Freda D. Miller



Chaire de recherche du Canada en neurobiologie du développement

Niveau 1 - 2017-11-01
Date de renouvellement : 2012-03-01
University of Toronto
Instituts de recherche en santé du Canada

416-813-7629 ext. 1434
fredam@sickkids.ca

Objet de la recherche


Examiner la façon dont les neurones se différencient, survivent et établissent des connexions durant le développement et l'incidence des facteurs de croissance sur la survie des neurones en développement et de ceux qui sont lésés; déterminer si une nouvelle cellule souche adulte peut être utilisée pour traiter les troubles du système nerveux.

Importance de la recherche


Les conclusions de la recherche pourraient entraîner des thérapies de rechange visant les troubles du système nerveux.

Le développement et la réparation du système nerveux


Pendant le développement embryonnaire, le système nerveux a un défi de taille à relever : à partir d'une mince couche de cellules, former un réseau complexe. Cette transformation produit une véritable carte mère, capable de traiter de l'information sensorielle et de générer des réponses motrices. Lorsque le système nerveux subit des traumatismes, notamment dans le cas de lésions de la moelle ou d'affections telles que la maladie de Parkinson, il n'y a souvent aucun traitement disponible.

Mme Freda Miller, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en neurobiologie du développement, examine les facteurs qui ont une incidence sur les neurones en développement ou lésés dans l'espoir que ses découvertes puissent servir à l'élaboration de traitements des états débilitants du système nerveux. Ses récents travaux donnent à penser que les indices environnementaux, tels les facteurs de croissance, influent sur la création et la survie des neurones. En outre, le milieu d'un neurone peut en fait « choisir » des neurones et des connecteurs appropriés pour construire un réseau fonctionnel.

Mme Miller cherche aussi à développer une cellule souche adulte qui puisse être utilisée pour traiter le système nerveux lorsqu'il est lésé. Devenu évident il y a quatre ans, le potentiel des cellules souches neuronales a soulevé une controverse de nature éthique qui a trait à l'opportunité de mener des recherches sur des cellules souches neuronales humaines et embryonnaires. Le laboratoire de Mme Miller a découvert les précurseurs dérivés de la peau, cellules souches situées dans un tissu adulte accessible. Dans le cadre de son programme de recherche, Mme Miller compte déterminer si les précurseurs dérivés de la peau des rongeurs et des êtres humains peuvent être utilisés pour traiter divers troubles du système nerveux.