Philippe Pibarot



Chaire de recherche du Canada en cardiopathie valvulaire

Niveau 1 - 2017-11-01
Date de renouvellement : 2008-07-01
Université Laval
Instituts de recherche en santé du Canada

418-656-8711, ext./poste 5938
philippe.pibarot@med.ulaval.ca

Objet de la recherche


Déterminer les mécanismes qui sous-tendent le développement et la progression des cardiopathies valvulaires.

Importance de la recherche


Améliorer notre façon de diagnostiquer, de prévenir et de traiter les cardiopathies valvulaires.

Découvrir de nouvelles façons de prévenir et de traiter les cardiopathies valvulaires


Environ 800 000 Canadiens souffrent de cardiopathies valvulaires, qui sont directement responsables de 25 000 décès chaque année en Amérique du Nord. Malgré cela, les cardiopathies valvulaires ne sont pas bien comprises, et il n’existe toujours pas de traitement médical permettant de ralentir leur progression.

La sténose aortique, la plus courante des cardiopathies valvulaires, est un trouble cardiaque qui évolue lentement et conduit à la calcification et à l’obstruction de la valve aortique du cœur. Quand le patient manifeste une sténose aortique sévère, le seul traitement efficace consiste à remplacer la valve aortique atteinte par une valve prothétique.

En tant que titulaire de la Chaire de recherche du Canada en cardiopathie valvulaire, Phillippe Pibarot et son équipe cherchent le lien entre obésité abdominale et sténose aortique, dans l’espoir de trouver des façons de la prévenir et de la traiter. Ils examinent si certains changements dans le style de vie, comme une meilleure alimentation et plus d’activité physique, jumelés à de nouveaux médicaments, peuvent aider à ralentir ou même à stopper la progression de la sténose aortique et éviter de devoir subir une chirurgie de remplacement valvulaire.

M. Pibarot et son équipe étudient aussi une nouvelle intervention à effraction minimale qui a révolutionné le traitement de la sténose aortique. Elle permet l’implantation d’une valve prosthétique dans une artère grâce à un cathéter.

Le chercheur espère que ses travaux conduiront à des technologies, stratégies et médicaments novateurs permettant d’améliorer le diagnostic, la prévention et le traitement de la sténose aortique et des autres cardiopathies valvulaires.