Jonathan Verreault



Chaire de recherche du Canada en toxicologie comparée des espèces aviaires

Niveau 2 - 2011-05-01
Date de renouvellement : 2016-05-01
Université du Québec à Montréal
Sciences naturelles et génie

514-987-3000 ext/poste 1070
verreault.jonathan@uqam.ca

Objet de la recherche


Examiner les sources de contaminants émergents et leur impact sur les oiseaux des régions tempérées et nordiques

Importance de la recherche


Mettre au point des outils pour cerner les sources de contaminants organiques émergents par l’étude des stratégies d’alimentation et d’utilisation du territoire chez les espèces aviaires et les effets que l’exposition à ces substances toxiques a sur ces oiseaux

Les polluants émergents et leur incidence sur les oiseaux


Les oiseaux sont continuellement exposés à une multitude de nouvelles substances chimiques qui entrent dans la composition des produits de consommation – allant des plastiques aux meubles. Par exemple, une énorme quantité de nouveaux types d’ignifugeants est utilisée comme solution de rechange aux polybromodiphényléthers (PBDE), autre forme d’ignifugeant récemment bannie au Canada.

Jonathan Verreault, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en toxicologie comparée des espèces aviaires, tente de déterminer les sources environnementales et l’incidence que les nouveaux ignifugeants ont sur les espèces aviaires qui occupent les maillons supérieurs de la chaîne alimentaire. Il se pose la question suivante : existe-t-il des différences entre les espèces aviaires provenant des régions tempérées et des régions nordiques quant à leurs sources d’exposition et à leur sensibilité aux produits chimiques toxiques?

M. Verreault étudie les goélands, espèces tout aussi présentes dans les régions agricoles et industrielles fortement polluées que dans les régions arctiques moins polluées aux prises avec de rapides changements environnementaux, tels que les changements climatiques, les espèces invasives et les nouveaux pathogènes. L’étude de l’incidence biologique des ignifugeants sur les goélands nous fournira une énorme quantité d’information sur la toxicité de ces substances dans les écosystèmes vulnérables et sensibles.

Dans le cadre de sa recherche, M. Verreault étudie les stratégies d’alimentation et d’utilisation du territoire des goélands pour cerner les sources des contaminants dans l’environnement. Il tente aussi de mieux comprendre l’incidence de ces substances chimiques sur le système endocrinien et les taux métaboliques (bioénergétiques) des oiseaux.

La recherche de Jonathan Verreault fournira une grande quantité de données pour évaluer l’incidence de nouvelles substances chimiques au Canada et contribuera à protéger les écosystèmes sensibles et les espèces vulnérables.