Publication de l’addenda de 2019 à l’entente de règlement de 2006 conclue avec le Programme des chaires de recherche du Canada relativement à une plainte pour violation des droits de la personne


Ottawa (Ontario), le 31 juillet 2019 – Aujourd’hui, les trois organismes fédéraux subventionnaires de la recherche que sont le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) et les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), ainsi que l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU) – qui représente les coplaignantes – et la Commission canadienne des droits de la personne (CCDP) ont publié l’addenda de 2019 qui met à jour les conditions de l’entente de règlement de 2006 conclue avec le Programme des chaires de recherche du Canada relativement à une plainte pour violation des droits de la personne. Cette importante étape soutient la vision du gouvernement du Canada en ce qui concerne l’équité, la diversité et l’inclusion au sein du Programme.

Se doter d’un environnement de recherche équitable, diversifié et inclusif contribue à accroître l’excellence, l’innovation et les retombées. Afin d’atteindre son plein potentiel en matière d’excellence, le Canada a besoin de points de vue diversifiés pour aborder les questions faisant l’objet de recherches et pour saisir efficacement les occasions qui se présentent, en ayant un impact réel. Pour que le Programme des chaires de recherche du Canada remplisse son mandat, qui consiste à soutenir l’excellence en recherche, il est essentiel que tous les chercheurs – en particulier celles et ceux qui font partie des groupes sous-représentés que sont les femmes, les personnes handicapées, les Autochtones et les personnes de minorités visibles – ne se butent pas à des obstacles systémiques entravant l’accès au Programme et aux avantages à en tirer. De plus, si le Canada veut retenir ces personnes talentueuses, il doit les appuyer, les valoriser et veiller à leur inclusion.

L’addenda fait fond sur les mesures mises en application par le truchement du Plan d’action en matière d’équité, de diversité et d’inclusion du Programme et sur les progrès connexes réalisés ces dernières années par les établissements afin d’éliminer les obstacles. Ensemble, ces mesures ont apporté une plus grande transparence et une meilleure reddition de comptes dans les mécanismes utilisés par les établissements pour le recrutement et la mise en candidature des titulaires de chaire. En outre, grâce à elles, la proportion de personnes de groupes sous-représentés au sein du Programme continue d’augmenter au fil des ans. C’est pourquoi le Programme demeure fermement résolu à veiller à ce que les objectifs en matière d’équité, de diversité et d’inclusion soient atteints et à ce que les avantages qui y sont associés soient récoltés.

Les trois organismes fédéraux qui subventionnent la recherche (le CRSH, le CRSNG et les IRSC), la Fondation canadienne pour l’innovation, Innovation, Sciences et Développement économique Canada, Santé Canada et le Secrétariat des programmes interorganismes à l’intention des établissements reconnaissent les contributions des huit plaignantes et de l’ACPPU en vue d’atteindre ces objectifs importants. Leurs efforts soutenus dans les processus de médiation qui ont mené à l’entente de 2006 et à son addenda de 2019, associés à la vision du gouvernement du Canada à l’égard de l’équité, de la diversité et de l’inclusion au sein du Programme, laissent aux futures générations de chercheures et chercheurs un solide héritage qui assurera un accès et des résultats équitables.

Citations

« Nous avons collaboré étroitement avec tous les partenaires en vue de mettre en place un processus juste et équitable et d’établir des objectifs qui reflètent la diversité de la population canadienne tout en étant plus inclusifs, au vu de l’étendue du talent et de l’excellence en recherche dans notre pays. Il s’agit là d’un important jalon grâce auquel les meilleurs membres de la communauté de recherche auront la possibilité de faire progresser le savoir au profit de toute la population canadienne. »

– Dominique Bérubé, présidente du Comité de gestion du Secrétariat des programmes interorganismes à l’intention des établissements et vice-présidente, Programmes de recherche, Conseil de recherches en sciences humaines

« Les changements apportés au Programme des chaires de recherche du Canada témoignent du fait que la sous-représentation ne découle pas d’un manque de candidates et de candidats qualifiés, mais bien de principes ou de pratiques de discrimination et d’exclusion dans la société et dans le milieu universitaire. En supprimant ces obstacles, nous pouvons mieux encourager l’excellence, l’innovation et l’équité dans le milieu de la recherche. »

– David Robinson, directeur général, Association canadienne des professeures et professeurs d’université

« Il s’agit d’un avancement significatif grâce auquel le domaine de la recherche au Canada reflète la riche diversité du Canada et tire profit des talents et des points de vue des personnes à qui, autrefois, on a refusé une place. »

– Marie-Claude Landry, présidente de la Commission canadienne des droits de la personne

Pour en savoir plus

Renseignements

Questions des médias
343-549-6141
media@sshrc-crsh.gc.ca

Valérie Dufour
Directrice des communications
Association canadienne des professeures et professeurs d’université
613-820-2270, poste 198
dufour@caut.ca

Commission canadienne des droits de la personne
Relations avec les médias
613-943-9118
communications@chrc-ccdp.gc.ca