Louise Barrett



Chaire de recherche du Canada sur la cognition, l’évolution et le comportement

Niveau 1 - 2012-01-01
University of Lethbridge
Sciences naturelles et génie

403-317-5039
louise.barrett@uleth.ca

Objet de la recherche


Étudier les processus sociaux et le comportement des êtres humains et des primates

Importance de la recherche


Déterminer comment le fonctionnement social peut être amélioré en examinant les liens entre l’environnement social et le développement des compétences interpersonnelles

Comprendre la vie sociale des primates


Le peuple zoulou d’Afrique du Sud a un dicton qui peut se traduire ainsi : « Une personne est ce qu’elle est grâce aux autres ». Pour Louise Barrett, il ne s’agit pas que d’un simple proverbe, mais du fondement même de son approche envers la psychologie.

Mme Barrett, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la cognition, l’évolution et le comportement, vise à découvrir comment les actions d’autrui aident à façonner nos mondes sociaux – et par conséquent, notre psychologie. Pour ce faire, elle étudie le comportement social et la cognition des êtres humains et de nos cousins primates du Canada et d’Afrique du Sud.

Les primates sont reconnus pour leur intense sociabilité. On croit qu’elle a façonné la façon dont nous envisageons le monde. La recherche dans ce domaine considère en général que l’information sociale est uniquement traitée par le cerveau. Toutefois, Mme Barrett met l’accent sur la façon dont l’engagement physique ou corporel avec le monde – et avec d’autres personnes – peut et devrait être considéré comme faisant partie de notre psychologie. À cet égard, les processus cognitifs peuvent être considérés comment étant à la fois visibles et sociaux, et non uniquement invisibles et privés.

De plus, Mme Barrett étudie comment divers types de « niches sociales » aident à façonner la psychologie, de la petite enfance à l’âge adulte, et comment l’influence du langage et de la culture produit des différences entre les êtres humains et les primates.

En remettant en question des croyances de longue date sur la façon dont les primates pensent et socialisent, le travail de Louise Barrett ouvre la voie à de nouvelles formes de psychologie qui pourraient améliorer les expériences sociales des êtres humains en permettant de mieux comprendre les compétences sociales dont ils ont besoin dans une société complexe.