment la modifier. La forme moléculaire d'un élément a une incidence directe sur, notamment, la facilité avec laquelle il peut se déplacer dans les eaux souterraines ou être absorbé par des organismes, ainsi que sur son degré de toxicité ou d'innocuité. Par exemple, les formes d'arsenic que l'on trouve en concentrations élevées dans les fruits de mer ne sont pas toxiques, mais l'arsénite, un ion libre très répandu dans l'environnement, est mortel.

La technique de la spectroscopie d'absorption de rayons X consiste à projeter un faisceau très intense et précis de rayons X sur un échantillon intact pour obtenir des renseignements détaillés sur le milieu chimique immédiat de l'élément. Dans le cadre de ses travaux antérieurs au Stanford Synchroton Radiation Laboratory, en Californie, É.-U., Ingrid Pickering a utilisé la spectroscopie d'absorption de rayons X pour étudier divers éléments potentiellement toxiques qui sont présents dans des bactéries, des plantes et des insectes.

En sa qualité de titulaire de la Chaire de recherche du Canada en science environnementale moléculaire, Mme Pickering recourra au Centre canadien de rayonnement synchroton, la première installation du genre au Canada, pour étudier le parcours d'éléments dans l'environnement. L'une de ces études aura pour objet les concentrations et les formes chimiques de l'arsenic trouvé dans divers organismes au sein d'un écosystème naturellement riche en arsenic. Mme Pickering étudiera également des plantes qui ont la faculté unique de transporter et de tolérer une concentration élevée d'un élément toxique dans leurs feuilles. La compréhension des mécanismes à l'oeuvre pourrait mener à l'utilisation de plantes pour extraire les éléments toxiques des eaux et des sols contaminés.