Martine Hébert



Chaire de recherche du Canada sur les traumas interpersonnels et la résilience

Niveau 1 - 2015-12-01
Université du Québec à Montréal
Sciences humaines

514-987-3000, ext./poste 5697
hebert.m@uqam.ca

Objet de la recherche


Examiner différents facteurs de protection pouvant agir sur les plans individuel, familial, social et communautaire pour réduire l’impact de la violence chez les jeunes victimes de traumas interpersonnels

Importance de la recherche


Promouvoir l’implantation de pratiques exemplaires et améliorer les services pour les enfants et les jeunes vulnérables du Canada

Pour un développement optimal des jeunes victimes de traumas interpersonnels


La violence interpersonnelle demeure un problème majeur au Canada, en raison de sa prévalence et des conséquences délétères qui y sont associées. Près d’une femme sur cinq et d’un homme sur dix signalent avoir été victimes d’agression sexuelle pendant l’enfance. L’impact de la victimisation sexuelle se traduit à l’âge adulte par une panoplie de répercussions néfastes, tout en influant négativement sur la santé physique et sexuelle.

Martine Hébert, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les traumas interpersonnels et la résilience, s’intéresse non seulement aux répercussions associées aux traumas interpersonnels, mais aussi au fait que certains enfants semblent démontrer une adaptation positive malgré des conditions d’adversité. L’analyse des facteurs liés à cette trajectoire de résilience peut en effet offrir des cibles pertinentes pour l’intervention à privilégier auprès des jeunes.

Mme Hébert et son équipe de recherche étudient les parcours de développement et la diversité des trajectoires chez les enfants et les jeunes victimes de traumas interpersonnels. Ils établissent les facteurs de protection pouvant agir sur les plans individuel, familial, social et communautaire pour réduire l’impact de l’agression sexuelle et de la violence dans les relations amoureuses. Cela leur permettra d’élaborer des approches innovantes pour favoriser le développement optimal des jeunes victimes. Mme Hébert mettra également en œuvre des pratiques de prévention efficaces pour contrer la violence interpersonnelle.

Les recherches de Mme Hébert favoriseront une approche plus personnalisée et mieux adaptée pour tenir compte de la diversité des profils chez les jeunes victimes de traumas interpersonnels. Elles contribueront à l’amélioration des services pour les enfants et les jeunes vulnérables du Canada.