Salaheddin Mahmud



Chaire de recherche du Canada en pharmacoépidémiologie et évaluation des vaccins

Niveau 2 - 2012-11-01
Date de renouvellement : 2017-11-01
Université du Manitoba
Santé

204-940-3611
Salah_mahmud@umanitoba.ca

Objet de la recherche


Utiliser des données épidémiologiques pour définir des stratégies de prévention efficaces contre le cancer et les infections dans les domaines pharmaceutique et biologique.

Importance de la recherche


Mener à des moyens efficaces de prévenir ou de traiter des cancers et des infections de nature courante.

Des médicaments d’usage courant pour prévenir le cancer


Les cancers et les maladies infectieuses ont beaucoup en commun. Bien que le cancer soit la principale cause de mortalité au Canada, les infections demeurent une cause importante de décès et de souffrance, sans compter le spectre: toujours présent, d’infections émergentes, telles que le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Étant donné qu’un cancer sur cinq découle d’une infection évitable ou traitable, telle que H. pylori, le papillomavirus et l’hépatite B, la prévention et le traitement des infections pourraient être le moyen le plus efficace d’éviter de multiples formes de la maladie. Des stratégies de contrôle de la maladie similaires sont utilisées contre les cancers et les infections : vaccins, chimioprévention et dépistage. Saleheddin Mahmud, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en pharmacoépidémiologie et évaluation des vaccins, tente de savoir si des médicaments d’usage courant, tels que l’aspirine, les hypocholestérolémiants et les antidépresseurs, peuvent prévenir le cancer de la prostate, du colon et du col de l’utérus ainsi que d’autres cancers importants. M. Mahmud utilise de l’information provenant de bases de données sur la pharmacologie et les cancers ainsi que des entrevues menées auprès de participants afin d'effectuer un certain nombre d’études, chacune ciblant un cancer et une classe de médicaments en particulier. Il évalue aussi la sécurité et l’efficacité de vaccins contre des maladies causées par le papillomavirus, tel le cancer du col de l’utérus. La recherche de Saleheddin Mahmud pourrait mener à l’élaboration de stratégies efficaces pour maîtriser le cancer et les infections. Elle pourrait aussi permettre de mieux comprendre comment le cancer évolue et favoriser la mise au point de médicaments plus efficaces.