Roberto Botelho



Chaire de recherche du Canada sur la science et les technologies biomédicales

Niveau 2 - 2010-10-01
Date de renouvellement : 2019-07-01
Ryerson University
Instituts de recherche en santé du Canada

416-979-5000, ext./poste 2059
rbotelho@ryerson.ca

Objet de la recherche


Étudier les mécanismes moléculaires de l’identité et de la fonction des organites, plus particulièrement des organites immunospécifiques.

Importance de la recherche


Permettre de mieux comprendre la progression de la maladie et la biologie cellulaire fondamentale sur laquelle repose la santé.

Comprendre les « organes » des cellules humaines


Le corps humain est une machine complexe composée de plus de 50 000 milliards de cellules, contrôlées par l’information encodée dans nos gènes. Les infections et les maladies comme le cancer surviennent lorsque des erreurs génétiques ou des facteurs environnementaux provoquent un mauvais fonctionnement de ces cellules. Comprendre comment les cellules sont construites permettrait de découvrir de nouvelles façons de traiter ces affections.

Roberto Botelho, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la science et les technologies biomédicales, veut faire la lumière sur les mécanismes moléculaires qui contrôlent les organites membranaires – les « organes » de la cellule –, car c’est lorsque ces organites font défaut que survient la maladie.

M. Botelho espère apprendre comment les organites obtiennent leurs caractéristiques moléculaires et fonctionnelles en établissant l’importance des chaînes d’acides gras qui composent les phosphoinositides, architectes de l’identité des organites. Son équipe de recherche étudiera comment ces phosphoinositides contribuent à la régulation des gènes déterminant l’identité des organites. Elle analysera également le lien entre les signaux immunologiques et la machinerie moléculaire chargée d’ajuster le nombre de lysosomes de la cellule, les organites qui aident à réduire l’infection en détruisant les agents pathogènes.

Les recherches de M. Botelho pourraient fournir de précieux indices conduisant à l’élaboration de nouveaux diagnostics et thérapies pour lutter contre les maladies, en particulier contre les maladies liées à l’immunité.