Deborah J. Cook



Chaire de recherche du Canada en transfert de recherche en soins intensifs

Niveau 1 - 2001-07-01
Date de renouvellement : 2016-02-01
McMaster University
Santé

905-525-9140, ext. 22900
debcook@mcmaster.ca

Objet de la recherche


Adaptation de la recherche à des pratiques médicales adoptées par les services de soins intensifs

Importance de la recherche


Analyse et élaboration de méthodes pour appliquer les découvertes médicales dans les hôpitaux

Rapprocher la recherche de la pratique


Pour les patients hospitalisés dans des services de soins intensifs dans toutes les régions du pays, il y a de nouvelles raisons d'espérer. L'étude réalisée par Deborah Cook concernant la façon de promouvoir l'application de nouvelles connaissances par les médecins pourrait permettre de sauver des vies. Il s'agit d'une méthode consistant à redresser les patients, vraiment au sens propre.

La professeure de McMaster University concentre ses recherches sur un domaine très important et souvent négligé : comment transformer les découvertes en pratiques cliniques. Mme Cook a effectué des recherches qui ont permis de découvrir qu'il existe un moyen pratique et non invasif de réduire les risques de pneumonie chez les patients gravement malades qui sont branchés à un ventilateur dans un service de soins intensifs dans un hôpital.

Les statistiques démontrent que de 10 % à 50 % de tous les patients branchés à un ventilateur mécanique contractent la pneumonie. L'infection prolonge leur séjour à l'hôpital et accroît les risques de mortalité. Mais des études ont démontré que si la tête du patient est élevée à un angle de 45 degrés, ses risques de contracter ce type de pneumonie diminuent considérablement, simplement grâce à un changement de position : de la position couchée à la position assise. De fait, sur quatre patients à qui on a fait adopter cette position, un cas de pneumonie est évité.

Compte tenu de la simplicité de cette méthode, elle devrait être mise en application dans tous les services de soins intensifs au Canada. Mais ce n'est pas toujours le cas. L'étude effectuée par Mme Cook a démontré que les préposés aux services de soins intensifs n'ont pas adopté cette façon de faire. En outre, sa recherche sur la pneumonie associée à l'utilisation d'un ventilateur servira de modèle pour étudier des façons de diffuser rapidement de l'information et de transformer les résultats de la recherche en pratiques médicales exemplaires. Elle mettra également en lumière une leçon importante pour la collectivité médicale et le milieu de la recherche : la recherche qui donne lieu à des applications pratiques doit être utilisée afin que ces découvertes puissent prendre tout leur sens et avoir des répercussions sur la qualité de vie. Qu'en est-il du long terme et de la situation globale? Les résultats de la recherche réalisée par Mme Cook peuvent s'appliquer à diverses maladies et à de nouvelles façons de les traiter et de les prévenir.

La professeure a été la première spécialiste canadienne en matière de soins intensifs qui possédait également une formation en biostatistique et en épidémiologie clinique (qui a trait aux causes, à la distribution et au contrôle des maladies dont souffre la population). Les avantages d'une telle formation sont nombreux : la formation que possède Mme Cook dans divers domaines fait d'elle la personne toute désignée pour réaliser ce projet, qui fait appel à des compétences dans diverses disciplines.